Page 11-7

Page précédente Page suivante

LES CURCULIONIDES ou "Charançons", la famille la plus nombreuse des Coléoptères (6) :

-"Charançons des grains" : 3 mm, ravageurs des grains stockés; ce sont les "Calandres des grains" aussi nuisibles en silos que d'autres Coléoptères Tribolium et "Sylvains" (Oryzaephilus surinamensis); pontes dans les grains de blé et de riz...


"Charançon du blé" Sitophilus granariae sur grains de blé - "Charançon du riz" Sitophilus oryzae, 3 mm, trouvé dans une arrière cuisine...(photo C.Peters)


Autres photos de Sitophilus oryzae, espèce cosmopolite...(photos M.Franke)


Sitophilus granarius (Calandra granaria) ou "Charançon du blé"-"Charançon du blé"-"Charançon du riz" : Sitophilus orizae (environ 3mm)


Vues dorsale et ventrale de Sitophilus oryzae, 4 mm...(photos M.Le Masson, Isère)
(2 Sitophilus ont 4 taches oranges sur les -élytres : S.oryzaee-S.zeamais; ici c'est Sitophilus oryzae car ponctuation du pronotum à points ovales allongés, zone médiane longitudinale du pronotum sans ponctuation et moins de 20 ponctuations sur la longueur médiane du pronotum contrairement à S.zeamais)


Sitophilus sp. (photo M.E.B de G.Chauvin)

Les "Calandres" exotiques (photos suivantes) sont nettement plus grands : certains mesurent 40 mm (contre 3 mm pour les Calandres français!)





-Les "Balanins" à rostre très long et mince, courbé : Balanins des glands, châtaignes et noisettes ("Vers des noisettes"), 3-9 mm; certains comme Balaninus villosus peuvent pondre dans des galles de Cynipides !


Curculio venosus, environ 7 mm... (photos A.Bauvey)


Couple de Curculio glandium (la femelle à droite fore le gland!) - individu isolé (photos M.Chevriaux)


Curculio glandium femelle (le rostre est plus long chez la femelle !) photo C.Fortune


Curculio glandium femelle sur "son" gland prêt à l'envol (photos P.Falatico)


Le très long rostre de la femelle de Curculio glandium (photo P.Falatico)
(Chez la femelle, les antennes sont insérées au 1/3 antérieur du rostre, au milieu pour le mâle !)


Autres Curculio glandium : mâle - femelle ...(photos M.Le Masson et P.Falatico)
(plus petit que C.nucum, antennes, une partie du rostre et pattes rougeâtres, antennes à articles subconiques, dent des métafémurs nette...)


Curculio glandium femelle (on voit bien ici les artciles antennaires subconiquues tous beaucoup plus longs que larges) photo R.Stas


Autre Curculio glandium femelle...(photos M.J.Ledoux, Var)


Curculio glandium in copula (photo P.Falatico)


Curculio nucum femelle : 6 mm (10 mm avec le rostre), fascies claires sur les élytres, en juin près des noisetiers...


Curculio nucum (photo de gauche de L.Weitten)


Autres photos de Curculio nucum, rostre plus court que C.elephas et C.glandium...(photos M.Blaise)


Autre Curculio nucum à la coloration plus rousse...(photos M.Tomme)


Cette photo de Curculio femelle montre la longueur du rostre plus long que le corps...(photo P.Legros)


Curculio nucum mâle aux antennes insérées au milieu du rostre qui est plus court que le corps (plus long que le corps pour la femelle) photo M.Le Masson
(élytres déprimés dessus, une petite "crinière" de soies rudes un peu hérissées sur la 1/2 postérieure de la suture élytrale et les derniers articles antennaires du funicule noueux pyriformes, le 1er à peine plus long que le 2e et les 2 derniers 2 fois aussi longs qu'épais (ce n'est pas C.glandium qui a tous les articles du funicule beaucoup plus longs que larges)...)


Autre Curculio sp. proche de C.venosus...(photo P.Falatico)


"Ver des noisettes" ou larve de "Balanin" avec trou de sortie sur le fruit (la larve va s'enterrer ensuite dans le sol à environ 10 cm de profondeur pour la métamorphose qui donnera un adulte au printemps suivant...)


