Page 10-7

Page précédente Page suivante

LES CICADOIDES ou "CIGALES", une famille très bruyante (1) :

Il s'agit d"une super-Famille comprenant environ 2000 espèces surtout héliophiles; une douzaine d'espèces se rencontrent en France surtout méridionales ("Cigales" et "Cigadous" de Provence); la plus grande, la "Cigale impériale" de Malaisie a 10 à 12 cm de long, la moyenne de ces Homoptères étant de 23 à 55 mms; la tête est pourvue de 3 ocelles, le corps est massif au mésonotum très développé trapezoïdal et bombé; les yeux sont gros, il n'y a pas d'appareil saltatoire et l'ovipositeur femelle est en forme de tarière lancéolée;
Ce sont des hémimétaboles remarquables par la vie imaginale brève de quelques semaines qui contraste avec la vie larvaire souterraine longue (5 ans pour la plus grande Cigale française et 17 ans pour la Cigale nord-américaine Magicicada septemdecim, record de longévité chez les Arthropodes !)


Article de "Ouest-France" du 13/05/04

Les mâles ont, à de rares exceptions, un appareil sonore particulier au niveau du métathorax et de l'abdomen 1 : ce sont les Insectes les plus bruyants; dès l'antiquité, la Grande Cigale française Lyristes plebeius, cette chanteuse infatigable, éait le symbole de la musique !



Rappel : Place dans la Classification : voir page 10

-O/ Hémiptères
-s-O/ Homoptères
-Section/ Auchenorhynques ou Cicadiaires
-Série / Cicadomorphes : nervures clavales libres
-S-F/ Cicadoides ou "Cigales"

Les Cicadoides comprennent 2 Familles basées sur la structure de l'appareil sonore (voir dessins)

-F/ Cicadides : enceintes dorsales de l'appareil sonore présentes (cymbacalyptes): cymbales cachées ou en partie cachées (Cicada-Lyristes...)
-F/ Tibicinides : pas d'enceintes dorsales ou très réduites : cymbales à nu (Tibicen...)

Caractères essentiels de la super-Famille des Cicadoides :

-Insectes massifs, robustes, larges
-3 ocelles disposés en triangle et 2 gros yeux
-antennes avec flagellum de 5 à 7 articles fins


Tête de Cigale : on voit bien les 2 gros yeux, les 3 ocelles en triangle et les pattes antérieures aux fémurs dilatés et épineux - Tête de Lyristes plebejus (photo P.Falatico)


Gros plan sur la tête d'une Cicada (photo P.Falatico)




Rostre piqueur-suçeur à 2 articles de la Cigale (photos P.Falatico)

-ailes tectiformes, membraneuses, bien nervurées avec champ anal développé et présence de nervures bordantes de renforcement ou nervure périphérique (car les nervures ne vont pas jusqu'au bord)




Ailes de Cicada orni...(photo P.Falatico)

-ces ailes sont transparentes mais sont colorées chez certaines espèces tropicales et asiatiques
-corps sombre, noir, brun ou vert pâle; abdomen cylindrique et épais en cigare
-pattes antérieures aux fémurs dilatés et épineux sur leur bord interne
-les femelles déposent les oeufs dans des logettes creusées dans les tiges vivantes ou mortes; dès leur naissance, les larves gagnent le sol et s'y enfouissent grâce à leurs pattes antérieures transformées pour fouir et couper


Patte antérieure de larve de Cigale (d'après M.Boulard)-Larve-nymphe

-Dans leurs terriers tubuleux, ces larves aspirent la sève des racines et urinent abondamment : cette urine est utilisée pour ramollir les galeries et maçonner; puis elles sortent en agrandissant leurs galeries vers le haut et se libèrent de leur mue nymphale agrippée à un arbre ou un mur...
-larves, nymphes et adultes se nourrissent de sève mais pas de dégâts car leur nombre n'est jamais abondant !


"Dépuilles larvaires de Cigale" (exuvies) sur feuille : l'insecte adulte s'est "extirpé" de sa dernière peau larvaire qui reste fixée sur le support (photos J.M.Chauvin et P.Virat) - mue imaginale (photo F.Cregut)


Autres "dépouilles larvaires" de Cigale...(photos P.Falatico)


Autres "dépouille larvaire" de Cigale (photos H.Robert et P.Falatico)


Autres dépouilles (exsuvies) larvaires du dernier stade ("larve-nymphe") avec fente longitudinale dorsale d'où est sortie la Cigale adulte (photos R.de La Grandière et C.Noir)




Les photos ci-dessus représentent les étapes de la mue imaginale de la Cigale depuis la sortie de terre de la larve, sa montée sur un tronc, la sortie de l'adulte qui s'extirpe de sa dermière exsuvie larvaire jusqu'au déploiement des ailes...


