Page 14ter-6

Page précédente Page suivante

LES FORMICOIDES ou "FOURMIS", instinct ou intelligence ? (3) :

4-LES ESPECES :

8 sous-Familles dont 6 principales : sF/ Ponérines-sF/ Dolichodérines-sF/ Dorylines-sF/ Promyrmicines-sF/ Myrmicines-sF/ Formicines

1-sous-Famille des Ponérines :

-environ 900 espèces
-10-15 mm; souvent grandes ou très grandes (30 mm chez certaines)
-pétiole à 1 segment; (sauf Myrmecia); aiguillon fonctionnel développé
-surtout tropicales; chasseresses agressives
-Ponera-Hypoponera-Myrmecia-Megaponera-Linoponera...


Ponera sp. : une des rares espèces françaises


Cryptopone ochracea, roux jaunâtre, espèce peu commune en France (photo M.Consolo, Italie du Nord)




Ponérine exotique des Antilles : Odontomachus sp., ouvrière d'environ 10 mm aux très fortes mandibules s'ouvrant jusqu'à 180 degrés ce qui leur confère une très grande force en se repliant à une très grande vitesse (la plus rapide du monde animal connue)...(photos C.Fortune, Guadeloupe)
(il y a 3 espèces en Guadeloupe : O.bauri, O.haematodus, O.insularis; insularis est plus rougeâtre donc est éliminée ici; la clé est basée sur le type de striation (ou non) de la partie dorsale de la tête et du 1er article du gastre (fort grossissement), la forme du noeud pétiolaire...caractères non visibles ici!)


Tête d'une ouvrière de Ponérine exotique (Asie du Sud-Est) avec ses longues mandibulles incurvées : Harpegnathos venator (photo G.Rubatto)
(tête noire criblée, antennes couleur noisette, sa pilosité jaunâtre dense sur les pattes, longues mandibules brun jaunâtre (comme le clypéus) incurvées qui lui permettent de transporter oeufs, cocons, larves....)

2-sous-Famille des Dorylines :

-environ 200 espèces
-2-16 mm; certains mâles ailés atteignent 4 cm; femelles aveugles aptères ou microptères
-aiguillon développé avec venin puissant
-polymorphisme le plus important;
-chasseresses et nomades; se déplacent en troupes
-toutes tropicales prédatrices
-Eciton ("Fourmis légionnaires" américaines)-Dorylus-Anomma ("Magnans" africains : colonnes de 500 à 1000m)


Eciton hamatum ou "Fourmi légionnaire" : en marche-transport du couvain sous la protection des soldats et autres ouvrières (photos Life)


Polymorphisme des castes chez Dorylus : femelle a-mâle b -ouvrière soldat c-petite ouvrière d (d'après Handlirsch)
(Les Doryles ou "Fourmis voyageuses" africaines font des migrations par colonnes immenses d'ouvrières transportant des nymphes et des commensaux)


Dorylus helvolus mâle ailé, jusqu'à 3 cm de long, rentre dans les maisons attiré par la lumière (photos C.Fortune, Tanzanie)

3-sous-Famille des Promyrmicines :

-environ 160 espèces
-7-10 mm; surtout tropicales arboricoles (dans des tiges creuses)
-larves hypocéphales avec 1 paire de lobes exsudatoires prothoraciques que lèchent les ouvrières
-Viticola

4-sous-Famille des Dolichodérines :

-environ 300 espèces assez nuisibles (9 espèces en France)
-5 mm; pétiole court à 1 seul segment; aiguillon vestigial donc projette du venin
-glandes anales émettant une secrétion à odeur de beurre rance
-nids dans les branches mortes (Dolichoderus) ou terrains sablonneux ensoleillés (Tapinoma)
-on y trouve la minuscule "Fourmi d'Argentine" Iridomyrmex humilis devenu Linepithema humile, 2,5 mm, brun clair, nuisible en France, chassant les fourmis indigènes, élevant et dispersant des Pucerons, pénétrant dans les maisons pour s'attaquer aux denrées alimentaires; petits nids nombreux et épars


la minuscule et bien connue "Fourmi d'Argentine", une fourmi domicilaire


Autres vues de la "Fourmi d'Argentine" Linepithema humile, toujours en expansion...(photos J.Gouzanet)
(on voit bien le pétiole à 1 seul segment surmonté d'une écaille inclinée vers l'avant...)


