Page 15-32

Page précédente Page suivante

MYCETOPHILIDES, SCIOPHILIDES et SCIARIDES :

Une Famille proche de Nématocères correspond à des imagos d'environ 5 mm passant souvent inaperçus : insectes hygrophiles, sylvicoles vivant dans les bois et prairies humides; ce sont Les Mycétophilides dont beaucoup de larves vivent dans les champignons :

-antennes assez longues de 11-17 articles
-thorax bombé donnant un aspect bossu à l'imago
-hanches longues, fémurs postérieurs renflés, tibias avec éperons robustes
-larves subcylindriques, blanchâtres et molles...




Larves de Mycétophilde dans un Lactarius deliciosus (photos A.Peuch)


Autre larves de Mycétophilides en nombre danas la terre...(photos A.Wojtyra, Oise)


Petit (3 mm) Mycétophilide à très longs coxas (hanches) et aspect bossu : Exechia sp.proche d'Exechia concinna (photos L.Weitten)


Autre Mycétophilide...


Autre Mycétophilide mâle, exemplaire aux antennes, P2 et P3 cassées - Ailes (microphotos M.Blaise)


Gros plans sur les génitalias mâles sorties...(microphotos M.Blaise)

Les Mycéophilides jouent un rôle important dans la dissémination des spores de champignon en particulier celles des Myxomycètes comme l'ont montré les observations d'il y a quelques années de mon collègue et ami Maurice CHASSAIN (avec R.SELLIER) qui était spécialiste des Myxomycètes...:
(l'étude concernait Le Mycétophilide Epicypta testata et le Myxomycète Tubifera ferruginosa)

Le Diptère pond dans le champignon à l'état de plasmode et les jeunes larves secrètent très vite un fourreau (coagulum plus ou moins filamenteux mal structuré fabriqué par les glandes labiales) qui leur évite de s'engluer dans le protoplasme du myxomycète; les photos suivantes montrent le rôle du Diptère dans la dissémination des spores du chamipgnon (sorte de symbiose où le champignon nourrit la larve et où l'adulte permet la conservation du champignon; phénomène comparable au transport du pollen par les Insectes pour les plantes à fleurs !)



(documents fournis avec l'autorisation de M.Chassain)


Larves de Mycetophila sp. trouvées en nombre dans un Boletus impolitus (photos G.Chauvin)


Nymphes de Mycetophila sp. : les larves se sont nymphosées dans les débris visqueux du champignon; les nymphes sont libres non enveloppées par la dernière exuvie larvaire; elles sont entourées d'un léger cocon de soie fine aux mailles très lâches (photos G.Chauvin)

L'élevage de ces larves et nymphes a permis d'obtenir des adultes dont les photos suivantes correspondent à Mycetophila fungorum : élevage et photos de G.Chauvin


Imagos de Mycetophila fungorum (celui de droite montre probablement des spores du Boletus fixées aux soies alaires)...


Divers imagos conservés de Mycetophila fungorum...




Mycetophila sp. femelle faisant le mort sur Buxus en janvier...(photos A.Wojtyra, Oise)
(nombreuses espèces proches identifiables par la présence ou non, le nombre et la répartition des taches alaires et par les génitalias...)


Mycétophiline du genre Polyxena, environ 4 mm : in copula - individu mâle (photos M.BIllard-Savoie-20/12/2010)
(l'absence de soie basale sur les hanches 3 correspond à la sous-famille des Mycétophilines; la présence de palpes au 2e article élargi et épaissi brun noir (surtout chez le mâle) indique la genre Polyxena; antennes du mâle au flabellum large et épais indique Polyxena crassicornis (seule espèce du genre où la branche postérieure de la fourche médiane atteint le bord de l'aile...)


Nervation d'un Mycétophiline type Polyxena (in Boubée) : nervures médiane et cubitale non réunies par une transverse MCu, la nervure costale ne dépassant pas MA1 et sc plus rudimentaire que sur ce schéma...

