Page 13ter-3

Page précédente Page suivante

LES BOMBYCOIDES, une super-Famille née dans la soie (1) :

Cette super-Famille a les pièces buccales atrophiées, en particulier la trompe; elle se nourrit donc pratiquement pas au stade adulte ! Ce sont des papillons nocturnes aux antennes variables (exceptionellement en massue) de taille moyenne ou grande (Attacides) aux ailes bien développées, à grande surface alaire et au vol ramé mais les femelles sont plus lourdes et volent peu ou pas;l'abdomen est souvent massif. Le dimorphisme sexuel est souvent accusé : mâles aux antennes fortement bipectinées, femelles aux antennes plus fines et surtout, ils n'ont pas ou presque pas de trompe; ils n'ont pas de chaetosome et les palpes maxillaires sont atrophiés ou courts. Les chenilles sont glabres ou velues à nymphose épigée et cocon épais de soie

C'est dans ce groupe que l'on trouve le plus grand papillon d'Europe : "Le grand Paon de nuit"

Rappel : place dans la Classification : voir page 13bis

-O/ Lépidoptères
-s-O/ Hétérocères
-Division/ Ditrysiens
-sous-Division/ Hétéroneures
-S-F/ Bombycoides

super-Famille des Bombycoides
FamillesF/ BombycidesF/ LasiocampidesF/ Saturnides ou Attacides
Genres pincipaux-Bombyx-Lasiocampa-Malacosoma
-Gastropacha
-Saturnia-Attacus (Samia)
-Aglia


Les Bombycoides ont donc des caractères négatifs :

-pas (ou peu) de trompe
-pas (ou peu) de palpes maxillaires
-pas de chaetosome

-mais ils ont tous un cocon de soie et des caractéristiques aux ailes postérieures : 8 libre et divergente à la base ou réunie au bord antérieur de la cellule par une barre ou une anastomose; média absente ou réduite


Cocon ouvert de Bombycide et sa chrysalide

1-Famille des Bombycides :

-antennes pectinées, trompe rudimentaire
-quelques espèces originaires d'Extrême-Orient dont Bombyx mori ou "Bombyx du murier"
(que l'on ne trouve plus à l'état sauvage!) dont la chenille est le "ver à soie"
-le mâle vole mal et la femelle encore moins
-la chenille se nourrit de feuilles de Murier blanc (Morus alba) et possède une corne courte à son extrémité postérieure
-les chenilles fabriquent un fil de soie avec lequel elles font un cocon (presque 1km de soie par cocon !);
cette soie est utilisée depuis plus de 4000 ans en Chine (elles sont élevées sur de grands plateaux dans des pièces chauffées appelées "magnaneries")


"Bombyx du murier" sorti de son cocon de soie-Cocon ouvert montrant la chrysalide et les "restes" de la chenille (Photo R.H.Noailles)

Voir les sites spécialisés sur le "Ver à soie"


la chenille du "Ver à soie" (photo G.Chauvin)


Bombyx mori : "Bombyx du murier"-Cocons du "ver à soie": au 1er stade en haut et terminé en bas
(Papillon aux antennes garnies de longs denticules noirs sur 2 rangs-envergure de 4,5 cm; on trouve une espèce voisine dans la nature : Theophila mandarina)


Bombyx mori : femelle faisant saillir ses glandes terminales abdominales oranges à phéromones pour "appeler" le mâle dont les antennes à droite sont "tendues" pour recevoir les effluves du bombycol femelle grâce aux milliers de sensilles chimiorécepteurs antennaires

2-Famille des Lasiocampides :


Lasiocampide mâle (photo J.Denis)

-1500 espèces mondiales (25 en France)
-papillons lourds à vol nocturne de faible amplitude (femelles alourdies)
-antennes courtes bipectinées chez mâles et femelles
-dimorphisme sexuel : femelles plus grosses; pas d'organes tympanaux
-couleurs ternes, brunes, fauves, grises avec des lignes chagrinées en zig-zag transversales...
-ailes postérieures à nervation particulière : dilatation humérale à la base de A2 et renforcement de cette zone par des "nervures surnuméraires" humérales émises par 8
-chenilles recouvertes de poils plus ou moins urticants colorées
-chrysalides dans un cocon mélangé de poils


Nervation de Lasiocampide Gastropacha quercifolia


Dendrolimus pini : "Bombyx du pin" 55 à 85 mm d'envergure; chenilles velues striées de brun (10 cm) causant de gros dégâts dans les pinèdes


Dendrolimus pini, grande variation de coloration avec des sous-espèces géographiques (photos A.Linda)