Linepithema humile : gyne et ouvrières - "couvain" (1 division = 0,5 mm) (photos J.Gouzanet)
(sur la photo de droite du "couvain", on voit un amoncellement de nymphes nues à tous les âges : de la jeune nymphe blanche à la vieille nymphe brune prête à subir le mue imaginale; au milieu il y a 2 larves d'ouvrières proches de la métamorphose; l'une n'a pas encore vidangé son intestin d'où la masse grise visible; l'autre juste à côté semble plus avancée et peut être comprise comme étant une pré-nymphe) ...


Linepithema humile : oeufs - cocons ? (photos J.Gouzanet)
(les nymphes sont nues donc il n'y a pas de cocons chez ces Dolichodérines en principe)


La "Fourmi à points" Dolichoderus quadripunctatus ouvrière, petite espèce lignicole au pied des arbres, dans les branches et galles des feuillus (photos P.Legros)
(les ouvriĆres "minor" de Camponotus truncatus, devenu Colobopsis truncata, leur ressemble et ont le même habitat mais c'est un Formicine : écaille du pétiole dressée alors qu'elle est petite et aplatie chez la plupart des Dolichodérines)


Autre Dolichoderus quadripunctatus, 3,2 mm, sur un noyer, tête noire, gastre noir et luisant avec 4 taches dorées latérales sur tergite 1, tête et mésosome fortement ponctués... (photos M.Le Masson)




Dolichoderus quadripunctatus mâle en fin juin, 4,5 mm et gros plan sur la tête et le thorax finement ponctués (photos M.Le Masson, massif de Belledonne, 1500 m)




Tapinoma nigerrimum ouvrière (2-5 mm) transportant une future Reine...(phots M.Consolo, Italie du Nord)
(noire et luisante avec nuances cendrées (photo de gauche), marge antérieure du clypéus avec profonde échancrure en U (photo den droite)...)

Les sous-Familles les plus nombreuses et répandues sont celles des Myrmicines et des Formicines :

Comparaison Myrmicides-Formicides
Critèressous-Famille des Myrmicinessous-Famille des Formicines
Nombre espècesenviron 2500 (110 en France)environ 2200 (76 en France)
Taille moyenne10-15 mm7-15 mm
Pétiole-2 articles (pétiole et post-pétiole)
("Fourmis à 2 noeuds")
-1 article ou 1"noeud"
Aiguillon-le plus souvent fonctionnel-pas d'aiguillon
(projection d'acide formique)
Nymphe-pas de cocon-cocon
Régime-omnivore et carnivore
(+ champignonnistes et moissonneuses)
-varié
(pas de champignonnistes ou moissonneuses)
Nids-surtout terricoles-plus évolués
(terricoles et arboricoles)
Espèces parasites-présentes-absentes
Genres principaux-Aphaenogaster-Crematogaster
-Leptothorax-Messor
-Myrmica-Tetramorium
-Camponotus-Formica
-Lasius-Proformica



Silhouette de Myrmicine-Silhouette de Formicine


Myrmicine Crematogaster scutellaris : gros plan sur le pétiole à 2 articles

5-sous-Famille des Myrmicines :

-terricoles (sauf certains Crematogaster)
-certains recherchent le miellat des Homoptères : Myrmica-Crematogaster
-Pheidoles-Tetramorium : espèces françaises omnivores
-"Fourmi des gazons" Tetramorium caespitum : petite fourmi allongée dans les jardins, prairies, sous les pierres ou écorces, ouvrières 2,5-3,5 mm, femelles 6-8 mm; brun noir à brun rouge, fourmillières aussi dans les racines de plantes de jardins pouvant ére nuisibles; parfois "esclaves" de Strongylognathus testaceus
-"Fourmi rouge" : plusieurs espèces dont Myrmica laevinidis-M.rubra : ouvrières 4-5 mm, femelles 7 mm, rouge brunâtre, antennes longues, mêmes moeurs que la précédente
-Leptothorax : 3 mm, 3 espèces en France
-Anergates atratulus : 2,5-3 mm, vivent dans les fourmillières de la "Fourmi des gazons"
-Messor : espèces méditerranéennes moissonneuses granivores comme certains Aphaenogaster


