Page 11-5

Page précédente Page suivante

LES CURCULIONIDES ou "Charançons", la famille la plus nombreuse des Coléoptères (1) :

Ce sont des Rhynchophores car ils possèdent un rostre, sorte de museau plus ou moins allongé portant des antennes souvent coudées au milieu et des petites pièces buccales à son extrémité; il existe environ 70 000 espèces mondiales dont environ 1500 en France; ce sont les plus nombreux et les plus nuisibles des Coléoptères car ils peuvent attaquer toutes les parties des végétaux : racines (Sitones), tiges (Ceutorrhynques), feuilles (Orchestes), bourgeons (Rhynchites), fleurs (Anthonomes), fruits (Otiorrhynques), grains stockés (Calandres) ou même le bois comme la petite sous-Famille des Cossiines...;ils sont donc souvent très nuisibles (importance économique); Chez certaines espèces, les mâles sont rares car il y a des cas de parthénogénèse (Otiorrhynques)
On les a aussi appelé autrefois "Proboscidiens" à cause de ce rostre en "trompe" durcie et souvent courbée vers le bas


Un Apionide :Eutrichapion viciae

Rappel : Place dans la Classification : voir page 11

-O/ Coléoptères
-S-F/ Phytophagoides
-Série/ Rhynchophores ou Curculionoides : tête prolongée en rostre,
antennes en massue avec scape long
-F/ Curculionides

Caractères généraux essentiels :

-Taille variable: de 1 mm chez les Apion à: 70 mm chez les Rhynchophorus des palmiers tropicaux

-tête prolongée en rostre (extension de la capsule éphalique) à l'extrémité duquel émerge l'appareil buccal : ce rostre peut chez certains se replier en dessous dans un sillon du prothorax; il peut être long et courbe et dépasser la longueur du reste du corps chez certains Balanins; chez certaines femelles, le rostre peut servir d'instrument de forage pour creuser une loge où l'oeuf sera pondu
-antennes de 10 à 12 articles coudées avec le premier article (scape) allongé et un funicule en massue (funicule de 3 ou 4 articles avec renflement des articles apicaux); cette massue est souvent donc coudée : angle entre le scape et le funicule; chez certains, le scape peut s'insérer au repos dans un sillon ou scrobe situé sur le côté du rostre


Scrobe d'un Brachyderes (photo P.Legros)


Type de rostre court aplati chez Cyphocleonus (photos H.Robert)


Tête de "charançon" à rostre court de profil avec le scrobe bien visible (MEB; L.De Vos ULB)


Dessin du rostre touffu d'un "charançon" exotique mâle : Rhinostomus barbirostris
(chez cette espèce,le rostre "barbu" des mâles sert à se battre avec d'autres congénères)


Couple de Rhinostomus barbirostris


Charançons exotiques dont le Rhina à rostre barbu (taille moyenne de 4-5 cm avec le long rostre)

-palpes maxillaires plus ou moins rigides à 3 articles (galéa et lacinia fusionnées en 1 seul lobe)
-corps de forme variable : arrondi, ovalaire, étroitement allongé, massif, subsphérique...
-pattes courtes avec tarses cryptopentamères (tétramères), saltatoires chez les Orchestes
-cuticule parsemée de spicules, épines, squamules et parfois une pruinosité (Lixxus, Clionus)
-coloration parfois très vive (couleur des téguments et des squamules : Coniatus) ou terne (Othiorrhynchus)
-larves éruciformes apodes, presque cylindriques, souvent recourbées avec téguments blancs et mous; seule la tête est sclérifiée
-nymphose en terre ou sur le végétal
-régime uniquement phytophage avec surtout des phyllophages (dégâts importants en agriculture); quelques-uns sont xylophages secondaires (Charançon du pin, Pissode de l'épicéa), d'autres séminivores (insectes des grains stockés : Calandres des céréales); quelques rares espèces sont ceccidogènes (Ceutorrhynques)

Il existe actuellement 16 sous-Familles dont on n'étudiera que les principales : la classification est surtout basée sur le type de rostre, la forme et la position des antennes, la présence ou non du scrobe et sa forme...
(La taxonomie de ce groupe le plus riche des Colé,os est sans cesse remaniée avec l'apparition de nouvelles sous-familles comme les Baridines (Baris-Limnobaris) et les Mésoptilines (Magdalis)...)

