Page 40bis


Page précédente page suivante

LES INSECTES GALLICOLES ou CECIDOGENES (7)

4-Zoocécidies dues aux Hyménoptères Cynipides ou Cynips (1) :

Place dans la classification :

-O/ Hyménoptères
-s-O/ Térébrants ou Porte-tarière
-S-F/ Cynipoïdes : antennes de 16 articles au maximum
Nervation réduite (pas de ptérostigma, subcostale,
radiale, basale et cubitale, très peu de cellules)
abdomen souvent comprimé latéralement
et le 2ème segment est souvent beaucoup plus grand en recouvrant les suivants
tarière femelle plus ou moins longue
-F/ Cynipides


Andricus sp.

Caractères généraux essentiels des Cynipides :


Profil de Cynipoïde-Aile de Cynipide avec sa cellule radiale triangulaire

-noir brillant ou brun noirâtre
-thorax bosselé
-abdomen ovale comprimé latéralement
-femelle avec tarière bien développée mais engainée à l'intérieur du corps au repos
-femelles plus petites que les mâles


Cynipine noir brillant : Cynips sp. femelle; on voit bien l'abdomen nettement comprimé latéralement et la tarière sortant de l'abdomen (photos P.Legros)


Cynips sp montrant la nervation réduite sans pterostigma avec grande cellule radiale et antennes non coudées à la base (photo P.Legros)


Cynips sp....(photos A.Bauvey)


Diverses vues d'un Andricus sp. au corps rouge-orangé d'environ 8 mm : scutellum dépassant le propodeum de profil; la présence de 15 articles antennaires suggère un mâle de la génération sexuée (photos M.Le Masson)

-sont gallicoles : ces galles sont plus faciles à identifier que l'insecte qu'elles contiennent (chaque galle est spécifique de l'espèce qui parasite)
-il y a en général plus d'auxine dans les galles qui seraient donc dues à la modification du métabolisme auxinique (présence d'auxine dans les glandes salivaires de la larve ?)
-la larve se nourrit d'une couche végétale alimentaire qui l'entoure et effectue son développement à l'intérieur et l'adulte en fore souvent la paroi pour en sortir (Trous dans la galle)

85% de ces galles sont sur le Chêne (plus de 100 galles différentes connues) et les Rosacées (Rosier, églantier, Spirée...); le chêne souffre peu de leur présence

Certaines galles étaient utilisées autrefois en tannage des cuirs, en teinture noire ("noix de galle" dues à Cynips tinctoria et kollari), pour les pigments anthocyaniques (teintes rouges et roses de certaines zoocécidies) et les propriétés médicinales


Galles à "noix de galle" ou "bille de bois" sur Chêne avec trous de sortie : Andricus(Cynips) kollari-Cynips argentea ("billes de bois")


Galles "jeunes" vertes - Galles "mûres" avec trou de sortie


Galles dues à Andricus kollari, à gauche sur Quercus robur (photos C.Fortune et P.Falatico)


Autre galles d'Andricus kollari dues à l'hypertrophie d'un bourgeon : sphères régulières de 20 à 30 mm de diam&ètre (photos H.Robert)


Femelle parthénogénétique sortie d'une "galle bille de bois du chêne" (photo P.Falatico)


Autre femelle (3-4 mm) sur la galle avec trou de sortie ...(photos P.Falatico)


Galle ouverte due à Andricus kollari avec la nymphe du Chalcidien suivant Ormyrus tubulosus (photos P.Falatico)


Petit Chalcidien Ormyride Ormyrus tubulosus, femelle de 3 mm, parasite commun des Cyniides gallicoles, ici sur galle "bille de bois" du chêne due à Andricus kollari (photos p.Falatico)


Autre galles des rameaux du chêne dues à Andricus kollari...(photos C.Noir)


Galles à Andricus conglomeratus sur Quercus robur...(photos C.Fortune)


Galles à Andricus lignicola sur Quercus robur...(photos C.Fortune)


Vieilles "billes de bois"


Reine de Camponotus truncatus, 8-10 mm, hivernait dans une vieille "bille de bois"...(photos P.Falatico)


