Page 40


Page précédente page suivante

LES INSECTES GALLICOLES ou CECIDOGENES (4)

2-Zoocécidies dues aux Diptères Cécidomyiides :

Rappel : Place dans la classification : voir page 15

-O/ Diptères
-s-O/ Nématocères
-Section/ Bibioniformes
-SF/ Cécidomyoides
-F/ Cécidomyiides

Caractères généraux essentiels des Cécidomyiides :

Les Cécidomyies ou "Mouches des galles" ne donnent pas toutes des galles; certaines sont phytophages (ravageurs des Céréales : "Cécidomyie du blé" provoquant la castration parasitaire donc l'abscence de grains !) et d'autres sont prédateurs surtout de Pucerons comme Aphidoletes aphidomyza dont les larves oranges sont prédatrices aphidiphages (utilisation en lutte biologique et intégrée sous serres)


Aphidoletes aphidomyza : Une Cécidomyie auxiliaire et sa larve orange prédatrice de Pucerons (peut en manger 150 /jour!)


Cécidomyie femelle (3 mm)... (photos J.Bailloux et M.Chevriaux)


Autre Cécidomyiide proche du genre Rabdophaga...(photo J.Bailloux)


Cécidomyiide de la sous-famille des Lestrémiines de 3 mm à la nervation typique...


Autre Lestrémiine : posée sur une fenêtre - exemplaire en collection (photos G.Chauvin)

-environ 4600 espèces mondiales, 1 millier environ en Europe...
-aussi appelés "Tipulaires gallicoles" car la piqure femelle faite à certaines plantes pour y déposer des oeufs provoque une galle où vit sa larve
-petits "Moucherons" non piqueurs de 0,5 à 3 mm
-antennes composées de nombreux articles en collier de perles et filiformes avec spirales de poils sur chaque article plus allongées chez le mâle
-yeux se touchant sur le sommet de la tête ("bride oculaire")
-ailes amples et ciliées sur les bords avec quelques nervures longitudinales simples (6 au maximum)


Aile de Cécidomyide

-abdomen aminci terminé par un oviscapte allongé femelle
-beaucoup sont phytophages ravageurs des plantes cultivées pondant dans les boutons floraux ou fleurs ("Cecidomyies des fleurs") : Cecidomyies des céréales, de la luzerne, des poires, du chou-fleur, de la vigne...: une des plus connues est un ravageur, la "Cecidomyie destructrice" ou "Mouche de Hesse" Mayetiola destructor) parasite du blé introduite en Amérique au 18ème siècle (la larve pénètre dans le chaume et provoque une tumeur qui finit de briser la tige au moindre coup de vent); de même pour Contarinia tritici ou "Cecidomyie des fleurs du blé "provoquant l'avortement des grains





Cécidomyiide de la sous-famille des Cécidomyiines sur un brin d'herbe, 2 mm, ailes ciliées, tarse à 5 articles avec tarse 1 plus court que chacun des autres articles...(photos P.Legros)


Cécidomyie femelle des fleurs de luzerne (Contarinia medicaginis-Cécidomyie mâle du poirier (Contarinia pyrivora-Mouche de Hesse (Myetiola destructor)
(La "Cécidomyie de la luzerne" provoque les galles des fleurs; la "Cécidomyie du poirier" donne des petites poires 'calebassées")


Autre Cecidomyiide...(photo A.Delannoy, Normandie)


Acarien Thrombidium holosericeum ayant capturé un Cecidomyiide (dont ont voit l'aile velue avec moins de 5 nervures arrivant sur le bord) photos M.Billard, Savoie, 385 m


Cécidomyiide mâle sur une tête de criquet...(photos B.Nicolosi)


Lestodiplosis sp. femelle, 1,7 mm, trouvé dans une salle de bains... (photos M.le Masson)


Cécidomyies des poirettes Contarinia pyrivora : larves à l'intérieur d'un fruit calebassé (photo H.de Merleire)
(les larves provoquent une hypertrophie des jeunes poires dites "calebassées" qui tombent rapidement sur le sol) (photo Xavier Caisey) voir page 17bis




Autres photos de la "Cécidomie des poirettes" (mai 2006)

-certaines sont zoophages prédatrices de pucerons aux stades larvaires (Aphidoletes aphidomyza, Aphidoletes meridionalis)
-les larves sont aplaties jaune clair, orangé ou rouge de 2 à 3 mms
-Certaines de ces larves possèdent sur la face sternale du 1er segment thoracique un épaississement de la cuticule portant une lame diversement divisée à son extrémité ou spatule sternale : appareil de perforation point d'appui ou organe de saut


Larve de Cécidomyie avec détail de sa spatule sternale-Divers types de spatules sternales (d'après K.Smith)


Spatule sternale de larve de Cystiphora taraxaci dans une galle sur feuille de "Pissenlit"...(microphotos M.Blaise)


Autre larve de Cécidomie et détail de sa spatule sternale (microphotos M.Blaise)
(on remarque ici, comme précédemment, la microcéphalie : petite taille de la tête par rapport au corps...)


