Page 11-151

Page précédente Page suivante

LES CANTHAROIDES, des insectes "mous" et parfois lumineux (2) :

2-Caractères essentiels de la Famille des Lampyrides :

-2000 espèces mondiales surtout exotiques
-prothorax volumineux dissimulant un peu la tête
-élytres mous; souvent aptères ou larviformes (chez Lampyris noctiluca femelle mais ailés chez les mâles et femelles de Luciola)
-larves enterrées ou cachées le jour
-oeufs, larves et adultes souvent lumineux ("lumière froide")
-prédateurs d'escargots et de limaces

Les organes lumineux sont situés sous l'abdomen sur 1 ou plusieurs segments suivant les espèces : c'est une réaction chimique de la luciférine qui s'oxyde à l'air grâce à une enzyme, la luciférase (en général, cette bioluminescence permet de signaler la présence en période d'accouplement); chaque espèce de Lampyride émet une lumière d'une certaine longueur d'onde et des éclairs lumineux de durée déterminée

-Le"Ver luisant" Lampyris noctiluca est la femelle aptère et larvoïde (15-20 mm) luminescente pour les 3 derniers segments abdominaux; le mâle a des élytres et ailes (10 mm) et est luminescent pour le dernier segment abdominal (accouplement à terre); oeufs et larves sont faiblement luminescents; les larves sont très agiles et se nourrisent, comme les adultes, de limaces et d'escargots paralysés puis digestion extra-orale !


Larve de Lampyris noctiluca, environ 27 mm, faces dorsale et ventrale (photos M.Verolet)


Larve de Lampyris noctiluca dans la mousse en mars (photos A.Wojtyra, Oise)




Autres photos de la larve de Lampyris noctiluca et de sa tête... (photos P.Falatico)


Autres détails de la tête de la larve de Lampyris noctiluca avec les pièces buccales en vue ventrale à droite (photos J.P.Marino)


Tête de larve de "Ver luisant" : présence d'un canal longitudinal mandibulaire (cm) pour la digestion extra-orale des escargots ! (dessin d'après Vogel et photo M.Verolet)


Extremité ventrale de larve de Lampyris (photo M.Verolet)


Lampyris noctiluca: mâle ailé, 13-15 mm - femelle larviforme aptère ou "Ver luisant" avec les 3 derniers segments luminescents


Femelle aptère du "Ver luisant" Lampyris noctiluca avec ses derniers segments abdominaux luminescents (photos S.Kurtzemann)


Autres femelles de Lampyris noctiluca luminescentes (photos J.J.Milan et P.Segard)


Adulte mâle de Lampyris noctiluca, 13-15 mm (photo P.Falatico)


Le même mâle de Lampyris noctiluca en vue ventrale (photo P.Falatico)


Autre mâle de Lampyris noctiluca...(photos P.Falatico)


Détail de la tête de Lampyris noctiluca mâle sous son "capuchon" pronotal (on voit les yeux hypertrophiés pour observer les femelles luminescentes aptères dans les herbes !) (photos P.Pinson)


Les yeux hypertrrophiés du mâle de Lampyris noctiluca...(photos P.Falatico)


Lampyris noctiluca in copula (on voit la femelle au ventre luminescent)...(photo G.Chauvin)


Autre couple de Lampyris noctiluca in copula (photos C.Ollieu)


Larve de Nyctophila reichei...(photo J.M.Desjacquot, Espagne, Andalousie orientale, 26 mars)


Femelle de Nyctophila reichei, autre Lampyride du Midi (photos C.Ollieu)




Autre femelle du Midi de Nyctophila aux anneaux antérieurs et postérieurs luminescents...(photos B.Nicolosi)


Lamprohiza splendidula femelle (photos A.Cipière et O.Hépiègne)


Larves du "Ver luisant" (photos E.Thuillier et J.C.Bernard)


Autres larves du "Ver luisant" (photo P.Burgun)


Autre larve à la recherche d'une proie...(photo J.P.Marino)

Les photos suivantes (de P.Falatico) montrent l"attaque" d'un Helix par une larve de Lampyris noctiluca mise préalablement à la diète pendant 5 jours : la larve subitement part à sa poursuite et hop! premier coup de mandibules; l'escargot rentre dans sa coquille en "moussant", le "ver luisant" fait le tour du propriétaire et lui monte sur le dos; il attend patiemment que l'escargot ressorte la tête et là remorsure; la suite est vite comprise : Il a passé la journée à consommer la bête et a quasiment doublé de grosseur à la fin du repas...