Autre photo de larve de Curculio sp. (larve apode à corps court, épais et charnu, tergites abdominaux à replis dorsaux transverses (photo M.Tomme) - Autre larve de Curculio elephas extraite d'une châtaigne (photo M.Billard)


Larve de Curculio elephas trouvée dans une châtaigne (espèce qui parasite glands et châtaignes : 1 larve par fruit) photos F.Cregut


Autre larve de Curculio elephas




Larve de Curculio elephas dans un gland...(photos P.Falatico)


Autre Curculio nucum se tenant au bord de la feuille prêt à s'envoler...


Autre Curculio nucum avec gros plan sur la "crinière" de soies rudes hérissées au niveau de la moitiée postérieure de la suture élytrale...(photos A.Wojtyra, Oise)




Diverses vues d'un autre Curculio nucum...(photos J.Bierrewaerts)


Autre Curculio encore présent en octobre...


Autre Curculio : Curculio pyrrhoceras ? (photos P.Pinson)


Dorytomus longimanus mâle, environ 6 mm, rostre long et noir, pattes antérieures longues, larves sur peupliers (photos M.Chevriaux et F.Cregut)


Autre Dorytomus longimanus mâle...(photo P.Falatico)


Dortyomus longimanus mâle aux protarses 1 longs...(photos M.Le Masson)




Dorytomus longimanus mâle avec vues ventrales...(photos R.Stas, région de Liège, Belgique)


Forme orange de Dorytomus longimanus mâle (photos M.Le Masson)


Forme orange de Dorytomus longimanus maˆle...(photos P.Falatico)


Autre forme orange de Dorytomus longimanus mâle, 6 mm...(photos J.Bartolome)


Dorytomus sp., environ 5 mm, proche de D.filirostris : protibias plus courts que leurs fémurs, funicule à 2e article allongé presque aussi long que la massue, rostre égal à la 1/2 du corps (photo H.Maleysson)


Dorytomus dejeani, environ 4 mm, base du rostre plus large que l'intervalle interloculaire, pronotum à carène médiane fine et taches basales dénudées, calus huméral antéapical tomenté de blanc, larve sur Salix (photos M.Le Masson)


Autre Dorytomus dejeani...(photos G.Champier)


Dorytomus schoenherri, à peine 6 mm, vit sur Populus (photos M.le Masson, Isère)
(protibias aussi longs que leurs fémurs, courbure dorsale du rostre continuant celle de la tête, profémurs aussi longs et épais que les métafémurs, élytres avec de nombreuses taches rougeâtres et foncées formant un dessin marbré, rostre noir et pattes en majeure partie rougeâtres...)


Vues complémentaires de l'élytre et du rostre de Dorytomus schoenherri...




Dorytomus nebulosus, 3,5 mm (photos M.Le Masson, marais de Montfort, Grésivaudan)
(rostre, antennes et pattes roux, pubescence fine appliquée jaune variée de brun-roux, vagues mouchetures roux brunâtre sur les élytres qui sont bien plus larges que le pronotum à la base, pronotum arqué à la base, écusson brun, rostre peu courbé à peu près égal au prothorax....)

7-sous-Famille des Apionines (élevée actuellement au rang de Famille des Apionides) :

-très nombreuses espèces difficiles à distinguer et déterminer
-petite taille (1 à 5 mm); rostre long peu courbé, antennes non ou peu coudées; corps ovoïde et globuleux
-prothorax rétréci en avant; trochanter entre fémur et tibia pas reporté latéralement comme les autres charançons
-peuvent être de couleur vive : rouge, bleu, vert...sur plantes diverses
-Apion apricans-Apion aestivans-Apion trifolii : noirs à pattes jaunes, pondent dans les fleurs de trèfles non ouvertes; les larves détruisent 8 à 10 fleurs par inflorescence; les adultes peuvent être nombreux dans le foin séchant, les larves peuvent ronger les racines des Légumineuses fourragères
-l'"Apion de l'artichaut" Apion carduorum : galeries creusées dans les pétioles par la larve provoquant le jaunissement (nymphose dans ces galeries), capitules attaqués à la base (artichauts non commercialisables)


