Page 12

Page précédente Page suivante

Ordre des NEVROPTERES ou PLANIPENNES (1) :

-Ailes bien développées, à réseau de nervures très serré
-Ailes couchées en toit sur le corps au repos
-Larves carnassières à mandibules longues et canaliculées


6 Familles principales :

-F/ Ascalaphides : Antennes longues dilatées au sommet en massue ou palette, prothorax court, tête et thorax souvent très velus (Libelloides...)
-F/ Myrméléontides (anciennement Myrméléonides) : Antennes épaissies en massue ou en bouton (Formicaleo, Myrmeleon, Dendroleon, Palpares, Neuroleon...)
-F/ Hémérobiides : Antennes longues et filiformes, ailes + ou - mouchetées avec microtriches,
nervures du champ costal bifurquées à l'extrémité (Hemerobius, Megalomus, Drepanopteryx, Wesmaelius, Psectra, Micromus...)
-F/ Chrysopides : Antennes longues et filiformes, présence d'une cellule alaire "ovale" près de la base de l'aile (Chrysopa, Chrysoperla, Notochrysa...)



-F/ Osmylides : Antennes longues et filiformes, champ costal large avec nervures transverses nombreuses, nombreuses taches brunes alaires (Osmylus)
-F/ Mantispides : Pattes antérieures ravisseuses (Mantispa)




Il faut mettre à part une petite Famille : F/ Conioptérygides : taille très faible, nervation des ailes réduite, imago recouvert d'un revêtement farineux d'où son aspect rappelle celui des Aleurodides (cire farineuse secrétée par certaines parties du corps puis déposées sur les ailes, les pattes et un peu sur les antennes) antennes longues et fines avec de nombreux articles nodiformes (14 à 40); vivent sur les arbres et arbustes et se nourrissent d'exsudations des pucerons...4 genres principaux : Conwentzia (ailes postérieures très réduites), Coniopteryx (ailes postérieures un peu plus petites que les antérieures), Aleuropteryx, Semidalis (ailes sub-égales)


Coniopterygide proche de Conwentzia psociformis, 7 mm...(photo P.Legros)
(mais sur la photo on ne voit pas les ailes postérieures; c'est soit Conwentzia psociformis qui est très commune ou Semidalis aleyrodiformis commune)


Conwentzia sp. ...(photos A.Wojtyra, Oise)


Emergence d'une larve de Coniopterygide sur feuille de Juglans : on voit déjà les palpes labiaux hypertrophés...(photos A.Wojtyra)

Les photos suivantes d'A.Wojtyra représentent une larve de Semidalis aleyrodiformis se nourrissant de juvéniles du "puceron du chêne" ou de psocoptères (et de cochenilles) sur les feuilles de Quercus robur :




Stade jeune larve rouge de Semidalis aleyrodiformis




Larve plus âgée de Semidalis aleyrodiformis et gros plan sur les palpes labiaux...
(corps fusiforme large, tête très petite conique en avant à fortes antennes ciliées, mandibules courtes et palpes labiaux hypertrophiés (2e article très épaissi), prothorax transverse à côté arqués...)


Larve de Conwentzia psociformis sur Quercus petraea en octobre (photos A.Wojtyra)


Autre larve de Conwentzia psociformis sur Laurus nobilis...(photo A.Wojtyra)





2 "Ascalaphes" en régression : "Ascalaphe soufré" Libelloides (Ascalaphus) libelluloides, 45-55 mm (envergure), surtout méridionale-"Ascalaphe commun" Libelloides (Ascalaphus) longicornis, 43-53 mm



Accouplement par chevauchement de l'"Ascalaphe soufré" Libelloides coccajus (Ascalaphus libelluloides), envergure 50 mm...(photo Chr. Le Berre) - Autre exemplaire (photo A.Depaire)



Autres photos de Libelloides coccajus, m la plus commune des "Ascalaphes" (photos J.P.Francesch, P.Burgun et J.P.Marino)


Autres exemplaires de Libelloides coccajus...(photos R.de La Grandière et J.L.Deval)


Libelloides coccajus in copula et détail de la tête en vue ventrale et des antennes...




Libelloides coccajus : mâle - femelle (photos F.Cregut)


Libelloides coccajus mâle (photo J.P.Lavigne, Vinon-sur-Verdon) - Autres Libelloides coccajus in copula...