D"autres petites familles voisines font aussi partie, avec les Mycétophilides, des "Moucherons des champigons" (fungus gnats) aux imagos vivant dans les lieux frais et humides et dont les larves sont inféodées aux champignons: Bolitophilides, Ditomyiides, Diadocidiides, Kéroplatides; ces espèces, différenciées essentiellement par la nervation, sont souvent bossues avec de longues hanches et de longues pattes...comme l'espèce suivante appartenant, en principe, aux Kéroplatides (6-8 mm):


Kéroplatide s'abreuvant sur une feuille de Rhododendron...


Autre Kéroplatide aux très longues antennes Macrocera phalerata, 5-6 mm, (photo P.Prevot)


Macrocera sp. mâle...(photo J.M.Chauvin)


Rocetelion humerale mâle (anciennement Cerotelion humeralis), environ 12 mm (photos M.Le Masson)
(chétes-épines courts sur les tibias 1, mésonotum roux avec 2 larges bandes noires, la bande médiane réduite, scutellum roux, hanches et fémurs jaunâtres, tibias brunis, fémurs 3 avec trace brune à la base...)


Rocetelion humerale mâle avec ses antennes courtes à articles épaissis et larges...(photo M.Le Masson)


Autre Rocetelion humerale mâle, moins de 15 mm...(photo J.Bailloux, Var)


Autre belle espèce proche (8-10 mm de long) Rocetelion lineatus mâle : ailes plus tachées brunies à l'apex et tache brune cubitale...(photos P.Falatico)


Greenomyia mongolica (=theresae) mâle, 5 mm...(photos M.le Masson, vallée du Grésivaudan)






Greenomyia mongolica mâle : gros plans sur les ailes, les coxae et l'abdomen (photos M.Le Masson)
(La clé de L.Matile publié en 2002 indique G.theresae : bandes jaunes sternales plus larges que les bandes tergales correspondantes; une revue entomogique de 2011, "Review of the European Greenomyia Brunetti" de Kuriva, Hedmark, Karstrom, Kjaerandsen, donne une nouvelle clé indiquant la synomymie entre G.mongolica et G.theresae confirmée par les auteurs actuels)


Greenomyia mongolica femelle : coxae 1 en grande partie jaune, coxae 2 et 3 bruns, tibias et fémurs jaunes... (photos M.Le Masson, vallée du Grésivaudanb)


Keroplatus testaceus mâle et gros plan sur les antennes (photos transmises par A.Lequet)


Probablement Ceroplatus sp....(photos M.le Masson, massif de Belledonne 800 m)

Autre petite famille dont la forme du corps rappelle les Mycétophilides : la Famille des Sciophilides aux larves vivant dans le bois pourri et champignons corticoles : actuellement famille incluse dans les Mycétophilides comme sous-famille des Sciophilines !


Leia fascipennis in copula et individu isolé, 5-6 mm, tibias avec épines robustes jaunes, antennes jaunes à la base, fémurs jaunes noircis à l'apex, abdomen en grande partie jaune orange...


Autre Leia fascipennis assez commun en mai-juin en Bretagne...




Leia picta : individu femelle isolé (4 mm) -in copula...(photos P.Legros)
(Genre Leia : tibias armés d'éperons et de soies latérales, ailes plus longues que l'abdomen, R1 courte, R4+5 nulle, nervure anale réduite.., abdomen à 7 segments cylindriques chez le mâle et un peu aplatis chez la femelle; ici pour l'espèce : antennes jaunes à la base, thorax roux à pilosité jaune, hanches et pattes jaunes, fémurs postérieurs noircis près du genou, apex des tibias 3 et tarses brunis, ailes jaunâtre avec bande préapicale brune, nervure Rm longue, abdomen jaune avec tergite 1 jaune, tergites II à IV avec bande apicale noire transverse plus ou moins développée, segments suivants brun-noir...)


Aile de Leia bimaculata


Leia bimaculata femelle, espèce à coloration variable... (photos H.Robert)
(RM moins de 2 fois aussi longue que R1, antennes brun noir avec articles basaux et 2-3 du flagelle jaunes, bandes longitudinales mésonotales brun roux, hanches et pattes jaunes, fémurs 3 noircis à l'apex, ailes brun-jaunâtre sans tache ou bande préapicale mais parfois avec ou évanescente comme ici où on devine le reste d'une bande, Cu2A bordée de brun, tergites à triangles noirs étendus sur les côtés ne formant pas de bande longitudinale...)