Autre "Bombyx" ou "Feuille morte du pin" Dendrolimus pini mâle...(photos M.J.Ledoux, Var)


Autres Dendrolimus pini mâles...(photos M.J.Ledoux, Var)


Autre Dendrolimus pini...(photos G.Colombel, Ardèche, 600m, juin)


Dendrolimus pini mâle...(photo G.Colombel)


Chenille de stade 3 de Dendrolimus pini (photos J.M.Desjacquot, Côte de Marlens, 1000 m, Haute-Savoie)


Le "Bombyx du Cyprès" Pachypasa limosa mâle, 25 mm de long, envergure plus de 40 mm, espèce méditerranéenne, sur Cyprès, Thuya et Juniperus...(photos M.J.Ledoux, Néoules, 380 m, Var, 1/07/2014)







Chenille du "Bombyx chouette" Pachypasa otus sur Cyprès...(photos C.Fortune, île de Rhodes, Grèce)





Le "Bombyx à livrée" ou "Livrée desarbres" Malacosoma neustria ou "Bombyx à livrée" mâle et femelle, 4 cm d'envergure maxi, colle ses petits oeufs durs autour d'une branche en "manchon"


Diverses vues de Malacosoma neustria mâle...(photos M.J.Ledoux, Var)


La "Livrée des prés" Malacosoma castrensis femelle, envergure 42 mm ...(photos C.Fortune, Queyras)
(la ligne antémédiane de l'aile antérieure s'incline vers la base, plus incurvée que chez Malacosoma neustria où les 2 lignes transverses sont sub-parallèles)


La "Livrée des prés mâle Malacosoma castrensis (montage-photos M.J.Ledoux) - Malacosoma castrensis femelle (photo J.M.Desjacquot, Molines, Queyras)


Malacosoma castrensis mâle...(photos M.J.Ledoux, Var)


L'"Alpine" Malacosoma alpicola mâle : envergure 15-20 mm, aile antérieure brun-roux grisâtre non hyaline avec lignes transverses jaunes nettes, de 1600 à 2500 m... (photos C.Fortune, Alpes)


Malacosoma alpicola femelle ...(photos J.M.Desjacquot, Molines, Queyras)






Les photos ci-desssus représentent des chenilles de Malacosoma neustria...


Chenille jeune de Malacosoma neustria avec sa pilosité fine rousse...(photo C.Pallard)


Malacosoma sp. : manchon d'oeufs avec chenilles écloses sur tige de Cornouiller (photo M.Billard)


Malacosoma sp. : les petites chenilles quittent rapidement le nid pour aller se regrouper au sol (photo M.Billard)


Chenille de la "Livrée" Malacosoma neustria, 45 mm maxi, tête gris-bleuté avec 2 taches noires, sur nombreux arbres et arbustes à feuilles caduques, aubépine, ronciers-tete vue de face (photo M.Chevriaux)


Chenille de Malacosoma neustria : tête vue de face - parasitée par un Hyménoptère parasitoïde Ichneumonide (dont on voit le cocon en dessous ?) (photo M.Chevriaux)


"Nid" soyeux de Malacosoma neustria sur prunellier...(photos C.Fortune)


Chenille de Malacosoma castrensis...(photo H.Maleysson)


Autre chenille de Malacosoma castrensis...(photos C.Fortune)


Vue originale d'une chenille de Malacosoma castrensis...(photo H.Robert)




Chenille de Malacosoma alpicola (photo B.Saquet, Vieurais, Aveyron, 1100 m, juin 2013)

Le "Bombyx du chêne" Lasiocampa quercus correspond à une espèce aux multiples aspects : cas d'albinisme (formes claires) et de mélanisme (formes foncées) correspondant à des races locales (types alpina, meridionalis, olivacea...) Cette variété est due à l'aire de répartition très vaste de ce Bombyx ! Les mâles ont de nombreux sensilles sur les antennes bipectinées percevant les secrétions odoriférantes abdominales femelles; on l'appelle aussi "Minime à bandes jaunes"; le mâle est un voilier rapide qui vole en zig-zag à la recherche de la femelle


Formes normale et mélanique du "Bombyx du chêne" ou "Minimle à bandes jaunes" mâle Lasiocampa quercus (jusqu'à 8 cm d'envergure pour la femelle)


Lasiocampa quercus femelle (photo J.M.Chauvin) - Lasiocampa quercus mâle venant d'émerger (photo D.Martin)


Lasiocampa quercus : femelle (photo nocturne de M.N.Rollet) - mâle, envergure 60 mm...(photo P.Falatico)


Lasiocampa quercus mâle...(photos G.Colombel, Ardèche, 600m)


Autre photo de la "Minime à bandes jaunes" Lasiocampa quercus : femelle - mâle...(photos O.Sigaud et M.Ponsot)
(il doit son surnom à la parure des mâles qui rappelle la robe monacale des Minimes, religeux dont l'ordre fut crée au XVe siècle !)




