Page 11-2

Page précédente Page suivante

LES "TENEBRIONS", des formes sombres de milieux secs (1) :

La famille des Ténébrionides comprend environ 20000 espèces de 2 mm à 80 mm aux types morphologiques variés ressemblant soit à des Carabiques, soit à des Chrysomèles ou autres ...; les téguments souvent noirs ("Mélasomes" des anciens auteurs) sont rarement métalliques; certaines espèces sont rouges, vertes ou bleues et même dépigmentées recouverts d'enduit blanc chez les espèces désertiques; la moitié vit dans les régions steppiques et désertiques constituant le "fond" de la faune des déserts; on peut cependant faire plusieurs types éthologiques : espèces des régions désertiques ("Akis"), espèces des régions halophiles du bord de mer ("Pimélies"), espèces forestières saproxylophages ("Boletophages"), espèces saprophages et nécrophages des lieux humides et sombres des caves ("Blaps"), espèces des denrées stockées ("Tribolium"); les espèces de milieux secs dominent donc avec les adaptations qui en découlent !

Certaines, comme les Tribolium, ont été utilisées au labo pour étudier en écologie les mécanismes de la compétition intraspécifique et la dynamique des populations...


Un Ténébrionide commun sur les sols sablonneux : Opatrum sabulosum (photo J.L.Blanchard)

Rappel : Place dans la Classification : voir page 11

-O/ Coléoptères
-s-O/ Hétérogastres
-S-F/ Cucujoides
-Section/ Hétéromères
-F/ Ténébrionides

Mais la classification reste assez confuse au niveau des Cucujoides !

Caractères essentiels de la Famille des Ténébrionides :

-taille moyenne de 10 à 30 mm
-forme allongée ou arrondie
-téguments le plus souvent durs, sombres, noirs uniformes (voir Tenebrio)
-souvent aptères (ailes postérieures très réduites) avec élytres soudés fuselés
-antennes monoliformes de 11 articles (parfois courtes en massue)
-yeux souvent échancrés
-pattes longues adaptées à la marche qui est souvent lente (hanches antérieures globuleuses à peine saillantes)
-la plupart ont des glandes anales secrétant des quinones (rôle défensif)
-larves de type Elateridien (Cucujoide) : "vers jaunes" à téguments sclérifiés, de forme étroite et allongée (dans le sol ou les entrepôts)


Tenebrio molitor : espèce type de Tenebrionide et sa larve ou "ver de la farine"

-evolution lente pour les formes errantes (2 à 5 ans)
-phytophages au sens large : plantes, débris de plantes, champignons, racines mortes, bois décomposé, farine, grains...

Il est plus intéressant et pédagogique ici de les classer en groupes éthologiques qu'en sous-Familles !

1-Espèces errantes désertiques :

Elles présentent des adaptations au milieu sec et sableux :

-longues pattes pouvant récolter l'humidité de la rosée du matin se condensant sur leur carapace
-la température provoque le fouissement chez les Tenegrions sahariens sabulicoles : longues pattes frangées de longs poils pour déplacer le sable (Sternodes-Pimelia)

C'est chez les 2 sous-Familles des Akidines et des Pimélides que l'on trouve surtout les Ténébrions sub-désertiques et désertiques


Akis baccarozzo, plus de 20 mm, espèce méditerranéenne des lieux sombres et abords des habitations et ruines (photos F.Cregut)


Autre Akis baccarozzo de Corse (photos C.Fortune)


Un Akidine méditerranéen (pierrailles, murs secs, ruines...) : Akis sp. proche de Akis mediterranea ?, 15-20 mm (Espagne) (photo Pierre Pinson)


Akis granulifera...(photos A.Peuch, Portugal)


2 "Pimélies" andalouses : Pimelia bipunctata -Pimelia sp. proche de P.rugulosa...(photos Yann Carasco)


Pimelia bipunctata sortant par dizaine des dunes de sable du bord de la Méditerranée (photo H.Maleysson) - Pimelia sulcata, espèce sub-désertique de Tunisie (photo G.Chauvin)


Morica favieri à l'aspect granuleux (photos C.Fortune, Maroc, région de Marrakech) dét. L.Soldati


Autre Akidine : Morica planata...(photo C.Fortune, Moyen-Atlas marocain) dét. L.Soldati


Autre Tenebrionide des régions sèches méditerranéennes : Scaurus striatus (photo P.Pinson-Espagne)-Pimelia angulata : Pimélie du désert mauritanien qui laisse 2 traces parallèles derrière lui dans le sable comme un mini 4x4 ! s'enfonce dans le sable quand il fait trop chaud (photo P.Pinson)


Scaurus tristus (photo Y.Carasco) - Autre Scaurus sp. proche de Scaurus atratus, environ 20 mm, sur un muret sec et ensoleillé du Midi (photo H.Maleysson)