Autres Libelloides coccajus in copula; le mâle est en bas...(photos R.de La Grandière)
(les Ascalaphes ont un vol ondulant au-dessus du sol et le mâle peut fondre rapidement sur la femelle avec une copulation rapide et violente...)


Autres Libelloides coccajus : femelle en ponte - mâle (endormi?) photos D.Choussy


Libelloides lacteus femelle, bande noire de l'aile postérieure tronquée au 2/3 (descend jusqu'à l'angle inférieur chez L.coccajus...(photos J.P.Lavigne, ancien lit du Verdon)


Libelloides lacteus mâle, bande noire de l'aile postérieure tronquée au 2/3...(photos J.P.Lavigne, ancien lit du Verdon)
(groupe d'une trentaine de ces Ascalaphes "blanches" concentré sur un espace ouvert couvert des galets - ancien lit du Verdon voisin - au milieu de bois; la principale végétation, qui sert de reposoir, est constituée de prêles; les ailes fermées leur donnent une couleur bleue pastel d'après J.P.Lavigne)


Autre photo originale d'un mâle de Libelloides coccajus (photo D.Choussy)


Libelloides ictericus mâle, envergure 40 mm, ailes antérieures sans taches (photo H.Maleysson) - Libelloides coccajus venant de se métamorphoser et séchant au soleil (il doit attendre que l'hémolymphe arrive jusqu'à ses ailes avant de s'envoler...) photos Y.Baniere


Autre "Ascalaphe soufré" femelle séchant ses ailes avant l'envol...(photos J.L.Blanchard)


Photo pas commune d'un Libelloides coccajus endormi ailes repliées (photo J.P.Marino) - Ascalaphus longicornis mâle...(photo P.Falatico)




Autre Ascalaphus longicornis mâle - Ascalaphus longicornis femelle (photo J.P.Lavigne, Vinon-sur-Verdon))


Ascalaphus longicornis mâle : tete - cerques




Deleproctophylla (Theleproctophylla) dusmeti in copula, envergure 40-50 mm, yeux divisés en 2, pas de tache alaire brun rougeâtre derrière le pterostigma antérieur (cas de D.australis)...(photos J.Bailloux, Var)


Osmylus fulvicephalus aux longues ailes tachées, envergure 45 mm, ailes antérieures avec 7-8 taches touchant la costale...(photo G.Chauvin)




L'"Hémérobe aquatique" Osmylus fulvicephalus : tête rouge à 3 ocelles, longues antennes filiformes, ailes transparentes avec taches brunes notamment au bord antérieur (7-8 taches touchant ou presque la costale, 3 taches au bord postérieur et des très petites par ci, par-là), ptérostigma non distinct... toute la France, assez commun mais localisé aux bords ombragés des ruisseaux, près des ponts...(photos C.Fortune)


Larve d'Osmylus : détails de la tête et des stylets canaliculés


Autre Hémérobiide commun Micromus variegatus, 11-14 mm d'envergure, plantes basses et haies - Hemerobius sp....(photo M.Chevriaux)





Autre Micromus variegatus...(photos P.Falatico)


Autre petit Micromus sp., envergure 11 mm...


Micromus sp. (photo A.Wojtyra) - Micromus angulatus (cf photo suivante)...(photo O.Gireaud)


Micromus angulatus, envergure 15 mm : ailes teintées de brun avec nervures longitudinales brun-rougeâtre, nervures transverses formant 2 bandes obliques en dents de scie peu nettes, taches brunes mal définies vers le bord costal, commun sur la végétation herbacée surtout...(photo C.Fortune, Bretagne)




Autre Micromus angulatus : on voit en particulier les 2 bandes obliques en dents de scie peu nettes entourées de brun clair...(photos M.Le Masson, vallée du Grésivaudan, début mars 2015)




Micromus angulatus : du cocon, sous une feuille de Carpinus, à l'émergence de l'imago qui ici n'a pas encore le ailes totalement pigmentées...(photos A.Wojtyra)



Hemerobius sp. "faisant le mort" à droite ! (nervures longitudinales avec petits tirets foncés et la plupart des microtriches ne partant pas de ces tirets) photos J.PMarino