Apion sp.-Apion miniatum,violaceum et pisi (in Boubée)-Apion onopordi


Un des "Apions des fleurs du trèfle" (avec C.trifolii) : Apion apricans, 2-3 mm, fémurs jaune-orangé - Holotrichapion (Apion) pisi, 2-2,5 mm, globuleux et ventru..(photo M.Chevriaux)


Protapion (Apion) apricans, 2 mm, oblong, noir et glabre, fémurs, trochanters et tibias 1 roux, tibias 2 et 3 ainsi que tous les tarses noirs ou bruns...; la larve vit et se transforme dan sles capitules de Trifolium pratense (photos M.Le Masson)


Protapion (Apion) apricans in copula - Autre Protapion cf.apricans (photo M.Consolo)


Protapion sp....(photos A.Wojtyra, Oise)


Protapion nigritarse mâle, 2,1 mm avec le rostre (photos M.Le Masson, vallée du Grésivaudan)
(antennes rousses jusqu'au 6e article avec massue ovale, hanches (coxae) prothoraciques rousses, rostre roux dans sa moitié apicale donc mâle (entièrement noir chez la femelle), ovale noir avec élytres très convexes, pattes longues rousses sauf les tarses noirâtres...sur Trifolium)


Holotrichapion pisi, assez commun...(photos P.Falatico)


Apion haematodes, extrémités du rostre, des tibias et des tarses foncés le plus souvent...(photo M.Billard)


Autre Apion haematodes (décrite autrefois comme A.frumentarium)...(photos C.Fortune)

La nomenclature des Apion a beaucoup changé depuis Hoffmann pour les Erythrapions (téguments rouge-orangé) : Apion sanguineum-Apion miniatum sont devenus Apion frumentarium et certaines descriptions anciennes de ce dernier sont devenues des Apion haematodes, il reste Apion-rubens-Apion rubiginosum !




Apion frumentarium, plus de 4 mm, yeux saillants, pronotum subcarré arrondi latéralement rétréci aux 2 extrémités avec petit sillon au milieu à la base, ponctuation pronotale et céphalique identique, massue antennaire ovale acuminée...(photos M.Le Masson)


Autre Apion frumentarium sur Rumex...(photos A.Wojtyra)


Aspidapion sp. (photos P.Legros) - Protapion sp., environ 3 mm (photo A.Peuch)




Apion aeneum, 3,5-4 mm, surement une femelle car rostre plus long que le thorax et protibias non arqués en dedans, larves dans la moelle de diverses Malvacées (Althaea-Malva-Lavatera)...photos M.Le Masson
(oblong, noir brillant, d'aspect glabre car pubescence très fine et éparse, élytres bronzés, rostre courbé très robuste brillant à points fins, renflé vers l'insertion antennaire, scape antennaire égal aux 3 premiers articles du funicule réunis avec le 1er plus gros et plus long que les suivants qui sont transversaux, massue oblongue pointue, thorax subcylindrique resseré en avant derrière le bord antérieur épaissi et relevé, élytres oblongs arqués latéralement, leur plus grande largeur vers le milieu à calus huméral saillant, stries fines avec interstries larges finement pointillées, pattes robustes...)


(Per)Apion violaceum ? : 3-4 mm, sur Framboisiers


Probablement Perapion violaceum environ 3 mm, in copula sur une feuille de Rumex...(photo Y.Glon)
(pas facile pour les anciens entomologistes car le genre Apion a été revisité et découpé en nombreux genres inconnus il y a quelques années : Aspidapion-Exapion-Holotrichapion-Perapion-Protapion-Pseudapion... etc...)


