Page 7ter

Page précédente Page suivante

LES LIBELLULES, des "Demoiselles" féroces (1)

Les Libellules sont remarquables par leurs couleurs, leur élégance et leur vivacité; Elles comprennent les Zygoptères ou "Demoiselles" au corps grêle et aux ailes relevées au-dessus de l'abdomen au repos et les Anisoptères ou "Grandes Libellules" au corps plus robuste et aux ailes dans un plan horizontal au repos;
Elles comprennent environ 3000 espèces mondiales qui sont bien adaptées au prédatisme car toutes sont carnivores au stade adulte et capturent et dévorent leurs proies souvent en vol :

Certaines photos ont été déterminées par Jean Michel Faton
Voir également le site de Florence Gully : Odonates costarmoricains

-yeux très développés; tête tournant dans toutes les directions
ce qui leur assure un champ visuel très étendu
-mandibules puissantes armées de dents pointues inégales
-pattes armées de longues épines : organes de capture



Yeux d'Anisoptère et de Zygoptère (photos A.Laboile)


Yeux du Zygoptère Platycnémide : Platycnemis pennipes femelle (photo J.Bierrewaerts)


Gros plan de la tête de l'Anisoptère Aeschna cyanea femelle...(photos P.Falatico)


Gros plans de la tête d'un Macromiide africain Phyllomacromia sp. (photos H.Robert)


Autre face d'Aeschna cyanea (photo J.P.Marino) - Yeux du Zygoptère mâle Calopteryx virgo...(photo P.Falatico)


Anisoptère mâle commun aux yeux énormes et à la face jaune rougeâtre : Sympetrum sanguineum


Libelule Anisoptère posée sur une pointe d'Agave observant l'environnement avec sa vision panoramique (photo E.Thuillier)


Pattes épineuses prédatrices de Lestes dryas...

L'abdomen de 11 segments a l'avant-dernier muni de 2 appendices crochus ou lamellaires qui forment une pince chez le mâle


Extrémité abdomen femelle-Pièces mâles copulatrices au repos et déployées de Gomphus (sur abdomen2)


Extrémité abdominale de la femelle de Sympetrum striolatum (Appendices anaux = cercoïdes, pièces génitales femelles=lame vulvaire...)




Anax imperator mâle : cercoïdes en vues dorsale et ventrale (photos P.Falatico)


Anax imperator mâle : pièces copulatrices (photo P.Falatico)

Accouplement : le mâle saisit la femelle avec ses crochets abdominaux (cercoïdes) et l'entraine en vol puis la femelle replie ventralement son abdomen vers l'avant pour amener son extrémité au niveau de l'orfice mâle placé sur le 2ème segment abdominal ; cela constitue un "tandem en forme de coeur" caractéristique de cette gymnastique sexuelle aérienne !




"Tandem" chez Pyrrhosoma nymphula...(photo A.Falatico)


Tandem chez Sympetrum striolatum...


Accouplement "en coeur" du Coenagrionide Ischnura elegans (photos E.Dees et M.Chevriaux)


Autre "coeur copulatoire" chez Ischnura elegans (photo F.Cregut)


Autre "coeur copulatoire" chez Calopteryx haemorrhoidalis...

Les oeufs sont pondus dans l'eau ou à l'intérieur de tiges immergées (Hydrophytes) ou de tiges poussant près des berges (Hélophytes) : pontes en tandem ou seules


Ponte aquatique chez la femelle de Calopteryx haemorrhoidalis...


Ponte dans l'eau de la femelle de Cordulegaster boltoni (photo J.P.Marino) - Chez les Sympetrum, la ponte dans l'eau commence en tandem (photo Y.Banière)


Tandem chez Sympetrum striolatum : le mâle entraîne la femelle pour aller pondre...(photo R.Stas)


Ovipositeur de Cordulegaster boltonii...(photo P.Falatico)


Ovipositeur de Cordulegaster boltonii après ponte dans l'eau boueuse (photo P.Falatico)


Les femelles de Coenagrion puella pondent ensemble sur les feuilles immergées accrrochées avec le mâle en tandem (photo H.Maleysson)

Les femelles d'Anax imperator sont les seules de ce genre à pondre seules dans les tiges aquatiques flottantes ou immergées...


Femelle d'Anax imperator pondant seule dans une tige aquatique submergée (photos P.Falatico)

Par contre, chez Lestes viridis, la femelle pond (en tandem) dans le bois des branches situées au-dessus des eaux comme le montrent les photos suivantes :


Ponte en tandem d'une femelle de Lestes viridis dans une branche...(photo J.Y.Louis)


Cicatrices de ponte de Lestes viridis sur une écorce de branche au-dessus de l'eau de Salix atrocinerea (photos C.Fortune)

Chez le "Leste brun" Sympecma fusca, la ponte se fait en tandem sur un débris végétal flottant comme sur la photo suivante :


Ponte en tandem sur une tige immergée ou sur un végéal flottant chez Sympecma fusca (photos S.Rolandez)

Les larves sont aquatiques et carnivores par la présence d'un "Masque" : labium avec double articulation terminé par 2 crochets mobiles (voir page 3terterter)