Scaurus atratus : ils étaient une dizaine à vouloir s'enterrer après une averse dans le Midi (photo H.Maleysson)


Scaurus puncticollis - Scaurus sp. (photos G.Chauvin)


Piméline de Grèce : Pachyscelis villosa, environ 20 mm, à droite dans le creux d'une main...(photos C.Fortune, île de Rhodes)


Autre Pimélide désertique : Adesmia sp. (photo P.Pinson) - Pimelia sp. d'Anatolie...(photo A.Guibentif)


Autres espèces sub-désertiques de Tunisie : Adesmia sp. - Pimelia payraudi in copula (photos G.Chauvin)


Autres Pimelia sp. (photos C.Fortune,Moyen-Atlas marocain)


Pimélie endémique corso-sarde : Pimelia payraudi ssp. payraudi (photos C.Fortune, Corse)


Pimelia undulata...(photos A.Bauvey, Sardaigne)


Pimelia sp. - Erodius sp. proche d'E.siculus... (photos C.Fortune, région de Marrakech et Moyen-Atlas marocain)




Erodius emondi...(photos J.M.Desjacquot, Capo de Gata, Espagne, Andalousie orientale, 23 mars)


Pachychila servillei, seule espèce française, 3e article antennaire de longueur inférieure au double de sa largeur... (photos C.Fortune, Corse) dét. L.Soldati


Tentyria ramburi, 3e article antennaire près de 3 fois plus long que large, base pronotale sans pointes, pronotum moins large que les élytres...(photo C.Fortune, Corse) dét. L.Soldati


Tentyria (Subtentyrina) elongata, 10-15 mm...dét. L.Soldati (photos B.Saquet, Capo de Gata (Espagne) le 02-03-2013, Los Escullos)


Autre Tentyria elongata...(photo J.M.Desjacquot, Capo de Gata, Espagne, Andalousie orientale, 23 mars) - Autre Pimeliine Nycteliini d'Argentine : Psectrascelis sp....(dét. L.Soldati) (photo A.Bauvey)




Un Ténébrion au long cou : Elenophorus collaris des lieux secs et chauds du Midi, 20-25 mm, (photos F.Cregut, Bouches du Rhône)




Un autre Ténébrionide cuirassé et denté : le "Sépidion bidenté" Sepidium bidentatum, environ 15 mm, protubérances dentiformes dirigées vers l'arrière, pronotum bidenté, milieux sableux secs (photos A.Peuch au Portugal)

-grand développement des élytres : microclimat sous-élytral en relation avec les stigmates diminuant les pertes d'eau
-certaines espèces sahariennes peuvent jeuner 2-3 mois (Prionotheca)
-présence de cryptonéphridies permettant d'économiser l'eau et de récupérer les sels minéraux; les excréments sont donc secs (comme dans le cas des Tenebrions des denrées sèches)


La région proximale du tube de Malpighi reliée au rectum est assimilable à un rein !

-l'acquisition de la couleur blanche est exceptionnelle chez les Coléoptères : tête et prothorax noirs et élytres blancs chez Onymacris et Stenocara (le blanc repousse la chaleur contrairement au noir!)


Remarquable espèce désertique aux élytres blancs : Onymacris bicolor

On trouve au voisinage de ce groupe des Tenebrionides français vivant sur les chemins sablonneux et secs comme Opatrum sabulosum aplati comme un Silphide, noir aux élytres chagrinés


Espèce française des sols sablonneux Opatrum sabulosum, 9 mm, forme parallèle du corps (photos M.Verolet et M.Chevriaux)
(se promène sur les chemins secs et dans les sablières, peut détruire des semis en sols sablonneux (larves sur racines, imagos sur plantes), élytres incrustés de sable, commun)


Autre Opatrum sabulosum...(photos R.de La Grandière et P.Falatico)


Opatrum sabulosum : se promenant sur le sable en bord de mer (photo H.Maleysson) - in copula (photos R.de La Grandière)




Autres vues d'Opatrum sabulosum dont le clypéus échancré...(photos H.Robert)


Asida grisea = Asida sabulosa - Dendarus tristis : 8-9 mm, noir luisant, lieux secs et arides...(photo P.Pinson)


Autre Dendarus tristis...(photos C.Ollieu)


Autres Dendarus tristis hivernant en nombre sous les pierres en avril (Provence)


Dendarus tristis qui était dans du bois mort...(photo A.Bauvey, Isère 900m)


Dendarus tristis...(photos A.Bauvey)


Dendarus pectoralis : couple ? (photos H.Maleysson)


Piméliine Stenosis brenthoides, 7 mm... (photo J.Bailloux, Var)




Page suivante





1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10--10-1-10-2-10-3-10-4-10-5-10-6- 10-7-10-8-10-8bis--10-9- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbis-1-11bisbis-2-11bisbisbis- 11-111-11-11-12-11-13-11-14-11-15-11-16-11-17-11-2-11-20-11-21-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57