Vieille galle du chêne squattée par des Camponotus truncatus avec une ouvrière "minor" montrant sa tête à droite...(photos P.Falatico)




Colonie de Camponotus truncatus dans une vieille galle...(photos P.Falatico)


Galles ur Chêne-vert (Quercus ilex) dues à Andricus quercustozae (photos C.Fortune, Moyen-Atlas marocain)


Galles à Plagiotrochus quercusilicis sur chêne kermès (Quercus coccifera) : galles rouges pluriloculaires englobant le limbe réduit à ses seules épines marginales (photos C.Fortune, Corbières)


Galle de printemps Plagiotrochus quercusilicis sur Quercus coccifera longtemps attribuée à Plagiotrochus fusifex, Mayr, qui peut affecter les fleurs mâles de Quercus ilex-Quercus coccifera (photos C.Fortune, Corbières)
(Des travaux récents (1998) concluent que ce taxon n'est pas distinct de P. quercusilicis (F.) malgré la différence de localisation des galles)


Autres galles des châtons mâles de Quercus coccifera dues à Plagiotrochus fusifex : la photo de droite montre bien une galle pluriloculaire (photos C.Reille)


Andricus sp. 7-8 mm, femelle se promenant en mars sur un Rhodo situé sous un chêne porteur de nombreuses galles...
(la photo de droite montre la nervation caractéristique)


Les bandes noires thoraciques et la nervation (dessin de droite) confirment le genre Andricus


Autre Andricus sp., environ 5 mm...(photos R.Stas)

On peut distinguer 3 catégories : Cynips gallicoles ou "vrais Cynips", Cynips locataires des galles ou "faux Cynips" et Cynips parasites :

A-Cynips gallicoles ou "vrais Cynips" :

-générations alternantes : génération agame (femelles parthénogénétiques) donnant naissance à une génération bisexuée
-ces 2 générations sont dissemblables et produisent des galles différentes
-cela se complique dans les cas où les femelles des 2 générations sont différentes et chez certains, il n'y a que la forme agame femelle (parthénogénèse thélytoque)


Alternance de générations chez Andricus pilosus-Aphelotrix gemmae
(même schéma pour Biorrhiza pallida-Biorrhiza aptera où les galles fungiformes du chêne alternent avec les galles des racines : cycle de 2 ans)

Principales galles à "vrais Cynips" du chêne
génération agame femellegénération bisexuée
-Neuroterus albipes
(galles en disque)
-Neuroterus albipes
(galles du bord de la feuille)
-Andricus inflator
(galles des bourgeons)
-Andricus inflator
(galles des branches du chêne)
-Andricus testaceipes
(galles de l'écorce)
-Andricus testaceipes
(galles oblonguesde la nervure et du pétiole)
-Trigonopsis megaptera
(galles réniformes)
-Trigonopsis megaptera
(autres galles des bourgeons)
-Biorrhiza aptera
(galles des racines)
-Biorrhiza pallida
(galle fungiforme ou spongieuse)
-Andricus fecundatrix
(galles en cône)
-Andricus fecundatrix
(galles des chatons mâles)
-Neuroterus numismalis
(galles boutons)
-Neuroterus numismalis
(petites galles rondes de la feuille)
-Neuroterus quercus-baccarum
(galles lentilles)
-Neuroterus quercus-baccarum
(galles raisins)
-Cynips divisa
(galles en petites pommes)
-Cynips divisa
(galles velues et coniques du bord de la feuille)
-Cynips quercusfolii
(galles en grosses pommes)
-Cynips quercusfolii
(petites galles violettes velues du bas des troncs)
-Cynips longiventris
(galles blanches et rouges)
-Cynips longiventris
(galles gris-verdâtre)



Autre exemple avec Neuroterus lenticularis sur chêne : galles "groseilles" - cycle - galles "lentilles" (G.Chauvin)
(espèce bivoltine : 2 générations d'adultes par an)


Adultes de Neuroterus lenticularis en mars : sur feuille de salade (salades paillées avec des feuilles de chêne porteuses de "lentilles") - sur bourgeon de chêne (photos G.Chauvin) - autre Neuroterus sp. tout noir...


