Page 13ter-6

Page précédente Page suivante

LES LYMANTRIIDES, des "faux Bombyx" aux chenilles forestières ravageuses (1) :

devenue depuis peu la sous-Famille des Lymantriines (Lymantriinae) à l'intérieur de la nouvelle Famille des EREBIDES (EREBIDAE)

Cette famille, aussi appelée Liparides, d'environ 2000 espèces mondiales surtout néotropicales se distinguent des Noctuides que par leurs antennes en forme de double peigne chez les mâles et l'abscence d'ocelles; d'autre part, ils ne se nourrissent pas à l'état adulte n'ayant pas de trompe ! Il y a ici un important dimorphisme sexuel avec des femelles brachyptères ou aptères; les mâles sont actifs et les femelles alourdies et peu mobiles; l'abdomen est épais, terminé par des poils entourant ou abritant les pontes d'une bourre; les chenilles velues ont des pinceaux de soies urticantes et des tubercules glanduleux sur urites 5 et 7 et des brosses diversement colorées et disposées sur le dos leur donnant souvent un aspect extraordinaire ! beaucoup sont nuisibles aux essences forestières : "Bombyx disparate, Bombyx nonne, Bombyx cul brun, Bombyx étoilé, Bombyx du saule..."

On les appelle donc souvent "Bombyx" mais ce sont bien des Lymantriides et non des Bombycides (voir page 13ter-3)


Le "Bombyx disparate" femelle : Lymantria dispar (photo P.Falatico)

Rappel : Place dans la Classification : voir page 13

-O/ Lépidoptères
-s-O/ Hétéroneures
-Division/ Ditrysiens
-s-Division/ Hérocères
-S-F/ Noctuoides
-F/ Lymantriides ou Liparides

Caractères essentiels de la Famille des Lymantriides :

-taille moyenne, une quinzaine d'espèces en France
-dimorphisme sexuel : mâle plus petit avec marquage alaire différent
-antennes bipectinées longues chez le mâle : pectinations longues (antennes bipectinées filiformes chez la femelle et plumeuses chez la mâle)


Antennes bipectinées plumeuses du mâle du "Bombyx disparate"

-pas d'ocelles et trompe très réduite
-ailes souvent unicolores (motifs cryptiques, marrons, gris ou blanchâtres) en toit au repos ou à plat
-aux ailes postérieures, 8 s'approche fortement de R et lui est raremenr réunie par une nervure transverse (Stilpnotie, Euprocte)


Nervation de Lymantriide

-1 paire d'organes tympaniques thoraciques
-les femelles pondent sur les écorces des arbres
-chenilles phytophages souvent défoliatrices couvertes de poils et parfois de brosses dorsales et de longues aigrettes aux 2 extrémités et sur les cô:tés


Chenille d'Orgyie nord-américaine

-chrysalides dans cocon tissé avec les poils

Dasychira pudibonda ou "Pudibonde" ou "Patte étendue" car au repos le jour sur un tronc d'arbre avec les 2 pattes antérieures étendues : 35-40 mm, femelle plus grande avec abdomen volumineux; ailes postérieures avec une tache sombre à l'angle anal; chenille polyphage sur Feuillus tapissée entièrement de poils jaunes en brosse avec, sur le segment 11, une touffe de poils érigée de pinceau rouge
une espèce voisine Dasychira fascelina a les postérieures sans tache sombre à l'angle anal (chenille sur Genêt et autres arbustes)


La "Pudibonde"ou "Patte érendue" mâle Calliteara pudibonda, envergure 42 mm (60 mm pour la femelle)...(photo M.Chevriaux)


Autres Calliteara pudibunda (photos H.Maleysson et M.J.Ledoux)


Cette autre photo de profil de Calliteara pudibunda mâle illustre bien le terme vernaculaire de "pattes étendues"...(photo P.Prevot, BENING 57800, le 09/05/2012)


Autres "Pudibonde" Calliteara pudibunda : femelle (photo M.Robert) - mâles (photos M.J.Ledoux, Var)








Diverses vues d'un Calliteara pudibunda femelle sorti de sachrysalide fin mars 2020 (photos P.Falatico, Drôme)


Calliteara pudibunda mâles...(photos M.J.Ledoux et J.Bailloux, Var)






Autres vues de Calliteara pudibunda mâle...(photos P.Falatico)




Calliteara pudibunda in copula sur la porte d'un atelier début mai dans les Côtes d'Armor...




Chenilles néonates à poils très longs de Calliteara pudibunda (photos A.Wojtyra, Oise)


Chenille roulée en boule de l'"Orgyie pudibonde" Elkneria(Calliteara) pudibonda, maxi 40 mm, sur arbres à feuilles caduques (ici sur chêne)


principaux critères d'identification de la chenille de l'"Orgyie pudibonde"


Chenille de Calliteara pudibonda...(photo N.Baruch)


Autre chenille d'Calliteara pudibunda...(photo G.Palmieri)


Autre variante de la chenille de Calliteara pudibunda (photos B.Zoeller)


Autre chenille de Calliteara pudibunda...(photo A.Wojtyra, Oise)


Chenille jaune citron devenue "rose" de Calliteara pudibunda après une mue, exuvie en bas à droite...(photo J.M.Desjacquot, Savoie)


Calliteara(Elkneria) pudibonda mâle, envergure 42 mm, près du cocon dont il vient de s'extraire...(photo G.Chauvin)




Calliteara pudibunda mâle et son cocon et chrysalide (accroché à du bois de chauffage) dont il est sorti un peu abimé ("élevage" de G.Colombel)

Arctornis v nigrum : ailes blanc brillant avec un trait noir en v (ou 1) dans la cellule des antérieures; chenille sur Saule, Tilleul, Chêne...