Autre Perapion sp.; il y a des variantes de coloration: bleu, verdâtre, bleu et verdâtre, noirâtre...(photos G.Champier)




Perapion violaceum : élytres bleuté, antennes , pronotum, scutellum et pattes noirs, 1er article antennaire plus long que 2+3, tête ponctuée, pronotum cylindrique fortement ponctué avec fossette avant la base, scutellum étroit et allongé, élytres allongés rétrécis vers l'avant avec épaules saillantes, stries nettes avec une rangée de très courtes soies blanches sur chacune...(photos A.Wojtyra)


Eutrichapion sp. (le plus proche est E.ervi)...(photos A.Wojtyra, Oise)


Eutrichapion sp. mâle avec ses antennes entièrement testacées...(photos A.Wojtyra, Oise)




Probablement Betulapion (Eutrichapion) simile, 2,5 mm, au voisinage de bouleaux...(photos A.Wojyyra, Oise)
(Encore une espèce qui achangé plusieurs fois de noms de genre : Apion, Trichapion, Eutrichapion puis Betulapion)


Phrissotrichum perrisi précopula, neviron 3 mm (photo M.Le Masson, massif de la Chartreuse, 400 m)
(bleu foncé ou violacé, soies élytrales blanches unisériées, rostre cylindrique droit pileux à la base et presque lisse glabre et brillant en avant, robuste, plus court chez le mâle et égal à tête + pronotum chez la femelle, tête fortement ponctuée, yeux gros convexes, pronotum court convexe rétréci en avant et arrondi sur les côtés, grossièrement ponctué-sillonné, interstries plans rugeux à bords finement relevés...larve sur Helianthemum...)


Malvapion malvae femelle (rostre pubescent sur sa moitié basale glabre noir et brillant en avant), environ 3 mmn, sur Mauves et Guimauve (photos P.Falatico)
(pubescence dorsale longue blanche plus dense sur le pronotum et à la base des élyres, élytres en partie, antennes et pattes roux-clair...)


Rhopalapion (Apion) longirostre : environ 7 mm avec le rostre, introduit en France vers 1980, sur la "Rose-trémière" Alcea rosae et aussi sur la "Mauve en arbre", en expansion en France : femelle - accouplement (photos P.Pinson)


Autres "Apions de la Rose-trémière" Apion longirostre in copula ; on voit que le rostre femelle est beaucoup plus long ! (photos P.Legros et C.Fortune)


Tube de ponte téléscopique, pour pondre au fond des boutons floraux, de la femelle de Rhopalapion longirostre (photo M.Blaise)


Autres Rhopalapion longirostre in copula...


Rhopalapion longirostre : femelle - mâle (photos P.Falatico)

8-Famille des Nanophyides :


Nanophyes marmoratus-Nanophyes sp. 2 mm : au bord des eaux sur les Salicaires...






Nanophyes marmoratus, espèce à dessin et coloration très variables : nombreuses variétés (photos M.Le Masson, marais de Montfort, Grésivaudan)
(subovoïde et un peu allongé, la pilosité grise ou roussâtre forme des fascies ou linéoles élytrales (large fascie oblique médiane rousse et autre fascie post-médiane décomposée en quelques traits roux notamment très marqués sur les interstries 2 et 4), rostre, tête et pronotum noirs, pattes rousses, antennes roussses avec massue noire, rostre peu arqué robuste fortement strié, stries élytrales profondes et ponctuées...)




Autre Nanophyes marmoratus...(photos A.Wojtyra, Oise)

9-Famille des Erirhinides (ancienne sous-Famille des Calandrines) :


Grypus equiseti (anciennement Grepydius equiseti), environ 6 mm (photos M.Le Masson, bord du marais de Montfort, vallée de l'Isère)
(rostre plus long que l'avant corps, cylindrique, arqué avec carène dorsale et longs poils au sommet, squamules dorsales foncées brunes, celles des côtés (bande latérale sur le prothorax) et de la partie apicale claires (squamules blanchâtres); prothorax plus fortement rétréci en avant qu'en arrière, élytres subcarrés sur les 2/3 antérieurs, fémurs claviformes inermes; larves dans le collet et la base des tiges d'Equisetum palustre, creusant des galeries de 5 à 8 cm de long, sortie des adultes 1 an après en mai...)



Page suivante





1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11-4- 11-5-11-50-11-6-11-60-11-61-11-7-11-70-11-8-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57