1-sous-Famille des Entimines (Entiminae) :

-rostre droit et épais
-antennes longues logées dans des sillons ou scrobes
-forme courte ovoïde
-beaucoup sont aptères (élytres soudés) à couleur sombre ou vive
-adultes sortant la nuit provoquant des encoches régulières sur les feuilles et peuvent attaquer les bourgeons
-Otiorrhynchus (1000 espèces): genre le plus répandu et le plus nuisible; nocturnes, parthénogénèse fréquente; les 2 espèces suivantes polyphages s'attaquent à la vigne; font des encoches régulières sur les feuilles et attaquent aussi les bourgeons; certaines espèces creusent des logettes dans le collet des fraisiers (racines ou collets coupés)

-Tribu des Alophini : Rhytideres...
-Tribu des Otiorhynchini : Otiorhynchus...
-Tribu des Peritelini : Peritelus-Simo...
-Tribu des Phyllobini : Phyllobius...
-Tribu des Polydrusini : Polydrusus-Pachyrhinus-Liophloeus...
-Tribu des Sciaphilini : Barypeithes-Eusomus-Sciaphilus...
-Tribu dse Brachyderini : Brachyderes-Strophosoma...
-Tribu des Cneorhini : Cneorhinus-Philopedon...
-Tribu des Naupactini : Naupactus...
-Tribu des Geonemini : Barynotus...
-Tribu des Sitonini : Sitona...
-Tribu des Tanymecini : Chlorophanus-Cycloderes-Tanymecus...


Otiorhynchus ligustici : "Otiorhynque de la liveche", 12 mm, thorax fortement granulé, espèce polyphage dont les larves attaquent les racines de Légumineuses fourragères (galeries en spirales à la surface des racines) et de la vigne et l'adulte attaque les bourgeons-Otiorrhynchus sulcatus : 10 mm; attaque aussi les racines de la vigne (élytres à 10 stries avec granules inter-stries; fémurs avec forte dent, noir sur la face dorsale et gris sur la face ventrale); se nourrit la nuit-Otiorrhynchus singularis : 6-9 mm, espèce montagnarde polyphage


Otiorhynchus ligustici, 10-12 mm, revêtu de squamules cendrées ou cuivreuses - Otiorhynchus salicicola (apenninus) : "Otiorrhynque du saule"


Otiorhynchus ligustici (photo P.Reynaud)-Otiorhynchus meridionalis : 7-10 mm, ovale noir, découpe les feuilles des Lilas, Troènes, Oliviers, Fusains...




Autre Otiorhynchus sulcatus (photo J.Heraut)


Otiorhynchus sulcatus (photo P.Falatico) - Autre Otiorhynchus sp. proche d'O.armatus...(photo F.Cregut)




Autre Otiorhynchus sulcatus : ces photos permettent de distinguer les critères d'identification (Fémurs munis d'une forte dent, rostre fortement silloné longitudinalement, pronotum un peu plus plus large que long avec gros granules serrés et arrondis, élytres oblongs ornés de 10 stries, recouverts de petits poils blancs ou dorés faisant des taches...) photos M.Blaise
(Très commun, polyphage mais connu surtout comme l'"Otiorhynque de la vigne" sur laquelle les larves et adultes font de sérieux dégâts...)






Otiorhynchus sulcatus et gros plan antérieur (photos P.Falatico, Drôme)
(on y voit, entre autres, le rostre large avec un profond sillon longitudinal non caréné, le 2e article du funicule environ 1/2 plus long que le 1er et les gros granules saillants et brillants du pronotum...)


Autre Otiorhynchus sulcatus (photo P.Falatico) - Otiorhynchus scaber (photo J.Bailloux)




Otiorhynchus crataegi, environ 6 mm; sous écorces à terre en mars, sur divers arbustes dont Troënes et Lilas...(photos A.Wojtyra, Oise)
(brun roux à l'arrière-corps globuleux, scape arqué, pronotum couvert de granules ombiliqués portant chacun une soie mi-dressée, élytres 2 fois plus larges que le pronotum, fémurs avec dents marquées (crénelées pour les profémurs)


Otiorhynchus pupillatus, 7 mm, espèce alpine : brun foncé, appendices roussâtres, petite fovéole entre les yeux, fémurs renflés avec forte dente obtuse...(photos C.Desjacquot, Seythenex, 74)