Autre Lasiocampa quercus femelle...(photos P.Legros, M.T.Noury et J.M.Chauvin)


Gros plan sur les écailles de la "tache blanche" de Lasiocampa quercus...(photos G.Rubatto)


Stade jeune (1) de la chenille de Lasiocampa quercus, 15 mm, fin août 2014...(photo J.Bailloux, Var)


Stade jeune (stade 2, préhibernation) de la chenille de Lasiocampa quercus (photo G.Chauvin)


Autre chenille jeune (préhibernation) de Lasiocampa quercus...


Stade 3 de la chenille de Lasiocampa quercus...(photo C.Fortune)




Autre chenille, sortie hibernation en mars, de Lasiocampa quercus : de chaque côté au-dessus des stigmates, une ligne longitudinale de dessins blanchâtres et ici en plus une ligne de dessins rouges située sous les stigmates...(photos C.Fortune)




Stade plus âgé de la chenille de Lasiocampa quercus, 65 mm maxi, dessins blanchâtres au-dessus des stigmates, touffes de soies brunâtres, sur de nombreux arbres et arbustes dont les chênes...


Autre chenille de Lasiocampa quercus...(photo J.P.Lavigne)


Autre chenille de Lasiocampa quercus en avril...


Autre chenille de Lasiocampa quercus (photo J.Bierrewaerts) - tête de chenille de Lasiocampa quercus avec 4 stemmates (ocelles) sur le côté...(photo J.P.Marino)


Autre coloration de la chenille de Lasiocampa quercus - chenille de Lasiocampa (Pachygastra) trifolii ou "Bombyx du trèfle", maxi 60 mm, soies dorsales rousses et latérales blanc gris...(photos G.Salama)




Autre variante de la chenille de Lasiocampa trifolii, environ 40 mm, dans une garrigue à chênes pubescents et buis du Var (photos H.Robert)


Cocons mélangés de poils de Lasiocampa quercus d'environ 2,7 cm (photos L.Weitten et G.Chauvin)


Lasiocampa quercus : cocon (photo P.Falatico) - nymphe extraite du cocon (photo G.Chauvin)


Le "Bombyx du trèfle" ou "Petit minime à bande" Lasiocampa trifolii mâles, envergure 45 mm...(photos M.Chevriaux et M.J.Ledoux)


Lasiocampa tifolii mâle...(photo M.J.Ledoux, Var)


Lasiocampa trifolii mâle...(photos M.J.Ledoux, Var)


Lasiocampa trifolii femelle...(photos M.J.Ledoux, Var)


Autre variante du mâle de Lasiocampa trifolii : aile antérieure brun rougeâtre, ligne post-médiane claire, frange brun-rouge, point discal blanc cerné de brun; espèce très variable, nombreuses formes (photos A.Peuch, Portugal)


Autre forme iberica de Lasiocampa trifolii mâle, forme brun rouge uniforme avec le point blanc discal qui subsiste...(photo A.Peuch, Portugal)


Le "Bombyx de l'aubépine" Trichiura crataegi mâle, envergure 30 mm, variantes au fond blanc gris ou plus foncées...(photo M.J.Ledoux)




Chenille de Trichiura crataegi : pilosité fine rousse dorsalement, blanc jaunâtre latéralement plus touffes de soies noires, dessins rouges et blancs d'extension variable sur les parties latérales et dorsales du corps, une paire de rangées latéro-dorsales de verrues rouges...(photos H.Robert)


Avant-dernier stade de la chenille de Trichiura crataegi qui est très variable suivant les stades...(photos G.Champier)


La "Castillane" Trichiura castiliana mâle...(photos M.J.Ledoux, Var)


Macrothylacia rubi ou "Bombyx de la ronce"-Le "Versicolore" Endromis versicolora, localisé (petite famille voisine à part des Endromides)


Endromis versicolora mâle, envergure 45-60 mm, existence de formes claires et foncées, chenille avec processus conique sur abdomen 8 surtout sur Bétulacées (photo J.P.Marino)


Endromis versicolora mâle, ailes brun-ferrugineux, localisé...(photos J.P.Marino)


"Forme claire" d'Endromis versicolora mâle...(photos H.Fortune, Bretagne)



Page suivante




1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13ter-1-13ter-2-13ter-21-13ter-22-13ter-22'-13ter-3-13ter-30-13ter-4-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57