Page 13-6

Page précédente Page suivante

LES NYMPHALIDES, une famille à 2 faces (1) :

Ces papillons, de taille moyenne, sont si communs qu'ils ont été depuis longtemps affublés de noms populaires très nombreux (parfois approximatifs : "petite tortue, carte géographique, nègres, déesse à ceinturons, tabacs d'Espagne"...); ils ont le plus souvent une livrée bien colorée sur la face externe visible en vol (colorations physiques dues à l'optique ou chimiques pigmentaires); mais pour eux, la face inférieure terne moins colorée est plus importante : elle leur permet lorsqu'ils sont au repos, ailes appliquées verticalement, de se confondre plus ou moins avec le support donc d'échapper à leurs prédateurs lorqu'ils sont le matin engourdis dans le froid ou la rosée

A noter, une nouvelle fois, un changement de nomenclature : Le "Paon du jour" Inachis io est devenu Aglais io après s'être appelé auparavant Vanessa io !


"Petite Tortue" ou Vanesse de l'ortie Aglais urticae ailes étalées et ailes au repos


Ce "Robert-le-Diable" montre ses 2 faces différentes avec en particulier le C blanc du revers des ailes postérieures d'où son nom spécifique C-album


Les 2 faces bien différentes du "Vulcain" Vanessa atalanta (photos H.Maleysson)


Autres faces bien différentes chez le "Paon du jour" Inachis io (photos J.P.Marino)

On les appelle aussi "Papillons à chenilles épineuses" (cas des Vanesses) : ces chenilles présentent souvent sur chaque anneau des tubercules charnus ornés de poils raides; la répartition de ces tubercules est différente sur le thorax; chez certains ne subsistent que les épines de la tête parfois bifides...


Chenilles épineuses de Morio et d'Argynne


Chenilles grégaires épineuses d'Inachis io sur Orties...(photo M.Chevriaux)


Chenille épineuse du dernier stade du "Paon du jour" Inachis io: longueur maxi 42 mm, noire avec nombreux points blancs, fausses-pattes brun-jaunâtre, tête noire, surtout sur Ortie (photo L.Weitten)

Les pattes antérieures sont plus ou moins atrophiées et impropres à la locomotion et elles sont repliées dans les poils du thorax de telle sorte qu'ils ne semblent n'avoir que 4 pattes !


Pattes antérieures atrophiées dites "pattes en palatine" de Nymphalide (Morpho) d'après Le Cerf
(A mâle, B femelle : pas de griffes tarsales terminales)

Les écailles glandulaires odorifiques sont fréquentes : écailles androconiales qui sont des organes producteurs de phéromones attractives sexuelles...


Structure écailles de Nymphalide (d'après Weber) : coupes transversales
(a=arêtes transverses, l.i et l.s=lamelles inférieures et supérieures, p=pédicelle, r=rides longitudinales, tr=trabécules)


Types d'écailles androconiales de Rhopalocères-Appareils androconiaux aile post. d'Opsiphanes
(i=écaille androconiale de Dryas-1=brosse antérieure, 2 et 3=pinceaux érectiles)

Rappel : Place dans la classification : voir page 13ter


-O/ Lépidoptères
-s-O/ Hétéroneures
-Division/ Ditrysiens
-s-Division/ Rhopalocères
-S-F/ Papilionoides
-F/ Nymphalides

Caractères généraux essentiels des Nymphalides :

-des milliers d'espèces dans le monde
-couleurs vives sur le dessus (physiques et chimiques) et plus ternes au-dessous
-ailes entières ou festonnées et souvent écailles androconiales
-palpes dressés
-P1 non fonctionnelles dans les 2 sexes (tarses des mâles à 2 articles)
-chenilles glabres avec cornes succintes sur la tête ou tubercules charnus le plus souvent couverts d'épines ramifiées (Vanesses)
-chrysalides le plus souvent suspendues ou libres sur le sol


Chenille épineuse de Vanesse-Chrysalide suspendue de Vanesse-autre chrysalide suspendue de Nymphalide (photo M.Chevriaux)


Vanessa atalanta : Chenille et gros plan des scoli épineux - chrysalide suspendue (photos J.P.Marino)


3 chrysalides suspendues de Nymphalides : Polygonia c-album - Vanessa atalanta - Pararge aegeria (photos P.Falatico)
(celle de Vanessa atalanta est au jour J d'émergence de l'imago !)