Ces larves ont une respiration branchiale : lamelles terminales branchiales ches les Zygoptères et replis de la paroi rectale (chambre rectale) chez les Anisoptères (voir page 32bis)


Schémas simplifiés de larves de Zygoptère et d'Anisoptère


Larve d'Anisoptère Aeschnide avec son labium transformé en organe ravisseur ou "Masque" (photo M.Verolet)

Larves ou "naïades" de Libellules
Larves de ZygoptèresLarve d'Anisoptères
-larves à pattes grêles
-3 lamelles branchiales à l'extrémité jouant le rôle d'organes natatoires
-antennes de 7 articles
-larves épaisses
-appendices abdominaux terminaux courts
-chambre branchiale rectale
-vivent plutôt au fond de l'eau plus ou moins enfouies dans la vase


Le développement larvaire dure 1 an mais jusqu'à 4 ans chez Aeschna-Anax
Les larves vivent dans les eaux calmes (Libellula-Gomphus-Anax...) ou sont fouisseuses (Cordulogaster...) ou vivant dans les courants rapides (Calopteryx...)


Larve d'Aeschna sp., yeux saillants et corps cylindrique...(photo P.Falatico)


Larve d'Aeschnide voisine du genre Anax...(photo P.Falatico)


Exuvies larvaires d'Anisoptère...(photos J.P.Marino)


Autres exuvies d'Anisoptères Aeschnides (photos D.Choussy et C.Fortune)


Emergence d'un Orthetrum sp....


Larves de Coenagrion sp., jaune pâle et sans marques évidentes (photo P.Falatico)




Larves d'autres Zygoptères Lestides (longues antennes et lamelles caudales non ciliées) photos P.Falatico


Pyrrhosoma nymphula encore tout pâle venant de s'extraire de son exuvie larvaire...(photo P.Falatico)


Quelques temps plus tard, voici le même mâle de Pyrrhosoma nymphula dans toute sa beauté ! (photo P.Falatico)

Rappel : Place dans la Classification : voir page 7bis

-O/ Odonatoptères ou Odonates
-s-O/ Zygoptères et des Anisoptères

Elles comprennent 4 Familles basées sur la nervation complexe des ailes (ailes membraneuses, transparentes jamais plissées avec nombreuses nervures)
Les nervures indispensables à connaitre sont : la sous-costale Sc, la radiale R, le secteur de la Radiale Rs, la médiane M, la cubitale Cu et l'Anale An; il y a aussi au bord antérieur un point appelé Nodus N, un ptérostigma colorée à l'apex; une petite nervure transverse à la base ou arculus arc et surtout un triangle alaire important :


Nervation avec nervures types d'aile antérieure d'Anisoptère-cas de Libellula depressa
(an=anténodales, pn=postnodales, arc=arculus, Rs=secteur de la Radiale, 0=nervure oblique...)


Autre détail de la nervation de Libellula depressa (les triangles alaires ant. et post. sont différents) photos D.Dubroca et D.Guili


Partie de nervation d'un Macromiide...


Nervation avec nervures types d'aile postérieure d'Anisoptère
(tr.a= triangle anal; ici, chez Aeschna, les 2 triangles alaires sont presque semblables)


La forme des Triangles alaires et le triangle anal postérieur des mâles (nombre de cellules) sont des critères d'identification chez les Anisoptères (ici Aeschna cyanea mâle) photo de R.Krieg-Jacquier


Un fort grossissement des ailes de Libellulides montrent des "épines" adnées portées par les nervures et semblant renforcer la surface alaire de ces grands voiliers (photos G.Rubatto)


Comparaison des ailes de quelques familles d'Odonates...(montage-photo P.Falatico)

Familles d'Odonates
F/ AgrionidesF/ Coenagrionides et LestidesF/ AeschnidesF/ Libellulides
-nombreuses nervures transverses avant le nodus
-nodus éloigné de la base de l'aile
-2 nervures seulement avant le nodus
-nodus plus près de la base de l'aile
-triangles alaires semblables aux antérieures et aux postérieures-triangle alaire antérieur plus grand en hauteur
-triangle alaire postérieur allongé parallèlement au bord de l'aile
-Agrion (Calopteryx)-Lestes-Platycnemis
-Coenagrion
-Ischnura-Enallagma
-Gomphus-Ophiogomphus
-Cordulegaster-Anax
-Aeschna
-Orthetrum-Libellula
-Sympetrum-Leucorhinia



Le "Trithémis annelé" Trithemis annulata rouge flamboyant, récemment observé en Charente Maritime; à ne pas confondre avec le Sympetrum sanguineum mâle à droite (photo Claudette Ovio)
(ce Trithemis est en forte extension vers le Nord : Afrique du Nord 1968, Espagne 1981, Corse 1989, Midi de la France 1994 ; est-ce un témoin du réchauffement climatique ou un indicateur de la dégradation de la qualité des biotopes humides ?? les inventaires sont en cours ou à faire...)

Les photos suivantes de ce "Trithemis annelé" ont été prises dans la région bordelaise en août 2015 par Alain Lamothe :




Trithemis annulata femelle (photos A.Lamothe)




Trithemis annulata mâle (photos A.Lamothe)



Page suivante




1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-7ter-7ter'-7terter-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57