Page 11-16

Page précédente Page suivante

LES MELOIDES, des larves qui "volent" et des imagos qui se trainent (1) :

Font partie de la Super-Famille des Heteromeroïdes caractérisée par des tarses hétéromères (5-5-4), polyphages primitifs dont la famille la plus importante est celle des Tenebrionides; comprend plusieurs Familles ayant les caractères des Cucujoïdes mais aux antennes non claviformes; beaucoup de leurs imagos se trouvent sur les fleurs (sauf les Meloe dont les femelles se trainent par terre); les larves sont saproxylophages ou prédatrices d'Hyménoptères nidifiants (Anthophores, Megachiles, Halictes, Osmies, Abeilles...)
Certains auteurs font des Hétéromères une section à l'intérieur des Cucujoides !


Le "Triongulin", la larve des Meloe et autres Mylabres qui volent sur le dos des "Abeilles"

d'autres petites Familles, proches des Meloides, appartiennent aussi aux Hétéromères : F/ Mordellides-F/ Rhipiphorides-F/ Oedemerides...

Rappel : Place dans la Classification : voir page 11

-O/ Coléoptères
-s-O/ Polyphages
-section/ Hétérogastres
-S-F/Hétéroméroides

Caractères essentiels de la Famille des Méloides:

Les larves "volent" sur le dos d'autres Insectes (Hyménoptères) tandis que beaucoup des imagos femelles se trainent à terre !!

-environ 2000 espèces mondiales
-biologie la plus complexe par l'hypermétamorphose larvaire avec le stade particulier du "triongulin"
-famille très hétérogène renfermant des espèces ailées, agiles comme Lytta-Zonabris... et des espèces aptères aux élytres déhiscents courtes, aux ailes nulles et à l'abdomen énorme comme chez les femelles du genre Meloe
-beaucoup d'imagos floricoles : Sitaris-Zonitis-Zonabris
-pratiquent souvent l'autohemorrhée : rejet par la bouche et les articulations des pattes d'un liquide coloré en rouge riche en cantharidine toxique pour les Vertébrés!


Autohemorrhée chez Meloe proscarabeus

1-sous-Famille des Lyttines :

-élytres peu sclérifiés, ailes bien développées

La "Cantharide" ou "Mouche d'Espagne ou de Milan" ou "Mouche à emplâtre" : Lytta vesicatoria : 1,5-2 cm; l'adulte défeuille les frênes, lilas et troënes.. (peuvent être nombreux : odeur de souris); les larves "triongulins" s'introduisent dans les nids des Abeilles "maçonnes"


Lytta vesicatoria ; vert vif, ses téguments exsudent un produit vésicant, la cantharidine; connu depuis l'Antiquité pour ses vertus aphrodisiaques!


Autres Lytta vesicatoria se nourrissant de feuilles de Tremble dans le Queyras, émettent une odeur de souris !...(photos C.Fortune)




Autres Lytta vesicatoria sur Lonicera caerulea : in copula - individu isolé (photos C.Fortune, Queyras)
(très souvent en groupe ce qui explique les dégâts possibles dans les jardins sur Lilas, Troènes...et cela explique aussi qu'aux siècles passés on les ramassait facilement en quantité pour des usages médicinaux ou autres...)


Lytta vesicatoria femelle et ses oeufs...(photos P.Falatico)


Emergence des larves de Lytta vesicatoria ("élevage de P.Falatico)


Cerocoma schreberi femelles : dans le Midi, bleu-vert métallique, sur les Astéracées, chenilles parasites des Hyménoptères Tachytes


Cerocoma schaefferi...(photos J.P.Lavigne, Vinon-sur-Verdon)


Cerocoma schaefferi mâle (le dernier article antennaire n'est pas plus de 2 fois plus large que long comme c'est le cas pour C.schreberi..) photo B.Nicolosi


Autre Cerocoma schaefferi...(photo A.Cipière)

Les "Mylabres" : Mylabris(Zonabris) : 10-20 mm; noir à bandes larges transversales rouges; parasites à l'état larvaire des oothèques d'Acridiens et parfois phytophages (Zonabris oleae)


Femelle de Mylabris variabilis pondant dans le sol à proximité des oothèques du "Criquet marocain" Dociostaurus maroccanus (photo A.Foucart CIRAD)-Autre photo de Mylabris variabilis (photo de Marc)


2 Variantes adultes de Mylabris variabilis (polymorpha ?), 11-14 mm (photo J.Thorette-S.S.N.A.T.V)


Mylabris variabilis : femelle fouissant à la recherche d'une ponte d'Acridien à parasiter ? - Autre adulte floricole (photos M.Chevriaux)


Autres photos de Mylabris variabilis...(photos A.Vidal et C.Thomas)


Autre Mylabris variabilis avec un petit Diptère Cératopogonide femelle commensale hématophage (photos P.Falatico)


Montage-photo de P.Falatico...




Le couple de Mylabris variabilis...(photos P.Falatico)


Mylabris quadripunctata, autre imago floricole - photo de droite de E.Moons


Mylabris quadripunctata) : photo H.Maleysson - in copula


Mylabris quadripunctata (photo C.Noir) - Autre "Mylabre" proche de Mylabris hieracii

Pas facile de déterminer avec précison les "Mylabres" qui présentent de nombreuses petites variations de répartiton et importance des taches ou bandes élytrales (d'où les termes spécifiques : variabilis, varians et autre polymorpha...) : les photos suivantes de Henri Maleysson le montrent bien :


Hycleus polymorpha - Mylabris varians


Autre Mylabris varians...(photo J.P.Lavigne)


Autre Hycleus polymorpha femelle...(photos M.Ledoux dans le Var)


Mylabris sp....

Les "Mylabres" ont un comportement nonchalent, restant longuement au soleil sur les fleurs : leur coloration d'avertissement (aposématique) leur procure une immunité vis-à-vis des prédateurs qui sont avertis de la causticité extrême de leur hémolymphe (utilisée autrefois en cataplasme révulsif...); ce comportement est parallèle avec celui des Zygènes chez les papillons!





Un "Mylabre du Moyen-Atlas marocain : Mylabris sp. (photo C.Fortune) - Un autre "Mylabre" africain (Burkina-Faso) : Hycleus trifasciatus (photo H.Robert)


Autres Hycleus sp....(photos C.Fortune, Tanzanie)
(plus de 400 espèces d'Hycleus africains avec de nombreuses variantes; !)


Hycleus senegalensis (photo C.Desjacquot et M.Magnoulous, Toubacouta, Sénégal)


Hycleus argentatus - Hycleus tibialis (photos C.Desjacquot et M.Magnouloux, Toubacouyta, Sénégal)




Autres espèces : Zonitis-Sitaris...


Sitaris muralis : 8-10 mm, élytres déhiscents, tête et pronotum noirs, élytres noirs à base jaune-roux; larves dans les nids d'Anthophores...(photos D.Queille et G.le Déroff)




Le "Meloe à tête rouge" Epicauta rufidorsum, 15-20 mm, noir mat, tête rouge, élytres noirs avec bordure externe de duvet cendré, larve parasite des Acridiens (photos P.Falatico)




Page suivante





1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbis-1-11bisbis-2-11bisbisbis- 11-1-11-11-11-12-11-13-11-14-11-15-11-151-11-16-11-16'-11-17- 11-2-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57