Page 32


Page précédente-Page suivante

LES INSECTES AQUATIQUES ADULTES (imagos) (1):

Précision préalable à propos des écosystèmes d'eaux douces :

-On distinguera les eaux courantes (fleuves, rivières, ruisseaux...) et les eaux stagnantes (plans d'eau : lacs, éangs, mares..)

-On distinguera aussi 3 biotopes dans les eaux courantes :

-crénon : eau des sources et autres émergences de nappes phréatiques
-rhitron : partie supérieure des cours d'eau aux eaux en pente bien claires et oxygénées
-potamon : zone inférieure des cours d'eau aux eaux calmes et lentes moins oxygénées

Cela correspond en gros à 2 faciès pour les eaux courantes : lotique et lentique

-faciès lotique : écoulement turbulent à débit fort (type torrents de montagne..)
-faciès lentique : écoulement lent laminaire à débit faible (type rivières de plaine...)

Les Insectes sont essentiellement des Arthropodes terrestres à respiration aérienne trachéenne; certains sont devenus secondairement aquatiques (3 % des Insectes) mais ont conservé cette respiration aérienne



Un des Insectes aquatiques les plus communs : la "Notonecte" Notonecta, environ 15 mm (photo M.Verolet)

Il y a 3 méthodes pour respirer dans l'eau :
-technique de la "bulle d'air" : emmagasinage d'air sous les élytres (espace sous-élytral du "Dytique") ou "plastron aérifère" (poils hydrophobes sous le corps chez l'"Hydrophile")
(importance pour certains des "antennes respiratoires courtes" chez Gyrinus, Hydrophilus.. pour capter et diriger cette bulle d'air)
-technique du tube ou siphon respiratoire
-technique des branchies et trachéo-branchies (larves d'Insectes :page 32 bis)
-(cas particulier de l'utilisation de l'air contenu dans les végétaux immergés)

Les Insectes aquatiques adultes doivent soit :
-remonter à la surface pour "prendre de l'air" : bulles mises en contact avec les trachées dans l'espace sous-élytral pour certains qui ont des stigmates non plus latéraux mais sur la face dorsale : ce sont les Coléoptères et certains Hémiptères Hydrocorises; c'est le cas, par exemple du Dytique qui fait affleurer l'extrémité, de son abdomen ou de l'Hydrophile qui fait affleurer sa tête...
-prélever de l'air sans remonter à la surface par un siphon respiratoire plus ou moins long (cas des Hémiptères Ranâtre ou Nèpe...)



face ventrale abdominale de la "Notonecte" : c'est par le bout de l'abdomen que l'air pénètre sous le corps et atteint les stigmates grâce aux longs poils hydrofuges de la carène médiane ventrale et à ceux plus longs des 2 côtés; l'air peut ainsi circuler sous l'abdomen non mouillable jusqu'aux stigmates respiratoires...(photo H.Robert)

Insectes adultes aquatiques
TechniqueColéoptèresHétéroptères hydrocorises
Bulles d'airHydrophilus-Cybister
Dytiscus-Acilius
Colymbetes-Hydaticus
Ilybius-Agabus
Hydrobius
Notonecta-Naucoris
Corixa-Plea
Aphelocheirus-Sigara
Micronecta
Siphon respiratoire-----Nepa-Ranatra



Le "Petit Hydrophile" Hydrochara (Hydrous) caraboides, 16 mm...(photo M.Le Masson)




Dytiscide Colymbetes renouvelant sa provision d'air en surface


Chez le Dytique adulte, l'air est pris en surface : air inspiré se logeant sous les élytres car le Dytique fait affleurer son extrémité postérieure, des poils hydrofuges permettant la communication de l'air élytral avec l'extérieur (stigmates abdominaux s'ouvrant dans l'espace sous-élytral)


Le "Dytique bordé" Dytiscus marginalis : mâle aux élytres lisses - femellle aux élytres striés longitudinalement (photo A.Laboile)


Agabus nebulosus, 9 mm, autre petit Dytiscide d'eau douce (photos M.Verolet)


Agabus didymus, 12 mm - Tête d'Agabus montrant les antennes beaucoup plus longues que les palpes maxillaires (c'est le contraire chez les Hydrophilides !) (photos M.Verolet)