Autre adulte ailé de Cynips gallicole du chêne (on voit bien la cellule radiale triangulaire)

On peut aussi citer les générations agames d'Andricus quercuscalicis ou "galle des glands" et Aphelotrix gemmae ou "galle en artichaut"


"Galles "boutons" (Neuroterus numismalis)-Diverses galles de la feuille-Galles "raisins" (Neuroterus quercus-baccarum) d'après Mandahl-Barth


"Galles-raisins" (Neuroterus quercus-baccarum") sur feuille de chêne (photos P.Falatico)


Autres "galles-raisins" sur feuille d'Erable probablement dues au Cynipide Pediaspis aceri - "Galle-raisin" ouverte avec larves du Cynipide Pediaspis aceri (photos P.Falatico)


Autres galles dues à Pediaspis aceri sur Erable et gros plan sur la larve...(photos M.Le Masson)


Peut-être une autre galle velue (6 mm) de N.quercus-baccarum sur chêne pubescent - galle velue ouverte avec la larve d'environ 2 mm (photos P.Falatico)




"Galles en disques du chêne" dues à Neuroterus albipes : galle plate en disque au bord irrégulier relevé de 3 mm de large environ abritant la génération femelle du Cynipide et dont la génération bisexuée correspond à la "galle du bord de la feuille" d'abord velue puis lisse (photos C.Fortune)


Autres galles dues à Neuroterus albipes assez caractéristiques par leur contour lobé, sur Quercus robur (photos A.Wojtyra)


"Galles en lentilles" (Neuroterus quercus-baccarum) et "en boutons" (Neuroterus numismalis) sur feuille de chêne (photos P.Falatico)


Autres "Galles en lentilles" au recto et verso d'une feuille de chêne dues à la génération femelle de Neuroterus quercus-baccarum, (galles de 5 mm de large au dessus convexe couvert de poils ramifiés) photo P.Falatico


Autres galles dues à Neuroterus tricolor ? sur Quercus robur, forme agame : galles aplaties avec un petit mamelon central, peu poilues, 3 mm de diamètre maxi ..mais il faudrait voir la face inférieure velue sans taches blanches à la loupe pour en être sûr (photos C.Fortune)
(P.Dauphin précise que les galles lenticulaires d'automne sont difficiles : 4 espèces de Neuroterus sont en cause (N.albipes-N.numismalis-N.quercusbaccarum-N.tricolor); il utilise la "Faune des Cynipidae de Nieves-Aldrey"...)

Mais les photos suivantes montrent l'existence d'une pilosité assez développée à la face supérieure de la surface nettement convexe et la face inférieure portant des taches blanches marginales; cela correspond donc plutôt à quercusbaccarum :


Galles à Neuroterus quercus-baccarum...(photos C.Fortune)


"Galle-lentille" ouverte montrant la larve bien dodue, dans si peu de place !, de Neuroterus quercus-baccarum (photo P.Falatico)

Les photos suivantes montrent la génération femelle de Neurotrus quercu-baccarum des "galles-lentilles" issues d'un élevage de P.Falatico :




Neuroterus quercus-baccarum femelles issues de la "galle-lentille" sur feuille de chêne (photos P.Falatico)


Souvent, on trouve un Chalcidien Torymide parasitoïde dans la "galle-lentille" : ici, une nymphe de Torymus sp. femelle (photos P.Falatico)




Adulte femelle de Torymus sp. issu de la nymphe précédente (photos P.Falatico)


page suivante










1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-7ter-7terter-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9bis-1-9bis-2-9ter-9terter-10-10-1-10-2-10-3-10-4- 10bis-10bisbis-10bisbis-1-10ter-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3- 11-4-11-5-11-6-11-7-11ter-12- 12-1-12-2-12bis-12bis-1-12bis-2-13-13bis- 13ter-13ter-1-13ter-2-13ter-3-13ter-4-13terter-13terterter-13-4-13-5-13-6-13-7-14 -14-1-14-2-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18ter-1-18ter-2-18ter-3-18ter-4-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-39'-40-40'-40bis-40bis-1-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57