Autre Hemerobius sp. : le genre possède une ligne récurrente (nervure humérale) à la base du champ costal...(photos P.Legros)
(la présence d'une petite tache noire au tiers basal de l'aile antérieure et l'aire costale des ailes antérieures très large à la base et se rétrécissant enduite, les taches grises le long du bord apical semblent indiquer H.marginatus)




Autre Hemerobius sp. aux ailes hyalines...(photos J.L.Blanchard)




Hemerobius nitidulus : envergure 15 mm, nervures longitudinales mouchetées de points fauves rapprochés portant les microtriches, oeufs pondus à la base des feuilles des Conifères (photos P.Falatico)


Autre Hemerobius nitidulus, environ 15 mm, était sur Pin sylvestre...(photo P.Falatico)




Diverses vues d'un Hemerobius sp....(photos A.Delannoy)


Wesmaelius (Boriomyia) sp. : nervures longitudinales avec alternance de traits blancs et bruns, 2 lignes transverses foncées de nervures en dents de scie...(photo J.Bailloux, var)


Wesmaelius subnebulosus, envergure 18 mm, petits traits bruns alternant avec de longs traits blancs le long des nervures longitudinales, 2 bandes de nervutres transverses plus foncées en dents de scie, vertex testacé ocracé, côtés bruns pour le thorax... (photo P.Falatico)




Autre Hémérobiide : Drepanopteryx phalaenoides, 15 mm de long (avec la tête rentrée !); la forme des ailes lui donne un aspect de feuille morte et en plus au repos, comme ici, il rentre la tête entre les ailes ce qui fait un très bon camouflage; larve et adulte se nourrissant surtout de Pucerons...(photos R.Stas)


Drepanopteryx phalaenoides : tête au long "cou" non cachée...


Drepanopteryx phalaenoides : son long "cou" permet de replier une grande partie de la tête dans les ailes...(photos P.Falatico)


Autre Drepanepteryx phalaenoides aux ailes diaphanes temporaires...(photo J.Hausser)


Genre au champ costal très large à la base : Megalomus sp....(photos A.Bauvey)

Les "Chrysopes" sont des Névroptères assez communs aux yeux dorés dont les imagos hivernent dans les maisons ou dans la végétation et aux larves dévoreuses de "Pucerons". Nombreuses espèces se différenciant par la nervation et sa couleur, la présence ou non de taches sur la tête, entre les antennes et sur le corps, la couleur du corps, la forme du 1er article antennaire....etc...et il y a des variations saisonnières de coloration ! (il faut donc observer sous une loupe binoculaire !)


Une Chrysope commune : le "Lion des pucerons" Chrysopa perla, vert bleuâtre, nettement marqué de noir...(photos M.Chevriaux)


Autre Chrysopa perla commune dans la végétation basse en juin...


Autre Chrysopa perla, envergure 24-30 mm, grosse tache noire en forme de X entre les antennes...
(on voit aussi les antennes brun clair avec le 1er article large et le 2e artcile noir caractéristiques !)


Diverses vues de Chrysopa perla...(montages-photos P.Prevot)


Chrysopa perla : tete avec le X noir entre les antennes - Profil antérieur montrant 1 tache noire sur le joue et 1 tache noire de chaque côtédu clypeus et marques noires thoraciques (photos P.Prevot)


Repas de pucerons noirs pour Chrysopa perla...(photo G.Champier)


Autre Chrysopa perla et gros plan sur la tête (photos A.Wojtyra, Oise)





Autre espèce proche de la précédente : Chrysopa walkeri, envergure 30 mm, tache noire en X entre les antennes, 2 taches brunes sur le vertex, 2e article antennaire noir, nervures transverses costales noires, nervure sous-costale jaune...(photos M.Le Masson)


Chrysopa pallens ? : environ 20 mm de long, couleur verte sans taches marquées (photo M.Chevriaux) - oeufs pédonculés, déposés en groupe, de Chrysopa sp. (photo F.Bahuaud)


Autre ponte à oeufs pédonculés de Chrysopa sp. collés sur l'arête coudée d'une glume d'un épillet de Poacée (photo J.P.Lavigne) - Autre ponte sur feuille de bouleau (photo J.Dassié)




Chrysopa sp. proche de Chrysopa vittata (photos C.Allardin)