Le "L noir" Arctornis l-nigrum mâle, envergure 55 mm, virgule discale noire aux antérieures, sur divers Feuillus (photos A.Linda et J.Balda)

Les espèces suivantes ont des chenilles ravageuses défoliatrices des arbres pouvant faire de gros dégâts : forêts de Chênes (yeuseraies, subéraies...), de Conifères et aussi sur arbres fruitiers

Lymantria (Porthetria) dispar ou "Bombyx disparate" ou "Zig-zag" ou "Spongieuse" : principal défoliateur des chênaies de l'Hémisphère Nord (défoliations pouvant atteindre des milliers d'hectares aux USA et Canada où il est appelé "Mite gitane" ou Gipsy Moth); originaire d'Asie et introduit accidentellement aux USA en 1872 à la suite des essais d'hybridation avec le "ver à soie" pour limiter ses maladies; il détruit les yeuseraies et suberaies de Corse et du Bassin méditerranéen
On l'appelle disparate car les individus des 2 sexes ont un aspect différent : mâle gris-brun beaucoup plus petit que la femelle qui est lourde et lente avec des ailes d'un blanc sale et une petite touffe de poils bruns à l'extrémité (il peut apparaitre des individus qui présentent des caractères mâles et femelles à la fois)
La ponte est déposée à la fin de l'été sur les écorces dans un feutrage de poils fauves de la femelle : aspect d'une petite éponge d'où son nom !
Chenilles de 6 cm grisâtres poilues avec verrues dorsales rouges ou brunes, bleues vers la tête qui est jaune


Lymantria dispar : La femelle vient de recouvrir sa ponte des poils bruns de son abdomen - Eclosion des petites chenilles (on distingue les trous de sortie!) photos G.Chauvin


Dimorphisme sexuel du "Bombyx disparate" : femelle claire ne volant pas - mâle foncé aux antennes pectinées (ici ayant perdu beaucoup d'écailles!) au vol diurne (photos L.Fargier)


Lymantria dispar femelle (photos P.Prevot)


Le "Bombyx disparate" Porthetria(Lymantria) dispar : mâle (photo J.M.Chauvin) - in copula, un couple vraiment disparate...(photo G.Chauvin)


Autres Lymantria dispar mâles, envergure de 40 mm (photos A.Linda et H.Robert)




Autre Lymantria dispar mâle (photos P.Prevot)


Autre variante du mâle de Lymantria dispar ...(photo J.Bailloux, Var)


Autre Lymantria dispar mâle (photo J.M.Chauvin) - Détail des antennes du mâle de Lymantria dispar (photo H.Robert)


Lymantria (Porthetria) dispar ou "Bombyx disparate" mâle et femelle et un des stades de sa chenille ravageuse (photo L.Weitten)


Autre stade de chenille du "Bombyx disparate" Lymantria (Porthetria) dispar (photos J.Houdoire)


Autres stades de chenille du "Bombyx disparate" Lymantria (Porthetria) dispar, ici 60 mm (photos M.Chevriaux et H.Petit)


Chenille jeune de stade 2 de Lymantria dispar, 7,5 mm (photo M.Le Masson)


Chenille de Lymantria dispar sur Iris pseudacorus (photo C.Fortune, Bretagne)


Autres photos de la chenille de Lymantria dispar trouvée en nombre sur chêne, 50 mm maxi, 2 paires de verrues dorsales bleues thoraciques et sur abdomen1 et 2, verrues rouges abdominales avec soies brunâtres, tête jaunâtre avec dessins noirs...(photos P.Pinson et P.Falatico)


Autre chenille de dernier stade de Lymantria dispar...(photo P.Falatico)


Tête vue de face de chenille de Lymantria dispar






Chenille de Lymantria dispar parasitée : cocons blancs de Braconides du genre Cotesia (Apanteles (photos P.Prevot)




Jeune chenille de Lymantria dispar parasitée par un Ichneumonide Campoplégine qui a fait son cocon accroché aux restes de la chenille...(photos J.Bierrewaerts)


Lymantria dispar chenille : glande dorsale - poil d'une touffe ("tussock") latérale (diamètre de 10 microns); poils munis de barbules et leur pouvoir urticant s'ajoute à celui des fléchettes! (photos M.E.B de G.Chauvin)


Chrysalide de Lymantria dispar et l'exuvie de la chenille à côté...(photo jjbo37)


Chrysalide de Lymantria disopar avec l'exuvie de la chenille à droite...(photo P.Falatico)


Autre vue de la chrysalide de Lymantria dispar avec ses couronnes de poils...(photo P.Falatico)




Femelle de Lymantria dispar : les vues de profil montrent la grosseur de l'abdomen empêchant le vol pour cette espèce...(photos P.Falatico)






Page suivante




1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13ter-1-13ter-2-13ter-3-13ter-4-13ter-5-13ter-6-13ter-60-13ter-61-13ter-7-13terter -13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47 -48-49-50-51-52-53-54-55-56-57