Otiorhynchus singularis, 6-7 mm, revêtement de grandes squamules rondes, pronotum avec granules peu denses assez brillants, tibias pubesecnts bisinués, ici sur Acer campestre...(photo M.Billard, Savoie, 500 m)


Otiorhynchus singularis portant un parasite homoptère fixé à l'extrémité abdominale...(photos C.Fortune)


Otiorhynchus singularis - Otiorhynchus rugosostriatus (photos H.Maleysson)




Otiorhynchus rugosostriatus, 7 mm, dans l'herbe de tonte...(photos A.Wojtyra)
(brun, appendices brun-rougeâtre, couvert de gros granules avec fines soies rousses, 2e article du funicule plus long que le 1er, élytres à stries profondes peu ponctuées et interstries larges et convexes avec des soies et granules lisses de taille variable...)


Autre Otiorhynchus rugosostriatus en juin...(photo M.Ludwig, région de Strasbourg)


Autre "Otiorhynque" Otiorhynchus sp....(photos J.P.Marino)


Otiorhynchus sp. in copula - Otiorhynchus ovatus (photos J.P.Marino)




Le "Charançon du fraisier" Otiorhynchus ovatus (les larves attaquent les racines) : en partie brun rouge dont les pattes, rostre noir, ornementation typique sur le pronotum, massue antennaire bicolore...(photos M.Blaise)


Otiorhynchus fuscipes - Otiorhynchus foraminosus (photos H.Maleysson)


Autre Otiorhynchus fuscipes...(photo C.Noir)


Otiorhynchus sp....(photos P.Falatico)
(plusieurs espèces plus ou moins noirâtres proches délicates à distinguer sur simple photo !)


Autre Oytiorhynchus meridionalis et gros plan sur le rostre court épais fortement tricaréné et profondément bisillonné...(photos P.Falatico)


Otiorhynchus niger : ce qui fait la différence avec les quelques espèces à pattes rouges avec genoux et tarses noirs et élytres ponctués-ridés, c'est la longueur du 2e article du funicule ici 1/3 plus long que le 1er...(photo Y.Puntous)


Otiorhynchus armadillo, 7-10 mm, 2e article du funicule 2 fois le 1er...(photo J.P.Marino)


Autre Ortiorhynchus armadillo : on voit en particulier le pronotum subcarré aux côtés peu arrondis et de gros granules brillants sur le disque... (photo J.P.Marino, Alpes-Maritimes, 300 m)


Otiorhynchus salicicola : précopula (photo M.Billard) - Otiorhynchus apenninus (anciennement forme apenninus d'O.salicicola), 9-13 mm, 2e article du funicule 1,5 fois le 1er, pubescence grise condensée en macules le long des stries...(photo M.Billard)


Otiorhynchus morio, 12-15 mm, noir brillant, glabre, 2e article du funicule 1/4 plus long que le 1er, massue allongée acuminée, stries élytrales superficielles et interstries ridés, pattes noires, fémurs épaissis fortement (photos P.Falatico)




Autre Otiorhynchus morio au rostre tricaréné ponctué à sillons larges...(photos H.Robert)


Autre forme glabre, luisante et sans sculpture élytrale d'Otiorhynchus morio...(photos A.Bauvey)


Feuilles de Troène Ligustrum vulgare attaquées par Otiorhynchus tenebricosus au stade adulte...(photo M.Billard, Savoie)
(les larves attaquent les racines de divers arbustes dont le prunier d'où son nom d'"Otiorhynque du prunier")




Otiorhynchus porcatus, 5 mm, élytres en ovale court avec interstries costiformes crénelés et fortement granulés...(photos M.le Masson, Massif de Belledonne, 1 000 m)




Otiorhynchus cribricollis, 8 mm : rostre court transverse, pronotum aux côtés arrondis avec gros points et soie au centre, élytres oblongs avec stries ponctuées de gros point avec petite soie au centre et rangée de soies blanches plus longues aux interstries...(photos M.Consolo, Italie du Nord)


Petit Curculionide Entimine proche de Sciaphilus asperatus, environ 6 mm...(photos C.Ollieu)



Page suivante





1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11-31-11-4-11-41- 11-42-11-43-11-5-11-5'-11-50-11-6-11-7-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57-