Chrysopa vittata et gros plan sur la cellule ovale...(photo M.Le Masson, massif de Belledonne, 1300 m, bord d'un ruisseau)
(face sans taches brunes ou noires-1ère transverse entre Rs et M aboutit sur la cellule ovale-aile antérieure à bord costal régulièrement arqué-nervures vertes et 1er article antennaire 2 fois plus long que large)


Chrysopa flava : même aspect que le précédent (nervure tranverse aboutit sur la cellule ovale : cf.flèche) mais bord costal sinueux...(photos J.M.Desjacquot)


Gros plan sur les "beaux yeux" de la "Chrysope" Chrysopa sp. (photos G.Rubatto)


Forme hivernante rose rose-rouge de Chrysoperla carnea (photo M.Chevriaux)
(les 2 sexes hibernent dans les maisons ou autres locaux pour s'abriter; si la coloration du corps est en général verte, il apparait souvent des variétés portant des taches rouges sur les côtés des tergites abdominaux, parfois le thorax et la tête; il semblerait que ce coloris rouge accompagne la diapause (hivernation); au printemps, il disparait et les individus redeviennent verts...)


Autre variété rougeâtre (abdomen et thorax) de Chrysopa carnea (photo P.Legros)


Autre forme hivernante de Chrysoperla carnea (photo P.Prevot)


Une trentaine de Chrysoperla carnea hivernaient dans cette ruche abandonnée...(photo P.Prevot)
(les 2 sexes hivernent dans les maisons ou tout autre habitat les mettant à l'abri (guépier vide, ruche vide...)


Autre exemplaire printanier de Chrysoperla(Chrysopa) carnea vert pâle (photo J.P.Marino)


Chrysoperla carnea...(photo R.Stas)


Autre Chrysopa carnea...(photos G.Rubatto)


Chrysoperla carnea...(photo J.P.Marino)


Chrysoperla carnea : gros plans sur la "cellule ovale" (1ère nervure transverse entre Rs et M aboutissant au-delà de la cellule ovale) et sur la tête (sans taches brunes)


Une "Chrysope" originale : Hypochrysa elegans...(photo M.Chevriaux)


Autre Hypochrysa elegans...(photo A.Wojtyra, Oise)


Gros plan sur la tête d'Hypochrysa elegans...


Hypochrysa elegans (photo A.Wojtyra, Oise)




Dichochrysa prasina : ailes antérieures avec une petite tache brun à la base, jaune verdâtre, 2 ou 4 petites taches brunes sur le pronotum, nervures longitudinales vert pâle, nervures transverses noires seulement à leur extrémité...(photos M.Le Masson)


La "Chrysope italienne" Notochrysa (Nathanica ou Italochrysa) italica, envergure 45 mm, 1er article antennaire et tête orangé brillante, côtés du thorax roussâtres...


Gros plan de la Tête de Nathanica italica, genre renommé actuellement Italochrysa


Notochrysa italica...


Autre "Chrysope italienne" Notochrysa italica (photos M.J.Ledoux, Var)


Autre Nathanica sp. à la tête orangée...


Notochrysa capitata, envergure 35 mm, tête orange, thorax brun rouge sans ligne médaine claire...(photo J.L.Blanchard)




Chrysopa septempunctata, envergure 35 mm, vert pâle, antennes de même couleur claire que la tête, nervures vertes avec les transversales noires dans la région basale, commune (photos P.Falatico)
(plus ou moins 7 taches noires sur face et côtés de la tête)


Chrysopa formosa, envergure 30 mm, vert bleu pâle, tête avec taches noires dont 2 sur le vertex, transversales du champ costal noires...(photo P.Falatico)

les photos suivantes de Pierre Falatico illustrent les différents stades de Chrysopa formosa suivis en élevage :


Oeufs pédonculés - La larve, aussitôt éclose, s'attaque à un puceron


Larve de 7 jours se nourrissant de pucerons - Nymphes de 4 jours


Larve de Chrysopa formosa parasitée par un Hyménoptère Proctotrypoïde Héloride du genre Helorus dont la femelle a pondu de nombreux oeufs dans la larve qui meurt au boout de quelques jours (photo P.Falatico)
(parasite d'un insecte auxiliaire donc nuisible!)


Nymphe âgée...


On reconnait cette larve aphidiphage de Chrysope, se cachant sous des déchets divers, grâce à ses 2 longs "crocs mandibulaires" arqués...




Page suivante




1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12-12-01-12'- 12-1-12-2-12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57