Chrysalides du "Paon du jour"Aglais (Inachis) io (photos P.Falatico et J.Balda)

2 sous-Familles représentées en France :s-F/ Nymphalines et s-F/ Satyrines (on faisait auparavant une Famille à part pour les Satyrines!)

Famille des Nymphalides
s-F/ Nymphaliness-F/ Satyrines
-pas de nervure antérieure dilatée à la base-au moins 1 nervure antérieure dilatée à la base
-face supérieure des ailes bien colorées
(colorations pigmentaires ou physiques)
-face supérieure des ailes plutôt brun sombre
avec taches ocellées (colorations pigmentaires)
-chenilles épineuses à tubercules-chenilles sans tubercules ni épines
sauf 2 petites pointes charnues à l'extrémité
-chenilles sur diverses plantes et arbustes-chenilles sur Graminées (Poacées)
-chrysalides suspendues-chrysalides suspendues ou à terre



Nymphaline (Melitaea) : pas de renflement des nervures - Satyrine (Epinephele) : renflement de SC et Cu

Pour les fans de la systématique actualisée, la classification est plus complexe et les Satyrines sont devenues une sous-famille des Nymphalides (7 sous-Familles de Nymphalides) :

-s-F/ Libytheines : Libythea
-s-F/ Charaxines : Charaxus
-s-F/ Apaturines : Apatura
-s-F/ Limenitines : Ladoga-Neptis-Limenitis-Azuritis
-s-F/ Nymphalines : Nymphalis-Vanessa-Araschnia-Inachis-Polygonia...
-s-F/ Heliconiines : Argynnis-Pandoriana-Speyeria-Fabriciana-Brenthis-Issoria
-Boloria-Clossiana-Melitea-Mellicta-Euphydryas...

-s-F/ Satyrines : Melanargia-Hipparchia-Satyrus-Brintesia-Erebia...
-s-F/ Danaines : Danaus

sous-Famille des Libytheines : 1 seule espèce en Europe


L"Echancré" ou "Libythée du Micocoulier" Libythea celtis, envergure 40 mm, longs palpes, ailes antérieures indentées et taches fauve orangé, espèce méridionale, chenille sur le Micocoulier Celtis australis...(photos P.Falatico et G.Colombel, Ardèche, 23-01-12)


Autre revers de Libythea celtis (photos F.Cregut)


Autres Libythea celtis...(photos P.Falatico)

sous-Famille des Charaxines : 1 seule espèce surtout méditerranéenne

-Charaxes jasius ou "Pacha à 2 queues" : espèce méridionale au goût moins raffiné que sa livrée car se nourrit d'excréments; il est un peu "alcolo" car l'éthanol semble l'attirer et je sais que certains les appataient avec du vin ou d'autres breuvages alcoolisés ou avec des fruits fermentés; chenille sur l'arbousier qui hiverne...


Charaxes jasius en vol...


Charaxes jasius : posé sur un doigt - se nourrissant sur une vieille figue...(photos P.Falatico)


Charaxes jasius (photos M.J.Ledoux, Var)


Le "Nymphalide de l'arbousier" ou "Pacha à 2 queues" Charaxes jasius 38-50 mm...(photo P.Falatico)


Autre exemplaire de Charaxes jasius (photos P.Falatico)


Comme sur ces photos, le "pacha à 2 queues" est un adepte du hilltoping territorial : le mâle reste sur un poste élevé d'observation (ici sur un Figuier) à partir duquel il surveille son territoire et les éventuels intrus qu'il chasse...(photos P.Falatico)


Joli "museau" de Charaxes jasius enfonçant sa trompe dans des fruits pourris fermentés (photo P.Falatico) - Autre Charaxes jasius posé au sol (photo J.M.Chauvin)




Charaxes jasius : oeuf - naissance - chenille plus âgée (photos P.Falatico)


Capsules céphaliques caractéristiques de la tête de la chenille avec ses 4 longues cornes épineuses (perdues à chaque mue de la chenille)

