Page 18ter-21


Page précédente Page suivante

"LES ABEILLES SOLITAIRES" (4) :

1-3 Famille des Halictides : "Abeilles de la sueur"


Un petit mâle d'Halictide se nourrisant de nectar sur Hedera helix (photo A.Cipière)

-seraient attirées par la sueur humaine; sont à l'origine de la vie sociale;environ 5000 espèces mondiales
-langue repliable en arrière au repos : butinent des fleurs profondes (Astéracées, Ericacées)
-plus petites que les Andrènes : 3 à 13 mm
-5ème segment femelle avec aire longitudinale glabre
-terriers à couloir vertical ou subvertical = puits de 20 à 30 cm de profondeur puis 8 à 12 cellules par puits
-brosse tibiale (Halictines) ou tibio-métatarsale (Nomiines, Dufourines)
-vivent parfois en "bourgades" nombreuses, nombreuses espèces souvent parasitées


Agglomérations denses ("bourgades") de nids d'Halictides en terrain meuble (Halictus ou Lasioglossum) photos P.Falatico


Autre concentration de "nids" d'Halictus sp. en sol sabonneux provençal - nid isolé




Quelques espèces de Lasioglossum construisent des nids en forme de "cheminées" ! : "bourgade" de 2 m2 sur un chemin des Alpes de Haute-Provence (photos P.Chevalier)


Critères d'identification des Halictides


Ailes d'Halictide...(photo H.Robert)


Cet Halictide du genre Lasioglossum montre bien la nervure basale arquée - Face de mâle d'Halictus sp.


Halictide (nervure basale arquée ) femelle (sillon longitudinal andominal terminal glabre)...(photo M.Blaise)


Gros plan sur la tête de l'Halictide femelle précédent...(photo M.Blaise)


La même tête avec la "trompe" ou proboscis déplié (photo M.Blaise)
(la "langue" ou glosse fait ici environ 4,5 mm)


Autre Halictide femelle (photos M.Blaise)


Halictide femelle : gros plans sur l'"organe de toilette" (peigne) et "brosse à oeil" et sur l'extrémité abdominale (photos M.Blaise)

-L'Halicte zébré est une des plus grandes espèces avec début de sociabilité : les femelles du printemps restent dans le puits jusqu'à l'apparition des jeunes femelles (plusieurs femelles sortent du même trou); mais c'est encore plus net chez Evylaeus où la fondatrice vit de 5 à 6 ans dans un même nid (mais il n'y a pas de trophollaxie) : "société matrifiliale"


"Halicte à 4 ceintures" Halictus quadricinctus femelle, 15-16 mm, pilosité brun clair sur tête, thorax et pattes, bandes abdominales blanches interrompues au milieu (photos M.Chevriaux) - espèce très voisine : Halictus compressus femelle (photo F.Bahuaud)


Autre Halictus quadricinctus femelle (photos J.P.Lavigne)


Halictus sexcinctus mâle...(photo M.Chevriaux) - Autre femelle d'Halictus quadricinctus...


Halictus scabiosae sortant du trou-Nid d'Halicte-Halictus sp.-Halictus rubicundus


"Nids" d'Halictus scabiosae dans une allée de jardin (exposée au Sud) en avril...


Halictus sp. femelle, aux poils brun-clair sur les pattes, à l'entrée de son "nid" (photo C.Fortune)


Halictus scabiosae dans son nid et sortant du nid...(photos P.Falatico)


Gros plan sur une femelle d'Halictus scabiosae...(photo J.P.Lavigne)


Autre Halictus scabiosae femelle...(montage-photo P.Prevot)


Les Halictes (ici surement Halictus scabiosae) font leur nid dans la terre durcie des chemins très ensoleillés (allée de mon jardin) : puits verticaux avec orifices circulaires entourés de débris de terre en cône (on voit une femelle du printemps s'activer pour déboucher le trou!)

Plusieurs jours ont passé : l'allée a été piétinée, les orifices des galeries d'Halictus scabiosae ne sont plus visibles et une autre Halictide, Sphecodes sp. s'est mise à commencér à creuser frénétiquement un trou (avec ses pattes et sa tête !) au voisinage de cette bourgade d'Halictus scabiosae; puis elle a abandonné au bout d'un certain temps ; Sphecodes sp. est l'une des Halictes "Abeilles -coucou" parasite d'autres Halictes dont H.scabiosae....




Sphecodes sp. commençant à creuser un trou au voisinage d'une bourgade d'Halictus scabiosae sur un chemin...

Par contre, au même endroit, après quelques vols d'approche, l'Anthophoride "coucou" du genre Nomada a repéré l'entrée d'un nid d'Halicte et s'est introduit à l'intérieur : photos suivantes


Repérage puis entrée de Nomada sp. dans une galerie d'Halictus scabiosae...


Halictus sp. provençal femellle rentrant dans son "nid" - le même isolé (une des espèces communes en Provence dans les biotopes sablonneux est l'"Halicte brachycère" Halictus brachyceros)

Les nids d'Halictides (Halictus-Lasioglossum) peuvent être "squattés" par des Hyménoptères parasites Mutilidae :


Ces 2 femelles d'Halictides reviennent au nid (chargées de pollen) et ont la surprise de le voir occupé par un Mutile !


petit Mutile (6 mm) Myrmilla bipunctata, femelle cherchant à squatter un nid d'Halictide...(photo P.Falatico)


Accouplement de Myrmilla bipunctata à l'entrée du nid d'un Halictide...(photos P.Falatico)




Autre Nid d'Halictus sp. dans une gravière avec une femelle à l'entrée ou au voisinage... (photos J.P.Gargat)


Le "Sphécode à labre blanc Sphecodes albilabris, femelle, 11-14 mm, est l'Halictide "Abeille-coucou" de Colletes cunicularius; c'est aussi le plus grand Sphecodes!...(photo M.Chevriaux)


Sphecodes albilabris mâle (on reconnait ici la nervure basale sinueuse typique des Sphecodes (photo M.Chevriaux)


Autre Sphecodes albilabris sur Cirsium arvense (photos C.Fortune, Bretagne)
(tete et thorax noirs, abdomen rouge sauf le dernier segment noir, pilosité blanchâtre sur tegulae, pattes et labre, ailes enfumées...)


Sphecodes albilabris femelle; ici en posture très agressive sur le dos...(photos P.Falatico)


Un Halictide mâle : Halictus tumulorum, une des nombreuses petites espèces françaises (+ de 150) (dét. A.Pauly) photos P.Legros


Autre petit mâle d'Halictide en automne...(photos A.Cipière)




Autre petit Halictide mâle, 5,5 mm (photos M.le Masson, vallée du Grésivaudan)


Halictus patellatus mâle sur Echinops ritro, excroissances pileuses aux pattes, dét. A.Pauly (photos Prisca, Alpes du Sud, Serres, 08/2012)


Autre Halictide du Sud Vestitohalictus pollinosus femelle sur "Cota des teinturiers", 6-8 mm, dét. A.Pauly (photos Prisca, Aix-en-Provence, 06/2013)


Vestitohalictus vestitus femelle, 5 mm, sur Tribulus terrestris, dét. A.Pauly (photos Prisca, Aix-en-Provence, 07/2011)

page suivante






1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10-10-1-10-2- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13ter-1-13ter-2-13terter-13terterter-13-4-13-5-13-6-13-7-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18ter-1-18ter-2-18ter-21-18ter-22-18ter-3-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57