Page 11-61

Page précédente Page suivante

LES CURCULIONIDES ou "Charançons", la famille la plus nombreuse des Coléoptères (5) :


6-sous-Famille des Calandriines :

-nombreuses espèces nuisibles


Orchestes fagi : sur cerise-loges nymphales sur hêtre (H.de Merleire) (larves mineuses de feuilles de hêtre, chêne, orme...)
certaines espèces comme Orchestes saltator sautent grâce à leurs pattes postérieures renflées


Détail de l'extrémité du rostre de Rhynchaenus fagi (photo M.E.B de G.Chauvin)


Petits trous (adultes) et galerie-mine (larve) d'Orchestes fagi, larges trous de Phyllobius sur feuille de Hêtre

Beaucoup d'Orchestes sont devenus maintenant des Rhynchaenus !




Orchestes (Rhynchaenus) rufus, 2 mm : tête, rostre, pattes, pronotum et élytres rouge vif, pubescence dorsale blonde peu serrée, métafémurs fortement épaissis, larve dans les feuilles d'Ulmus (photos M.Le Masson)








Curculionine Ramphini "sauteur" : le "charançon mineur des feuilles du chêne" Rhyncheanus (Orchestes) quercus avec gros plans sur le rostre et le fémur 3 très renflé et épineux saltatoires; sillon prothoracique avec pubescence de ses bords couchée et perpendiculaire au sillon... (photos M.Blaise)
(la larve mineuse suit la nervure principale, traverse le limbe et se teemine sur le dessus du limbe en une plage irrégulière gonflée et brunâtre; les adultes s'alimentent sur les feuilles (cécapage) et hiverent jusqu'au printemps suivant...)


Rhynchaenus signifer, 2,4 mm : ornementation de la pubescence blanche typique sur les élytres, antennes, tibias et tarses testacés, larve mineuse de divers chênes à feuilles caduques; synonyme d'Orchestes hortorum=Orchestes avellanae (groupe O.illiger) sur FE...(photos M.Le Masson, massif de Belledonne 900 m)




"Orcheste du Saule"Tachyerges (Rhynchaenus) salicis, 2-2,5 mm, ovale, noir avec 2 fascies irrégulières sur les élytres; ici sur saule cendré, assez commun




Tachyerges (Orchestes) stigma, 3 mm : élytres noirs sans fascies, écusson blanc, antennes et pattes noirâtres, élytres à stries fortes ponctuées et squamulées, fémurs postérieurs épais (pour le saut) inermes; sur Salicacées (Salix caprea, S.cinerea, S.viminalis): dégéts de l'adulte sur jeunes pousses) et aussi sur Populus-Alnus (photos M.Le Masson, vallée du Grésivaudan)


Cionus scrophulariae: Les Ciones sont subglobuleux, 4 mm, souvent sur les Scrofulariacées des zones humides-Magdalis : 4-6 mm, larves xylophages des rameaux morts de résineux et arbres fruitiers


Curculionide Pissodinae (Pissodines) : Magdalis memnonia 5-9 mm, corps allongé noir peu brillant, larve dans les pousses des Pins malades...(photo Séverine)


Magdalis nitida, à peine 5 mm, noir franc, rostre luisant à peine arqué densément ponctué sauf en avant, tête à points fins peu serrés, pièces latérales de la potrine densément squamulées de blanc...(photos R.Stas,région de Liège)


Magdalis violacea, environ 5 mm : coloration bleu-violet, thorax à ponctuation profonde, ponctuation élytrale à points subrectangulaires forts... larve sur résineux (photos A.Bauvey, Vercors, Isère)
(difficile de différencier de Magdalis frontalis-Magdalis duplicata !)


Gymnetron veronicae, environ 3 mm...(photos M.Le Masson)


Gymnetron rotundicolle, 2 mm, sur Veronica, dét.Dr F.Talamelli...(photo M.Consolo, Italie du Nord)






Autre Mécinine Miarus (Cleopomiarus) graminis, environ 3 mm, sur Campanula : élytres avec poils sétiformes irrégulièrement rangés en 2-3 rangs avec crinière suturale blanchâtre, écusson blanc, larve dans capsule des Campanula...(photos P.Falatico)


Cionus olivieri : 4-5 mm, sur les Verbascum, commun-Cionus alauda, 2,5-3,5 mm, pubescence blanche couchée, élytres ornés de dessins noirs plus tache suturale terminale, sur Scrofulaires...(photos L.Weitten)


Cionus tuberculatus, 3-4 mm...