Acilius sulcatus mâle, 16-18 mm, individu qui s'est envolé de sa mare originelle pour gagner un autre petit plan d'eau (photo Marc Pinson)
(ce Dytiscide est un bon nageur et voilier mais un mauvais marcheur : P1 et P2 avec griffes, P3 modifiée en rames natatoires)

Chez Hydrophilus piceus, c'est l'antenne qui est l'organe de respiration aérienne ! : Le "Grand Hydrophile" aborde la surface de l'eau sur le dos par le côté et met les poils hydrofuges des derniers articles de l'antenne en contact avec l'air qui pénètre jusqu'à la face ventrale de l'abdomen aussi garnie de poils hydrofuges où l'air s'écoule : réserve aspirée par les stigmates mésothoraciques et air vicié rejeté par les stigmates abdominaux qui s'accumule sous les élytres; il y a ensuite rejet de bulles en arrière par des mouvements abdominaux...


Hydrophilus piceus : on voit le "matelas de bulles d'air" (plastron aérifère) sous l'abdomen, les P3 peu modifiées avec une rangée de soies et des grandes épines tibiales servant à se frayer une chemin dans la végétation aquatique dense

On trouve aussi (en faciès lotique : fort courant) d'autres petits Coléoptètes Elminthides et Dryopides aquatiques (5 mm); xylophages, ils sont parfois très abondants dans les ruisseaux où s'accumule du bois mort; ils ont des griffes pour se cramponner et des poils hydrofuges sur le corps qui créent automatiquement une bulle d'air autour d'eux quand ils vont dans l'eau ("plastron respiratoire" leur évitant de remonter chercher de l'air en surface!); seules les larves d'Elmis sont vraiment aquatiques par leurs palettes branchiales latérales; (voir page 32bis); les nymphes sont sur les berges dans un cocon


Elmis sp., petit coléoptère aquatique couvert de poils hydrofuges (phto M.E.B de G.Chauvin)


Voir Hémiptère Notonecte Page 10bis



Hémiptère Corise - Hémiptère à pattes non ravisseuses Aphaelocheirus et aux ailes très réduites au contraire de l'individu suivant


Hémiptère Aphelocheiride: Aphelocheirus aestivalis , forme ailée (sous-espèce ?) capturée au piégage lumineux de nuit au Mont d'Or (photo D.Bourgeois)
(la forme classique précédente a des ailes très réduites et ne peut donc quitter son biotope aquatique originel)


Hémiptère à siphon Nepa cinerea ou "Scorpion d'eau"



Autres "Scorpions d'eau" : Nepa cinerea (photo P.Falatico) - Nepa rubra ? (photo C.ollieu)


Autre Nepa cinerea à moitiée cachée dans la vase...(photo C.Fortune)


Gros plan du siphon respoiratoire à 2 valves de la "Nèpe"...(photo P.Falatico)


Autre Hémiptère à siphon respiratoire et pattes longues et grêles : la "Ranâtre linéaire" Ranatra linearis, 30-35 mm de long (sans les appendices!) photo J.L.Grosse


Hydrocorise au thorax très allongé : Ranatra sp.


Ranatra linearis se chauffant au soleil sur des plantes aquatiques (peut-être qu'elle se prépare à voler pour changer de mare ou étang aux heures chaudes de la journée...) photo C.Fortune


Ranatra linearis dans son milieu, 30-40 mm (photo P.Falatico)


Ranatra linearis hors d'eau pour la photo (de P.Falatico)




Gros plans sur la tête de Ranatra linearis (photos P.Falatico)


Longue patte ravisseuse de Ranatra linearis



Oeufs de Nèpe et de Ranâtre


Oeufs "in situ" d'une ponte de Népidae du genre Ranatra caractérisés par 2 cornes respiratoires; c'est probablement Ranatra linearis; chez cette espèce les oeufs sont souvent pondus en ligne dans une feuille de nénuphar : la feuille a été coupée parallèlement à la ligne de ponte avant de faire la photo en aquarium; lorsque la feuille flotte, les oeufs sont immergés, seules les cornes respiratoires dépassent dans l'air (montage photo G.Chauvin)







Grande Nèpe africaine (5 cm de long pour le corps) : au bord de l'eau prête à l'envol - dans l'eau (photos C.Fortune, Tanzanie)




Page suivante









1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-15-6-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32'-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57