Page 13ter-4

Page précédente Page suivante

LES BOMBYCOIDES, une super-Famille née dans la soie (3) :

3-Famille des Saturnides ou Attacides :

-grande ou très grande taille; vaste surface alaire
-vol ramé lent et irrégulier
-antennes longuement bipectinées chez le mâle, pectinées
ou simplement dentées chez la femelle
(dimorphisme sexuel)
-trompe atrophiée, palpes courts
-pas d'ocelles ni d'organe tympanique
-coloration des ailes brunes avec souvent des taches ocellées ("oeil de paon")
ou des "fenêtres" (lunules) translucides (sans écailles) : une par aile
-ailes antérieures avec 7 et 8 tigées, 10 et 11 absentes; postérieures avec 8 écartée de R dès la base et 1a absente


Nervation d'Attacide

-chenilles de grande taille glabres avec tubercules munis d'épines simples ou ramifiées
-cocon exogé à soie rude en forme de nasse
(cocon ouvert non dévidable!) dont l'évolution peut durer plusieurs années


Antenne bipectinée d'Attacide mâle


Actias (Graellsia )isabellae ou "Isabelle" mâle et femelle : postérieures longuement caudées chez le mâle et plus brièvement chez la femelle; 80 mm d'envergure; chenille sur le Pin sylvestre; dans le Midi et la péninsule ibérique; espèce protégée


Dimorphisme sexuel marqué chez l'"Isabelle" (taille et forme des ailes et antennes)...


"Isabelle" femelle posée sur un rameau de pin sylvestre dans les Alpes françaises (photo A.Hérès, 1999-05-14, Auzet 1160m)


Chenille, stade L5, d'Actias isabellae, (photo A.Hérès, 1999-05-14, [04] Clamensane 700m)

Samia (Attacus) cynthia ou "Bombyx de l'Ailante" : introduit en France en 1858; cocon tissé dans une foliole enroulée d'Ailantus: on en trouve à Paris sur les Ailantes de certaines avenues ! (l'Ailante est aussi appelé "Vernis du Japon"); 10 à 12 cm d'envergure


Samia cynthia ou "Bombyx de l'Ailante" : adulte et chenille

Saturnia pyri ou "Grand paon de nuit" : les femelles attirent les mâles à de grandes distances ! envergure de 10 à 17 cm (le plus grand papillon européen!) chenilles jaunes verdâtres avec tubercules bleu-vif de plus de 10 cm de long; chrysalide restant en sommeil dans son cocon 1 ou 2 hivers; sur poiriers, pruniers, frênes...


Saturnia pyri ou "Grand Paon de nuit" et sa chenille


Autre Saturnia pyri mâle, 12 cm d'envergure...(Allier, en avril, photo P.Coffin)



Saturnia pyri mâle...(photos M.J.Ledoux, Var)


Femelle de Saturnia pyri (photo R.Bouard) et sa chenille (photo V.Wrastaman), la plus grosse chenille française (sur fruitiers, en particulier amandiers), peut atteindre 15 cm !




Autres photos de la chenille mâture de Saturnia pyri avec ses rangées de verrues bleu turquoise...(photos O.Juliard et R.Le Gall)


Déails morphologiques de la chenille de Saturnia pyri (photos R.Le Gall)


Gros plan sur la tête de Saturnia pyri


Gros plans sur les pattes thoraciques et les "fausses pattes" abdominales de la chenille de Saturnia pyri (photos G.Champier)


Chenille de Saturnia pyri sur Noyer...(photos C.Aqua)


Chenille de Saturnia pyri avec ses poils spatulés... (photo C.Fortune, île de Rhodes, Grèce)


Autre type et stade plus jeune de chenille de Saturnia pyri avec ses tubercules saillants en partie bleus et des rouges munis de grandes soies noires, bande blanche latérale sous-stigmatique (photo H.Maleysson)


Autre chenille (stade 2) de Saturnia pyri (photo H.Maleysson)


Gros cocon (7 cm de long sur 2,5 cm de diamètre) fibreux étiré en avant et arrondi en bas de Saturnia pyri (photo A.Renaud) - autre cocon abimé fixé à une branche (photo Y.Baniere)


Autres cocon fibreux et brun de plus de 5 cm de haut de Saturnia pyri...(photos Y.Puntous et J.M.Pédèches)


Saturnia pyri : Tailles relatives du cocon et de sa chrysalide...(photo G.Colombel)




Cocon ouvert et chrysalide de Saturnia pyri en mai...(photos J.M.Pédèches)


Autre chrysalide de Saturnia pyri...(photos G.Colombel)

Saturnia pavonia ou "Petit paon de nuit" : femelle un peu plus grande; chenille sur Prunus, Erica (bruyères), Carpinus et nombreux autres arbustes; envergure maxi de 7 cm
(cette espècest passée par plusieurs noms de genres successsifs : Saturnia puis Eudia puis Pavonia et est revenu actuellement à son nom d'origine Saturnia !)