Autre exuvie de Cigale...(photos C.Fortune, Guadeloupe)

-L'appareil sonore des Cigales : stridulation par déformation de membranes ou Cymbalisation

-Appareil complexe mâle localisé essentiellement sur le segment 1 adominal (pleuro-sternal)
-Constitué par:

-2 timbales ou cymbales ("Tambour") : 2 plaques chitineuses parallèles sur adomen 1 pleural avec des crêtes chitineuses longitudinales (les cymbales sont partiellement cachées par un repli pleural)
-2 muscles sternaux cymbalaires en V puissants reliant les plaques de la timbale par un large plateau tendineux

Le son est obtenu par contraction des muscles cymbalaires déprimant la surface de la timbale et le relâchement brusque en ramenant les plaques, ce qui provoque un bruit sec ou "click" sonore : cette action rapide provoque le bruit des cigales (ou succession de "clicks" si les côtes cymbalaires se déforment successivement)


Opercules et cymbales sur face ventrale-Opercule enlevé : face ventrale gauche


Muscles cymbalaires en V-Déformation de la cymbale par contraction et relâchement du muscle cymbalaire

Le son est amplifié par 2 tympans auditifs (surfaces brillantes sous les muscles cymbalaires) ou miroirs situés à la base de l'abdomen et recouvert d'un opercule protecteur; ce tympan est accolé à un sac aérien très développé formant caisse de résonance et qui occupe une partie de l'abdomen (vaste poche d'air) ce qui refoule ou comprime les organes abdominaux en particulier reproducteurs localisés aux 2 derniers segments !
Dans la famille des Cicadides, un volet protecteur tergal cache plus ou moins les cymbales (cymbacalypte) qui n'existe pas dans la petite Famille des Tibicines


Coupe transversale oblique de l'organe sonore de la Cigale (d'après M.Boulard)


Ici, l'opercule a été enlevé à gauche chez Cicada orni...


Coupe transversale de l'appareil cymbalaire ("appareil sonore")...(dissection et photo de P.Falatico)


2 types d'"appareil sonore" (photos P.Falatico)


Appareil cymbalaire de Cicada orni disséqué en partie : opercule enlevé à gauche , cymbacalypte et opercule enlevés à droite (photos P.Falatico)


2 exemples de cymbale (membrane vibrante) : le nombre et la forme des bandes chitineuses conditionnent la nature du son...(photos P.Falatico)


Autre type de cymbale...


Lyristes plebejus mâle en vue ventrale (exemplaire mort) : les "cymbales" sont entièrement cachées par les "opercules" très développés (photo P.Falatico)


Vue ventrale de la femelle de Lyristes plebejus (pas d'"appareil sonore") photo P.Falatico


Cicada orni mâle en vue ventrale avec l'appareil cymbalaire caché aussi par les "opercules" moins développés que chez l'espèce précédente


Cicada orni femelle en vue ventrale sans appareil cymbalaire (photos P.Falatico)

La modulation est obtenue par élévation et abaissement de l'abdomen : mouvement rythmique compressant ou chassant l'air (l'opercule reste fixe); cette stridulation se fait à température élevée et en été en plein soleil pour les espèces françaises; des espèces tropicales stridulent le soir ou la nuit !


L'abdomen ouvert d'un mâle de Cicada montre un grand "vide" formant caisse de résonance !
(Cet abdomen est donc vide comme une "chapelle" dédiée au chant, les organes abdominaux étant réduits à se loger dans un petit coin, ce qui n'est pas le cas de la femelle qui a besoin de tous ses organes en place pour la reproduction !)

Il n'y a pas d'autres exemples d'Insectes où une seule fonction (fonction sonore) modifie autant l'anatomie et la localisation des autres fonctions pourtant vitales !!


Cette photo (mâle de Cicada orni) de la "chapelle" vide à travers le soleil qui la traverse a inspiré son auteur Pierre Falatico...


Morphologie tête et pattes de Cicadide - Extrémités abdominales femelle et mâle de Cicadide


Extrémirté abdominale de Cicada mâle montrant, entre autres, les harpagones (photos P.Falatico)


Extrémité abdominale mâle et appareil copulateur dévaginé à droite chez Tibicen haematodes (photos P.Falatico)
(le canal éjaculateur est l'équivalent du phallus; le cylindre cutuiculaire peut supporter une torsion de 180 degrés pour la copulation en angle aigu!)


Extrémité abdominale ventrale de Cicada orni femelle : l'ensemble de l'oviscapte occupe à peu près le 1/3 de l'abdomen terminal


Oviscapte (ovipositeur) de Cicada orni femelle : les gonapophyses internes sont soudées en un pointeau lancéolé formant un organe perforant...(photos P.Falatico)
(cet oviscapte se rapproche assez de celui des Tenthrèdinides)




Ovipositeur de Cicadetta montana femelle (photos P.Falatico)





Page suivante





1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10-10-1-10-2-10-3-10-4- 10-5-10-6-10-6'-10-7-10-7-1-10-8-10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57