Page 11-14'

Page précédente Page suivante

LES ELATERIDES ou "TAUPINS", des spécialistes du saut carpé (2) :

2-Elatérides aux larves xylophages détritiphages (saproxylophages) :


larve saproxylophage trouvée dans une souche morte de pommier...


Autre larve saproxylophage dans le bois pourri d'une vieille souche (l'extrémité abdominale en "obus" indique probablement un Agriotes...(photos M.Berger)

-espèces dont les larves vivent dans le bois mort : Adelocera-Melanotus-Ludius-Corymbites...; les larves sont prédatrices et peuvent aussi ingérer du mycélium et du bois pourri; les imagos restent cachés dans les cavités des arbres


Elatéride sp., pattes rougeâtres faisant penser à Cardiophorus rufipes ?, dans les Alpes en altitude (photo R.de La Grandière)


Le"Grand Elater roux" Elater ferrugineus, 16-23 mm, dans terreau des vieux arbres creux, larve prédatrice des larves de xylophages...(photos F.Panterne)


Autres Elater ferrugineus, environ 20 mm, roux vif sauf base du ponotum et angles postérieurs, antennes et pattes brun noir : se gavant de jus sucré dans une prune rouge tombée sur le sol en été (photo G.Chauvin) - (photo J.Bailloux, Var)




Idolus (Agriotella) picipennis, environ 5 mm, noir avec 2 bandes jaunâtres élytrales antérieures plus ou moins longues et large bande noire suturale, pubescence blonde, angles postérieurs du pronotum carénés et peu divergents, ponctuation râpeuse élytrale, pattes roussâtres...(photos M.Le Masson)


Sericus brunneus, environ 10 mm, brun noir luisant, antennes courtes dentées à partir du 4e article, angles postérieurs du pronotum non divergents et nettement carénés... (photos A.Lous)
(ressemble à une variété de Sericus brunneus que L.Leseigneur élève au rang d'espèce (Sericus sulcipennis), avec mise en synonymie de Sericus clarus, Gurgeva...)


Cardiophora rufipes : 12-18 mm, scutellum en forme de coeur, noir un peu roussâtre, larves dans souches vermoulues...-Ampedus pomorum ? : 10 mm, élytres rouge ferrugineux, larves dans souches de saules, peupliers...-Ampedus elongatulus : 10 mm, élytres rouges marquées de noir (petite tache noire apicale) (il existe de nombreuses autres espèces d'Ampedus voisines...)


Ampedus sanguineus, 16 mm, pubescence noire, dans bois pourri des Conifères...(photo Anne Marie)-Ampedus cinnabarinus, 12 mm, pubescence plus ou moins rousse...


Autres photos d'Ampedus sanguineus à la pilosité thoracique noire et le sillon longitudinal médian très long sur le pronotum (photos T.Hueber et J.C.Pomies)


Autre "Ampède rouge-sang" Ampedus sanguineus...(photo P.Falatico)


L'"Ampède sanglant" Ampedus sanguinolentus, 10-12 mm, tache fusiforme noire plus ou moins large sur la suture élytrale, assez commun...(photo A.Bauvey)


Ampedus pomorum ?, 9-12 mm...(photo D.Aupy)




Ampedus sp. : stries des élytres fortement ponctuées (photos C.Fortune, Bretagne)


L'"Ampède allongé" Ampedus elongatulus, 9-10 mm, sur Crataegus et Prunus...


"Ampède noir et jaune" Ampedeus nigroflavus, élytres jaunes, pattes et antennes noires et tarses roussâtres...(photos A.Bauvey, col du Sabot, Isère, 1800 m)


Ampedus scrofa (anciennement Ampedus aethiops), 12 mm : antennes brun foncé, tarses roussâtres, angles postérieurs du pronotum avec 1 seule carène, 3e article antennaire allongé, ponctuation dense et forte, interstries des élytres striés, pilosité brune...(photos M.Le Masson, massif de Belledonne, 1000 m)


Autre Ampedus scrofa ...(photo Mme Héraut)




Le "Mélanote velu" Melanotus villosus (Geoffroy) = rufipes (Herbst), pattes rougeâtres, larves dans souches décomposées et bois malades (photos R.Stas, Belgique)


Le "Cardiophore très noir" Cardiophorus nigerrimus, 8 mm, sur divers feuillus arbres et arbustes (photo H.Maleysson) - le "Cardiophore à 2 taches" Cardiophorus biguttatus, 7mm...
(Les Cardiophorus ont le scutellum en forme de coeur !)


Autre Cardiophorus biguttatus...(photo J.M.Chauvin)


Un Cardiopohorine noir du Portugal proche du genre Dicronychus, environ 10 mm...(photos A.Peuch)


Ampedus baltatus : 8 mm, large tache noire apicale, espèce forestière, larve dans souches de feuillus et résineux - Denticollis linearis : 10 mm, larves dans souches des forêts humides...