Autres photos d'un couple de Cionus tuberculatus (photos P.Falatico)


Cionus tuberculosus (tuberculatus) : photo P.Falatico - en nombte sur feuille de Fuschia (photo M.C.Imbert)


Larve et cocon de Cionus tuberculatus
(Le cocon est une coque globuleuse elliptique translucide fait avec la substance mucilagineuse secrétée par l'anus de la larve, substance qui protège la larve et lui permet aussi de se déplacer surtout sur les feuilles de Verbascum et Scrofularia...(photos P.Falatico)






Larves de Cionus scrophulariae sur Scrophularia nodosa...(photos C.Fortune, Bretagne)


"Cocon" en coque globuleuse et mucilagineuse de Cionus scrophulariae sur Scrophularia nodosa (photo C.Fortune, Bretagne)
(les larves de Cionus vivent à découvert sur les feuilles dont elles rongent le parenchyme; elles secrètent à volonté une substance muculagineuse (secrétée par l'anus) qui peut les recouvrir entièrement facilitant leurs mouvements (glissement sur les feuilles et tiges) et servant de protection; au moment de la nymphose, cette substance leur sert à fabriquer une coque globuleuse et un peu transparente fixée aux tiges ou feuilles dont elles se sont nourries; ce mucilage disparait après le glissement de la larve sur la feuille et est resecr&été ensuite...d'où des larves nues et des larves mucilagineuses à certains moments...)




Cionus scrophulariae sur Scrofularia nodosa...(photos A.Wojtyra, Oise)


Cionus tuberculosu in copula vus de face (photo M.Consolo) - Autre petits Cionines Cionus hortulanus : couple en précopulation (photo J.P.Marino)


Cionus hortulanus, 3,5 mm : rostre vu de profil distinctement aminci à partir de l'insertion antennaire; rostre, fémurs et téguments élytraux noirâtres...femelle car rostre glabre brillant et lisse (pubescent chez le mâle) photos G.Champier


Cionus scrophulariae, 3 mm, au bord de l'eau (photo G.Le Déroff) - Cionus olivieri (photo J.P.Lavigne)




Cionus thapsus, environ 4 mm, ovale noir à pubescence couchée peu serrée d'un cendré jaunâtre, 2 taches foncées pronotales mal limitées, 2 taches suturales noires élytrales arrondies, interstries avec mouchetures foncées alternant avec des claires, pattes foncées à tarses ferrugineux, antennes rougeâtres, massue des antennes plus courte que le funicule, pronotum transverse conique, élytres à épaules saillantes...sur de nombreux Verbascum (photos H.Robert)


Cionus olivieri perçant une feuille de Verbascum avec son rostre...(photos D.Dubroca)

-Les Ceutorrhynchus ou "Charançons des crucifères" comprennent environ 120 espèces en France : petites formes à rostre long fortement recourbé appliqué à la face ventrale du thorax, épaules saillantes, dernier segment abdominal découvert; vivent sur les plantes herbacées et peuvent provoquer des galles (galles peu nuisibles mais constituent des centres de pourriture); on peut citer le "Charançon gallicole du chou" Ceutorrhynchus pleurostigma avec sa larve arquée blanche de 4 mm


Ceutorrhynchus napi (3-4 mm) : ce dernier est le "Charançon de la tige du colza" dont la larve se nourrit de la moelle des tiges (une autre espèce voisine peut faire les mêmes dégâts : C.pleurostigma, 2-2,5 mm)


Ceutorhynchus obstrictus, 3-4 mm....


Un "Charançon de la tige" d'environ 3 mm, Ceutorhynchys alliariae avec son rostre enfoncé dans une tige de Brassicacée (Crucifère) photo Y.Glon - Ceutorrhynchus sp. : on voit bien le rostre long recourbé (photo M.Chevriaux)


Ceutorhynchus pallidactylus, environ 3 mm, larve dans racines et collets de nombreuses Brassicacées (Crucifères), macules scutellaires allongées claires, prosternum ferrugineux, rostre fin arqué égal à tête+ thorax, front déprimé, bords latéraux du thorax avec un tubercule fort en arrière du milieu, calus huméral saillant...(photos T.Legrand)




Autres vues de Ceutorhynchus pallidactylus, 3 mm : "charançon de la tige du chou" (autrefois C.quadridens); gris cendré, pronotum étranglé à l'avant, tarses, extrémité des tibias et antennes roux, tache rectangulaire blanc jaunâtre au niveau de l'écusson...(photos M.Le Masson, vallée du Grésivaudan)


Ceutorhynchus floralis (typhae), environ 2 mm, ici en nombre sur le "chou marin" Crambe maritima : espèce variable dont la forme type a la suture élytrale claire; très commun sur de nombreuses Brassicacées (Crucifères) dont Cakile maritima et Crambe maritima (photos E.Gallet)
(remarques taxonomiques : la ssp. cakalis est devenue une espèce à part entière et pour F.E c'est maintenant Ceutorhynchus typhae !...)