Galles foliaires de Cystiphora sur Sonchus - puparium (microphotos M.Blaise)


Nymphes de Cystiphora (photo M.Blaise)

Quelques exemples de galles dues à des Cécidomyies :

-galle ronde des branches du saule Rabdophaga (Dasineura) salicis
-galle en rose du saule Rabdophaga (Dasineura) rosaria et Rabdophaga strobilina
-petites galles de la feuille du peuplier Harmandia cavernosa et globuli
-galle du pétiole de la feuille du peuplier Syndiplosis petioli


Galle ronde des branches du saule-galle "en rose" du saule-petites galles de feuille du peuplier


Galle aplatie en rosette terminale de feuilles élargies : type "galle en rose" sur Salix fragilis due à Rabdophaga strobilina...(photos A.Wojtyra, Oise)


"petite galle de la feuille du peuplier" due à Harmandia sp.


Galles sur Populus tremulae : à Harmandia globuli - à Harmandia tremulae (photos C.Fortune)


Autres galles à Harmandia tremulae et à Harmandia globuli sur Tremble (photos R.de La Grandière)


Galle à Harmandia cavernosa sur Tremble...(photos C.Fortune, Queyras)


"Galle du pétiole du peuplier" due à Contarinia(Syndiplosis) petioli...(photos R.de La Grandière)

-galles pointues ou "en citron" ou "pépin d'orange" dures et glabres du hêtre avec larve Mikiola fagi très communes (tombent sur le sol quand elles sont mûres)
-petites galles velues du hêtre Hartigiola annulipes blanchâtres puis couleur rouille


Les 2 galles les plus communes du Hêtre : en "citron" ("pépin d'orange") - "petites galles velues"




Galles à Hartigiola annulipes, 2 à 6 mm de long, hérissée de poils raides denses avec un petit renflement au verso du limbe...(photos A.Wojtyra, Oise)
(les jeunes galles sont sphériques et il y a un larve blanche par galle qui tombera en automne...)




Les "galles en citron" sont situées sur les nervures des feuilles et contiennent chacune une larve blanc-jaunâtre de Mikiola fagi


"Galles en citron" du hêtre : galles rondes et rouges ventrues (gynocécidies) - galle jaune en "pépin" ellipso-conique (androcécidies) (photos P.Falatico)


"Galle en citron" du hêtre ouverte avec la larve de Mikiola fagi...(photos P.Falatico)

-galle de la tige du framboisier Lasioptera rubi (galle en "noix" avec plusieurs larves oranges à l'intérieur)
-galle des fleurs de la luzerne Contarinia medicaginis


Galles des fleurs du Lotier dues à Contarinia loti, ici sur Lotus uliginosus provoquant la stérilité (castration parasitaire)...(photos C.Fortune, Bretagne)


Galles sur Paturin des prés dues à Mayetiola poae : renflement au-dessus du noeud d'où partent des filaments contournés...(photos H.Robert)


Galle due à Bayeria capitigena (=Spurgia euphorbiae) sur Euphorbia cyparissias (photos C.Fortune, Queyras)


Galle à Lasioiptera rubi sur tige de ronce...(photos C.Fortune)


Galle "en noix" due à Lasioptera rubi sur tige de framboisier...(photo C.Fortune)


Autres galles "en noix" de Lasioptera rubi (photos M.Blaise)




larves de Lasioptera rubi à l'intérieur de la galle se nourrissant de mycélium (photos M.Blaise)
(La cavité larvaire est tapissée par le feutrage du mycélium d'un champignon microscopique introduit dans la plante par la femelle au moment de la ponte et son développement suit celui de la galle; les larves le consomment au lieu de se nourrir aux dépens d'un tissu nourricier; cette particularité se trouve chez un certain nombre d'autres galles de Cécidomyides; "toutes ces galles à champignons ont été appelées du nom évocateur de galles à ambroisie (nourriture des Dieux, source d'immortalité...)". Ref. "Découvrir et reconnaître les Galles". Wesphal & all. p. 59. Autre ref. Neger 1908, 1910 "Ambrosia galls" cité in "Plant Galls" de Jean Meyer; Editions: Gebrüder Borntraeger, 1987, page 235.) commentaire de Michel Blaise


Microphoto de la partie antérieure ventrale de la larve (M.Blaise)




Autre galle de la tige chez un Rubus due à Lasioptera rubi et gros plan sur la larve et sa spatule sternale...(photos A.Wojtyra, Oise)

page suivante










1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-7ter-7terter-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9bis-1-9bis-2-9ter-9terter-10-10-1-10-2-10-3-10-4- 10bis-10bisbis-10bisbis-1-10ter-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3- 11-4-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13ter-1-13ter-2-13ter-3-13ter-4-13terter-13terterter-13-4-13-5-13-6-13-7-14 -14-1-14-2-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18ter-1-18ter-2-18ter-3-18ter-4-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-39'-40-40-1-40'-40bis-42-43-44-45-46-47 -48-49-50-51-52-53-54-55-56-57