Saturnia pavonia : Adulte-Ponte-cocon (A) dont un ouvert (B) montrant la chrysalide et la double nasse par où sortira le papillon


"Petit paon de nuit" femelles Saturnia pavonia : antennes faiblement pectinées, coloration gris-brun sans trace de jaune comme chez le mâle (avril 2005), chenille sur de nombreuses plantes basses ou arbustes en mai-juillet -photo de droite de M.A.Schira


Autres Saturnia pavonia : mâle (photo C.Noir) - femelle (photo J.Guérin)


Saturnia pavonia mâle...(photo P.Falatico)


Saturnia pavonia : chenilles de 1er stade venant de sortir de l'oeuf - cocons - chrysalide extraite d'un cocon... (photos M.C Ardouin)


Saturnia pavonia : Femelle venant de sortir de sa chrysalide - Femelle (abdomen large) et mâle (aile postérieure avec du jaune)...(photos M.C Ardouin)


Saturnia pavonia femelle en avril...(photos G.Champier)


Chenilles de Saturnia pavonia : les noirâtres sont moins âgées que la chenille mâture vert jaune...(photos M.C Ardouin)


Autres chenilles mâtures de Saturna pavonia : longueur maxi 60 mm, vert jaunâtre, verrues jaunes entourées de noir avec soies noires, polyphage (Ronces, Bruyères, Myrtilles, Prunellier, Aubépine...(photos M.C Ardouin et L.Weitten)


Chenilles jeunes de Saturnia pavonia (ou pavoniella ?) aux verrues jaunes ou rosées alignées porteuses de soies noires, couleur et aspect variable (photo C.Ollieu) - Autre chenille de Saturnia pavonia (photo H.Maleysson)


Autre chenille de Saturnia pavonia...(montage-photo P.Prevot)


Autre chenille de Saturnia pavonia, 24 mm, sur roncier...(photo M.Le Masson)


Chenilles de Saturnia pavonia : stade L3 - stade final (photos G.Champier, Isère)


Le "Paon de nuit austral" ou "Paon de Scopoli" Saturnia pavionella femelle, envergure 80 mm, vol en février-avril, (photo J.Gautier en Provence)


Saturnia pavionella mâle (photo C.Noir, Midi)




Chenille de stade 2 de Saturnia pavionella à 200m d'altitude en Savoie (photos M.Billard)

Aglia tau ou "Hachette" : jaune avec un ocelle violet-noir sur chaque aile (avec letrre grecque tau au milieu de l'ocelle); le mâle vole en mai-juin au lever du soleil dans les forêts de hêtre à la recherche de la femelle; chenille sur Fagus (Hêtre) et Carpinus; 6 à 8 cm d'envergure


Aglia tau mâle ou "Hachette"


Autres Aglia tau mâles : à la recherche de la femelle souvent cachée dans la litière (photo J.P.Petit)- autre mâle (photo T.Hueber)




Aglia tau mâle en avril (photos C.Fortune, Bretagne)


Dernier stade en prénymphose de la chenille d'Aglia tau (les premiers stades ont 6 scoli dorsaux très développés qui disparaissent par la suite); sur hêtre et autres feuillus (photos C.Fortune)

Quelques grands Attacides exotiques :


Coscinoscera hercules ou "Bombyx hercule" (240 mm d'envergure) et ses chenilles épineuses


Automeris io (Attacide de taille plus petite) et ses chenilles épineuses


Platysamia cecropia (Amer.du Nord) et sa chrysalide; 250 mm d'envergure


Epiphora sp. et Rotschildia maurus : 2 grands Attacides néotropicaux; 250 mm d'envergure


Rotstchildia sp. (on voit ici les 2 extrémités antérieures mimant une tête de serpent pour dissuader les prédateurs !)

L'Attacide Attacine Argema mittrei ou "Papillon-comète" de Madagascar avec ses immenses queues ! (on voit en haut le cocon argenté)


Argema mittrei (photo A.Hérès, 2007-09-22,province de Tamatave, Andasibe)


L'élevage des "Comètes" sauvera-t-il ce magnifique Attacide endémique de Madagascar en régression suite à la déforestation ? (photo P.Guilland)


Autre Argema mittrei...

Beaucoup de ces Attacides, de même que les autres Bombyx, en plus de leur grande beauté, ont un grand cocon de soie: ils ont donc été autrefois introduits ou élevés dans leurs pays d'origine dans l'intention d'en utiliser la soie (Samia en France, Platysamia en Amérique du Nord...) mais ce fut un échec car leur soie, de bonne qualité, ne pouvait rivaliser avec celle du "Murier" car leurs cocons se dévident mal !


Attacides Saturniines africains...


2 Attacides Saturniines : Antherina suraka (Mayotte) - Bunaeopsis jacksoni (Afrique)


Autre grand Attacide Saturniine Gonimbrasia zambezina (Kenya)

problème : La pollution lumineuse de plus en plus importante en Europe ne perturbe pas seulement les migrations des oiseaux mais elle affecte aussi les papillons nocturnes comme le grand paon de nuit dont les populations sont en régression ! cette pollution lumineuse s'ajoute aux polluants divers et à la disparition de biotopes naturels; n'oublions pas qu'il y a environ 4500 espèces de papillons nocturnes et que certaines régions de France ont une luminosité artificielle jusqu'à 20 fois supérieure à la luminosité naturelle (fond étoilé ou lumière zodiacale); il est temps de mesurer l'ampleur du problème lumineux qui dérègle les horloges biologiques internes de nombreuses espèces d'Insectes à activité crépusculaire ou nocturne !




Page suivante




1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13ter-1-13ter-2-13ter-3-13ter-30-13ter-4-13ter-5-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56