Leia bimaculata in copula...(photo M.Le Masson, massif de Belledonne, le long d'un torrent)




Letopmorphus walkeri femelle, 11-12 mm, corps roux jaune, antennes brunes avec articles basaux jaunes, mésonotum avec bandes brunes cohérentes, hanches, fémurs et tibias jaunes, tarses plus ou moins brunis, protarse 1 plus long que le tibia, apex alaire bruni et tache brune au niveau de RM...(photos G.Champier)

Autre petite famille voisine de (très) petits Nématocères aux ailes enfumées : la Famille des Sciarides aux larves vivant dans l'humus ou les champignons :

Phénomène connu des larves du Sciaride Sciara (Lycoria) militaris : migrations massives de ces "vers militaires" ou "armées de serpents" ou "vers dragon" provoquées par des réactions trophiques ou thermiques ; ce sont des milliers d'individus ( se déplaçant à la surface des sols de forêts) sorte de ruban de 2 à 4 m de longueur progressant lentement avec des larves ("asticots") plus ou moins visqueuses montant les unes sur les autres; ces migrations de "vers militaires" sont provoquées par la recherche de nourriture ou les modifications du degré hygrométrique du milieu (d'après E.Séguy)...Ces larves sont allongées, cylindriques presque filiformes avec la tête petite ovalaire et noire rétractile dans le prothorax (bien visible sur une des photos suivantes)

voir aussi la vidéo D'Y.Puntous sur la page INSECTES-VIDEOS




Larves ("asticots") de Sciara militaris en procession serpentante sur le sol...(photos Y.Puntous, Ariège, en altitude)


Ces processions de larves de Sciarides peuvent aussi former momentanément des cercles...


Sciara analis, 4-5 mm, ailes et corps noir, abdomen en partie jaune, commun en été sur inflorescences d'Apiacées (photo M.Chevriaux) - Accouplement de Sciara sp.sur Astéracée alpine (1500 m)

Les Sciara peuvent presque pulluler au printemps près des habitattions...


Autre Sciara sp. dont on voit le ventre jaune à droite sur un individu mort (photos G.Chauvin) - Sciara sp. femelle en ponte (photo M.Billard, Savoie)


Sciara analis...(photos A.Bauvey)


Sciara sp. femelle...(photos A.Wojtyra, Oise)



Autre Sciara sp., 4-5 mm...(photos P.Falatico)


"Mouche noire des terreaux" ou "Moucherons des terreaux" Bradysia sp. femelle (genre à 2 épines apicales sur tibia postérieur), femelle aux larves saprophages et mycétophages liées aux terreaux des plantes sous serres et d'appartement; souvent dans les maisons, nombreuses espèces...(photos M.Blaise)


Lycoriella sp. : Nymphe - Emergence d'un mâle de son enveloppe nymphale...(photos J.P.Marino)


Lycoriella (Bradysia) felix mâle émergeant d'un compost...(photos J.P.Marino)
(tête et thorax noirâtres, tergites abdominaux brun sombre, pattes brun jaune, articles antennaires 3 fois plus longs que larges...)


Gros plans sur la tête et l'hypopygium de Lycoriella felix mâle en vues dorsales (photos J.P.Marino)
(yeux réunis par une "bride" ou "pont" oculaire d'ommatidies au-dessus des antennes)


Aile de Lycoriella felix : mâle - femelle (un peu plus allongée)
(ailes aussi longues que l'abdomen sans lobe anal, apex de R1 situé largement avant la base de la fourche médiane, tige médiane plus longue que la fourche, costale dépassant la moitié de l'espace compris entre les nervures 2 et 3...)


Lycoriella felix : Gros plan sur les 2 épines apicales du tibia 3 typiques du genre - Génitalias de la femelle en vue ventrale (photos J.P.Marino)


Bradysia sp. in copula...(photo M.Le Masson)


Autre Sciaride femelle trouvé en nombre dans une maison...(photos S.Hebant)




Diverses vues d'un Sciaride Lycoriine mâle...(photos A.Wojtyra, Oise)

Page suivante





1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15-15-1-15-2-15-3-15-31-15-32 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57