Autre Ceutorhynchine : Nedyus quadrimaculatus, environ 2 mm...(photos P.Falatico)


Autres Nedyus quadrimaculatus in copula (photo J.Bartolome)


Petits (2 mm) Mononychus (photos L.Weitten)


Mononychus punctum-album (Mono =1, onychus=ongle ou griffe donc 1 seule griffe aux tarses), 4 mm, convexe, trapu, noir ave 1 tache blanche post-scutellaire, sur Iris ornemental des jardins...


Autres photos de Mononychus punctumalbum sur Iris des marais...(photos M.Chevriaux)


Autres Mononychus punctum-album égarés sur une fleur d'Astéracée en Provence


Autre Mononychus punctum-album : individu posé sur une main...


Autres Mononychus : (photos R.Stas) - Mononychus punctum-album sur Iris pseudacorus (photo C.Fortune, Bretagne)


Formes noires et claires de Mononychus punctum-album cohabitent sur cette plante...(photos J.P.Lavigne, Var)


Autre forme de Mononychus punctum-album...(photos H.Robert)

Les Stenocarus sont liés aux Papaver : tache noir velouté sur la suture derrière l'écusson, calus huméral très saillant, pronotum très transverse à bord antérieur sinueux relevé au-dessus du vertex, tubercules sur le pronotum, fémurs dentés... :


Probablement Stenocarus ruficornis (fuliginosus), 2-3 mm...(photos P.Falatico)


Probablement Stenocarus cardui, environ 3,5 mm; côtés du pronotum bisinués et 2 gros tubercules et sillon médian large et profond s'arrêtant au milieu...(photo M.Chevriaux)


Autre petit Ceutorrhynchine : Hadroplontus litura, 3,5 mm, tache scutellaire blanche cruciforme + fascie latérale + fascie apicale, front déprimé, vertex caréné, larve sur collet des Carduus...(photo J.Bailloux)


Autre Haplodrontus litura, 3-4 mm...(photos P.Falatico)


Ceutorhynchine Tapinotus sellatus, 4 mm, oblong, squamules imbriquées gris cendré sauf une bande transversale brune commune aux 2 élytres... (photos M.le Masson)




Autre Ceutorhynchine : Phytobius leucogaster, 3 mm : vivant sur les Myriophylles et pouvant nager ou marcher sur le bord de l'eau...(photos M.le Masson, vallée du Grésivaudan au bord de l'Isère)
(yeux très grands saillants, couvert de squamules ovales serrées non imbriquées brunes et cendrées, pronotum avec côtés largement clairs, tache post scutellaire claire occupant les 2 premiers interstries, vertex caréné, élytres bisinués à la base avec calus huméral allongé assez saillant, pattes finement squamulées, dessous squamulé de blanc ou de jaunâtre...)




Ceutorhynchine Glocianus punctiger, environ 3 mm, sur fleurs de pissenlits (photos A.Wojtyra en mars)


Zacladus exiguus, 2 mm : noir brillant avec bord antérieur du pronotum très relevé et tubercules élytraux portant des soies dures (crins) noires...(photos A.Wojtyra)

Baris (autres charançons des crucifères) : 4 mm, allongés, bleu-noir ou verdâtre brillant, tibias avec épine courbe à l'apex interne, pontes dans tiges, pétioles ou collets des choux qui se brisent facilement


Baris sp. ?? (photos C.Ollieu)


Autre Baris sp. proche de B.laticollis (photo C.Ollieu)


Baris (Aulacobaris) coerulescens, 4 mm : articles du funicule progressivement élargis, pronotum à ligne médiane lisse et bisinué à la base, calus huméral saillant...(photos D.Bourgeois)


Limnobaris T-album, environ 4 mm, oblong, noir brillant, rostre cylindrique peu arqué, pièces latérales de la poitrine dont les squamules forment un T blanchâtre..; larve au collet des racines du Scirpus lacustris; adulte sur divers Cypéracées et Joncacées...(photos M.Le Masson, près du marais de Montfort, Isère)


Limnobaris dolorosa (anciennement Limnobaris pilistriata), interstries avec des poils blancs assez longs serrés souvent disposés obliquement en 1-2 rangées (dans les lieux humides) photos M.Le Masson, Chartreuse, 400 m


Pissodes notatus ou "Pissode des pins" : 7 mm, bande blanchâtre transverse aus 2/3 des élytres, 4 points blancs sur le thorax; mêmes dégâts que l'Hylobine mais la larve, plus petite, se développe sous l'écorce et peut aussi provoquer la mort des jeunes plants de Pins sylvestres et maritimes qui doivent être arrachés et brûlés :


Jeunes plants de Pins d'1 an jaunis par la "Pissode du Pin" (présence de larves creusant des galeries sous-corticoles perturbant la montée de sève)


Pissodes piceae, 11 mm, sur une grume de pin fraichement abattue...(photos M.Le Masson, Chartreuse, 1100 m)


Page suivante



1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11-4- 11-5-11-50-11-6-11-60-61-11-7-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47 -48-49-50-51-52-53-54-55-56-57