Phosphaenus hemipterus mâle brachyptère en vues ventrale et dorsale, environ 8 mm, (femelle rare et aptère) (photos G.Chauvin)


Autre Phosphaenus hemipterus mâle (photo M.Ponsot)


Phosphaenus hemipterus mâle...(photos A.Wojtyra, Oise)

Les "Lucioles", Luciola italica-Luciola lusitanica du Midi sont plus petites que le Lampyre : elles ont un corselet jaune orangé et des élytres plus ou moins bruns; mâles et femelles sont ailés; elles effectuent des "ballets aériens" lumineux les nuits de printemps et d'été


"Luciole" du Midi produisant une lumière verte par les derniers segments abdominaux (photo J.P.Marino) - Accouplement en opposition de "Lucioles" non européennes


Lampyre exotique mâle : Pelanea mauritanica


Autre Lampyride exotique des Antilles : Aspisoma ignitum, environ 10 mm... (photos C.Fortune, Guadeloupe)

Les Cantharides et Lampyrides sont donc des insectes utiles par leur régime carnassier qui permet de limiter les petits insectes nuisibles et autres gastéropodes du jardin; les Lampyres sont surtout connus pour leur bioluminescence; cette remarquable propriété a été utilisée en particulier dans le contrôle des flores de surface en agro-alimentaire par l'ATPmétrie : utilisation d'un réactif bioluminescent qui réagit avec l'ATP pour produire de la lumière proportionnelle à la quantité d'ATP (la luciférine employée est synthétique mais la luciférase est extraite de la "queue" des Lucioles ou produite par fermentation bactérienne...)


On peut situer ici la petite Famille des Drilides dont les larves vivent aux dépens des escargots en se métamorphosant (hypermétamorphose) dans la coquille !


Drilus flavescens mâle, 5-9 mm, antennes pectinées, élytres flaves avec pubescence dorée; femelle rare car aptère et larviforme...(photo M.Chevriaux)


Autres photos du mâle de Drilus flavescens


Autres Drilus flavescens mâles (photos A.Wojtyra et P.Falatico)


Larve primaire active de Drilus avec ses longs polis bruns qui va dévorer un escargot et se tranformer en larve molle arquée dans la columelle pour y subir tout son cycle de développement...(photos M.Chevriaux et A.Lous)


Autre larve de Drilus à la recherche d'un Mollusque...(photos P.Falatico)


Autre larve de Drilus flavescens...(photos A.Wojtyra, Oise)


Photo assez rare d'une femelle aptère de Drilus flavescens (photo M.Ponsot)




Accouplement (peu commun) entre la femelle aptère et le petit mâle (en comparaison) de Drilus flavescens dans la mousse (photos M.Ponsot)





Drilus sp. mâle (photos C.Fortune, île de Rhodes, Grèce)
(peut-être Drilus (Sathodrilus) attenuatus ?)


Probablement une femelle néoténique de Platerodrilus sp., 45 mm (photos A.Delannoy, Vietnam)




Autre petite Famille proche : Famille des Lycides dont les larves sont prédatrices d'insectes saprophages des troncs pourris et sous les écorces...:


Précopulation chez la "Lycie sanguine" Lygistopterus sanguineus, 7-11 mm, rouge sang, sur plantes basses...(photos M.Ponsot et P.Pinson)


Lygistopterus sanguineus in copula (photo A.Bauvey) - envol (photo G.Champier)


Autres photos de Lygistopterus sanguineus...(photos P.Pinson et G.Chauvin)


Autres Lygistopterus sanguineus, élytres, scutellum et côtés du prontum rouge sang, le reste noir...(photos P.Falatico)


Larve de Lygistopterus sanguineus...(transmise par A.Lequet, Bretagne)


Lopherus rubens (photo A.Bauvey) - Platycis minutus : dernier article antennaire jaune-orange...(photos A.Lous)


DIverses vues de Platycis minutus (photos J.balda, Nord Espagne)


Dictyopterus aurora aux côtes élytrales plus nombreuses et marquées...(photo A.Bauvey, 1500m, Isère)


Autre Dictyopterus aurora...(photo M.Le Masson, Massif de Belledonne, 1400 m)




Pyropterus nigroruber au corps et antennes noires et élytres bien rouges...(photos M.Le Masson, Massif de Belledonne, 1400 m)


Autre Lycide de Guadeloupe : Lopheros sp. in copula...(photo C.Fortune)


Autres grand Lycidse exotiques africains (environ 15 mm) : Lycus sp. mâle à gauche - in copula (autre espèce)... (photos C.Fortune, Tanzanie)


Lycus sp. (photo C.Fortune, Tanzanie)

(plus de 120 espèces africaines décrites mais à réviser d'après les spécialistes...)




Famille des Omalisides : Omalisus fontisbellaquaei, 6,5 mm...(photos M.Le Masson, massif de Belledonne, 700 m)



Page suivante





1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbis-1-11bisbis-2-11bisbisbis- 11-1-11-11-11-12-11-13-11-14-11-14-1-11-15-11-151-11-16- 11-2-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57