Denticollis linearis, mâles, 10-12 mm, couleurs très variables pour la tête et les élytres (rouges, noirs ou jaunes), stries élytrales ponctuées (photos M.Chevriaux et Dr.Y.Glon)


Autre Denticollis linearis : espèce variable pour la couleur des élytres et du pronotum - variété mesomelas femelle (photos A.Lous)


Autre Denticollis linearis forme type; on voit ici la carène frontale caractéristique des Denticollines et les angles postérieurs divergents du pronotum...(photos C.Fortune, Bretagne)


Denticollis rubens mâle, 10 mm : ici forme à pronotum rougeâtre et élytres jaune ocre, antennes et pattes brunes, pointes postérieures du pronotum très aigü.es et tournées vers l'extérieur, élytres subparallèles élargies en arrière...(photo M.Le Masson, massif de Belledonne, 900 m)

Cas des Pyrophorus exotiques :

-plus de 300 espèces ayant des organes lumineux sur le prothorax et l'abdomen : tache jaune cireuse exhaustée sur les coins postérieurs du prothorax et sur l'extrémité ventrale de l'abdomen (lumière froide et intense) due au même phénomène que les "Vers luisants" (oxydation); on les appelle "Cucuyos" en Amérique du Sud


Pyrophorus sp. : Elatéride "lumineux"


A première vue, les Elaterides n'ont rien de spécialement attrayant avec leur corps allongé à téguments coriaces et ternes cachant leur tête et leurs pattes; pourtant, leur technique de saut pour échapper au danger est remarquable ainsi que la luminescence des formes exotiques utilisées comme parures par les indigènes sud-américains; ils ont en plus une certaine importance économique : en France, les agriculteurs et maraichers connaissent bien les vers "fil de fer" ravageurs des cultures de maïs, betteraves, pommes de terre... contre lesquels ils utilsent, depuis longtemps, des traitements préventifs localisés contre les insectes du sol en microgranulés...

Famille des THROSCIDES :

-petite famille proche des Elatérides = 2 genres et une dizaine d'espèces de moins de 4 mm
-3 derniers articles antennaires beaucoup plus gros et formant une massue, tarse de 5 articles
-peuvent sauter sur le dos à la manière des Elatérides
-larves dans le bois décomposé et l'humus


Cette photo concernant les 2 formes de la "Pyrale du buis" permet de montrer la petite taille d'un Throscide - Throscide (photos M.Le Masson, Isère)
(pour déterminer le genre, il faudrait faire un gros plan sur l'oeil !)




Trixagus sp., 2 mm, et gros plans sur l'oeil montrant une forte incision en triangle allongé (cf.L.Leseigneur), sous les écorces en janvier...(photos P.Falatico)
(peut-être T.gracilis mais les génitalais sont nécessaires !)

Famille des EUCNEMIDES :

-espèces nocturnes adultes, étroite allongées ressemblant à de petits Elatérides
-antennes filiformes, dentées ou flabellées à partir du 3e ou 4e article
-labre non visible caché sous le clypéus trapézoïdal
-larves ressemblant à celles des Elatérides ou des Buprestides vivant dans les troncs et branches des arbres dépérissants ou dans le bois mort pourri


Microrhagus (Dirhagus) pygmaeus mâle, 4 mm, sur Cotinia coccygera en juin (photos M.Le Masson, Chartreuse, 600 m)
(article 1 de l'antenne plus long que l'espace entre les insertions antennaires (différence avec les genres Eucnemis, Melasis, Hylis...); noir avec pattes jaunâtres (surtout au niveau tibio-tarsal), antennes fortement pectinées, angles basaux du pronotum fortement carénés avec pointe divergente...)


Isorhipis melasoides femelle, 9,5 mm : pilosité blonde, milieu de la base du pronotum échancré avec dents nettes, angles postérieurs du pronotum avec pointe non divergente...( photos M.Le Masson, massif de Belledonne, 320 m)

Famille des CEBRIONIDES

-coléoptères des régions méditerranéennes (2 espèces dans le Sud de la France)
-yeux saillants, antennes longues chez le mâle avec dernier article rétréci à la base
-mandibules longues en forme de faux
-pronotum transverse aux angles postérieurs très pointus et divergents
-mâles ailés aux antennes et pattes longues ; "aspect de lepture"
-femelles plus grandes, aptères aux antennes courtes et élytres courts laissant découvert l'abdomen, vivant dans la terre; "aspect de hanneton"


Mandibules de Cebrio gigas...


Cebrio sp. mâle ...(photos M.J.Ledoux, Var)


Cebrio gigas mâle, 16-20 mm (photos P.Legros, dans le Var)
(2 espèces dans le Sud de la France : Cebrio gigas remontant jusqu'à la Drôme et Cebrio fabricii uniquement dans les Pyrénées orientales + Cebrio corsicus en...Corse)


Autre Cebrio gigas mâle : tête et pronotum noirs, antennes et pattes brunes sauf les fémurs jaunes avec apex brun, élytres et dessous jaune fauve, pubescence blonde, 11e article antennaire fortement rétréci à l'apex...(photos B.Nicolosi)




Cebrio gigas mâle...(phtos P.Falatico)



Page suivante





1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbis-1-11bisbis-2-11bisbisbis- 11-1-11-11-11-12-11-13-11-13-1-11-14-11-14'-11-14-1-11-15- 11-2-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57