Voir montage-photos de B.Nicolosi : De l'éclosion à l'émergence de Charaxes jasius

(Les Charaxes tropicaux sont très nombreux, magnifiques et variés : voir quelques photos de Charaxes africains page 13-10)

1-sous-Famille des Nymphalines :

-Ailes antérieures sans nervure gonflée à la base

-Apatura iris -Apatura ilia : "Grand et petit Mars changeant" (ce dernier est parfois jaune ocre à la place du blanc habituel : variété clyte) chenilles sur saules et peupliers avec uniquement épines bifides sur la tête


"Grand Mars changeant" (Apatura iris) au repos-Apatura iris ailes étalées-"Petit Mars changeant" (Apatura ilia) au repos


Autre photo d'Apatura iris femelle


Autre exemplaire de la forme nominale mâle d'Apatura iris aux couleurs changeantes d'où son nom de "Grand Mars changeant"...(photos T.Hueber)


Apatura iris mâle : recto - verso (photos O.Féraud)


Recto et verso d'Apatura iris mâle...(photos P.Falatico et T.Hueber)
(c'est donc le mâle qui présente des reflets bleu-violet sur le recto d'une ou deux ailes !)




Chenile de stade jeune d'Apatura iris...(photos M.Le Masson)


le "Petit Mars changeant" Apatura ilia mâle, 55-60 mm, tache antérieure cerclée d'orange, sur saules et peupliers...


Autres Apatura ilia (photos P.Falatico et J.M.Chauvin)


Autres photos d'Apatura ilia, femelle attirée par la sueur humaine (photos J.P.Petit)


Apatura ilia femelle; forme clytie à droite...


Apatura ilia femelle, forme clytie (photos Y.Banière)






Diverses vues d'Apatura ilia forme clytie...(photos P.Falatico)

-Limenitis : "Sylvains ou Nymphales ou Alcyons"


Le "Petit Sylvain" Ladoga camilla femelle - Le "Petit Sylvain" Ladoga camilla femelle aux ailes plus arrondies et moins foncées que le mâle...(photos L.Weitten et M.Chevriaux)


Ladoga camilla mâle ...


Autre Limenitis (Ladoga) camilla...(photo C.Fortune)


Le "Sylvain azuré" Azuritis reducta mâle : tache blanche antérieure plus marquée que le "Petit Sylvain" n'a pas, 50 mm, chenille sur Chèvrefeuille qui hiberne (photo P.Pinson)-Couple d'Azuritis reducta, le mâle en haut...(photo J.P.Marino)


Autres photos d'Azuritis reducta (photos P.Neveu) - Autre exemplaire...


Azuritis reducta revers...(photos P.Falatico, J.P.Marino et S.Rolandez)


Autres Limenitis (Azuritis) reducta...(photo de gauche de P.Falatico)


Limenitis reducta : dessus noir à reflets acier, revers purpurin avec une seule rangée de points noirs postdiscaux (2 rangées de points chez L.camilla)...(photos C.Fortune, Corse)


Autre "Sylvain azuré" Limenitis reducta (photos M.J.Ledoux, Var)




Chenille épineuse mâture de Limenitis reducta, environ 10 mm, sur Lonicera xylosteum (photos G.Champier)
(corps vert, scolis épais avec épines à apex clair, tête brun rougeâtre épineuse...)

Comme le "Pacha", le "Syvain azuré" mâle a un comportement territorial : les 2 photos suivantes montrent le mâle surveillant les alentours de son poste d'observation en hauteur sur un arbousier : photos C.Pallard, île Creizic (Morbihan)



le mâle étant ainsi agressif, il s'ensuit des poursuites et "batailles" à travers la végéation aboutiissant plus souvent que les autres espèces du lieu à des ailes plus ou moins déchirées voire en lambeaux en fin de saison :


Limenitis reducta prenant un "bain de soleil" : 25 juin - 25 août

-Le "Grand Sylvain" Limenitis populi est plus grand (80 mm) avec plus de taches blanches aux antérieures


Limenitis populi, probablement mâle (bande blanche du revers antérieur est plus large chez la femelle) photos J.P.Marino, Alpes maritimes, 1000 m)



Page suivante




1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-13-5'-13-6-13-61-13-7-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57