Myrmicide : "Fourmi à noeuds" (2 articles ou noeuds du pétiole) : ouvrières et nymphes de Myrmica rubra ou "Fourmi rouge"


Myrmica sp. couleur rousse : individus sexués ailés au moment de l'essaimage fin août (femelle aux pattes, antennes et mandibules jaunâtres)


Myrmica sp. (photo P.Falatico) - Autre Myrmicine proche du genre Tetramorium : Myrmecina graminicola (photo M.Blaise)


Gros plan sur le pétiole à 2 noeuds de Myrmica sp. (photo P.Falatico)


La "Fourmi ecussonnée" Crematogaster scutellaris ouvrière, 3,5-5 mm, gastre aplati et pointu, pétiole commençant sur la partie supérieure du segment antérieur, tête rouge, le reste brun foncé-Pheidole pallidula, 2-2,5 mm, la seule Myrmicine à avoir une caste de soldats développée (photos M.Verolet)


Colonie de Pheidole pallidula...(photo J.P.Marino)




Ouvrières "major" (Soldats) et "minor" de Pheidole pallidula, jaunâtres ou brun clair (photos P.Falatico)
(les ouvrières "major" font 3,5 à 5 mm, les "minor" font environ 2 mm et ont des antennes longues...)


Autres Pheidole pallidula : "minor" - "major" (photos J.P.Marino, Var)


Mâles de Pheidole pallidula aux ocelles portés haut sur la tête, scape très court et 13 articles antennaires...




Reine désailée de Pheidole pallidula en août et gros plans sur sa tête "carrée"...(photos P.Falatico)


Pheidole pallidula : mâle - princesse (photos A.Wojtyra)


Pheidole pallidula : princesse et gros plan sur ses mandibules (photos A.Wojtyra)


Autres Pheidole pallidula attaquant une Lycose : ouvrières minuscules et grand soldat...(photos P.Falatico)


Crematogaster scutellaris avec son gastre en coeur et sa tête rouge-se nourrit du miellat des Pucerons (photos J.P.Marino)


Ouvrière (4 mm) de Crematogaster scutellaris se nourrissant de miellat - Autre Crematogaster scutellaris en compagnie d' Aphis sp. (photo J.P.Marino)


Camponotus lateralis (photo C.Ollieu) - Crematogaster scutellaris à la tête bien rouge


Autres ouvrières de Crematogaster scutellaris...


Tête rouge vue de face de Crematogaster scutellaris (photo G.Rubatto)


Individu sexué ailé pour l'essaimage (septembre-octobre) de Cremastogaster scutellaris (photo P.Falatico) - autre individu ailée fin août (photo P.Legros)


Autre individu sexué ailé de Crematogaster scutellaris fin août (photos P.Legros)
(une fourmi à tête rouge donne le choix ici entre Crematogater scutellaris et Camponotus lateralis mais comme le pétiole est en forme de noeuds avec le post-petiole en haut du gastre, c'est C.scutellaris surement car le gastre est bien pointu à l'extrémité et l'essaimage en août correspondent bien; une vue dorsale pour voir l'abdomen en forme de coeur et les 2 épines post-thoraciques seraient cependant nécessaires pour en être sûr !)


Crematogaster scutellaris : mâle ailé - une centaine de mâles tombés dans un réservoir d'eau après une forte pluie (période d'essaimage en octobre pendant plusieurs jours) photos J.P.Marino, Var


Crematogaster scutellaris mâle : gros plan sur la tête et les ailes (photos J.P.Marino)




Autre Reine de Crematogaster scutellaris, 8-10 mm, hivernait dans une "galle bille de bois"...(photos P.Falatico)
(seules les reines ont des ocelles et un gastre développé...)




Gros plans sur la tête de la Reine de Crematogaster scutellaris...


Crematogater sans abdomen mais toujours en vie avec le rélexe alimentaire...(photos P.Falatico)


Ouvrières de Crematogaster auberti, 3,5 mm, entièrement brune, gastre en forme de coeur... (photos L.Delattre, sur Fenouil)

Page suivante






1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14ter-3-14ter-4-14ter-5-14ter-6-14ter-6'-14ter-7-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48-49 -50-51-5253-54-55-56-57