Page 11bisbis-4

Page précédente Page suivante

LES STAPHYLINOIDES, une super-Famille aux régimes variés(5) :

Quelques Paédérines :
Les larves n'ont pas d'appareil de toilette sur les tibias antérieurs et nymphe libre

Paederus sp.-Paederus baudii : ils vivent, comme les Stenus, au bord de l'eau (faune ripicole) et émettent par des glandes abdominales des secrétions plus ou moins vésicantes (dermites)


Paederus littoralis, environ 8,5 mm, pronotum court entièrement rebordé, prédateur, pullule dans les prés...(photo M.Chevriaux)




Autres Paederus littoralis...(photos P.Falatico)


Paederus littoralis...(photos A.Wojtyra, Oise)


Ici, la forme du pronotum indique pluôt un Paederus riparius au bord d'une mare temporaire...(photos A.Wojtyra)


Paederidus ruficollis, environ 7 mm...(photo D.Bourgeois)




Autres Paederidus ruficollis, 6,5 mm...(photos M.Le Masson, vallée du Grésivaudan, bord de l'Isère)


Autre Paédérine : Rugilus orbiculatus, 5 mm, pattes jaune-orange... (photos G.Champier, Isère)




Autre Rugilus orbiculatus...(photos A.Wojtyra)




Rugilus rufipes, 6 mm, dans litière de feuilles mortes...(photos A.Wojtyra)



Rugilus angustatus : tête et éytres noirs à marge postérieure jaune, pronotum rouge...(phot A.Wojtyra, Oise)




Autre Paédérine : Astenus sp....(photos A.Wojtyra)
(Astenus immaculatus est très proche mais comme il y a une centaine d'espéces en Europe, il vaut mieux indiquer Astenus sp.!)


Lathrobium sp. dans les feuilles mortes près d'un étang...(photos A.Wojtyra)
(Les "Lathrobies" ont le bord postérieur du pronotum droit et un étranglement à la base des élytres; l'insertion antennaire est rapprochée du côté de la tête et des yeux; nombreuses espèces, plus de 150 en Europe, dans ce genre nécéssitant la dissection des génitalias)


Autre Lathrobium sp. dans les feuilles mortes en zone sèche (photos A.Wojtyra, Oise)


Le"Staphylin noir à pattes fauves" Lathrobium brunnipes en zone humide...(photos A.Wojtyra)


Medon brunneus, 4,5 mm...dans la sciure sèche d'une vieille branche (photos A.Wojtyra)




Un Staphylinide original (autrefois Dasycéride), Dasycerus sulcatus, 2 mm, sur Trametes versicolor (photos M.Le Masson, Chartreuse, 600 m)
(tête et thorax avec nombreuses protubérances, 10 côtes élytrales marquées et dentées, antennes longues avec les 2 premiers articles globuleus, les suivants allongés et minces avec les derniers ciliés et de plus en plus globuleux à l'extrémité, palpes maxillaires avec 3e article élargi...)




Autre Dasycerus sulcatus sur champignon à lamelles...(photos A .Wojtyra)

sous-Famille des Scaphidiines : la "Scaphidie à points rouges" Scaphidium quadrimaculatum vit en forêt sous les écorces et dans les Polypores des arbres vieillissants... 3 genres en France avec Scaphium et Scaphisoma le plus nombreux en espèces : noirs et petits (autour de 2 mm), abondants dans les polypores...


La "Scaphidie à points rouges" Scaphidium quadrimaculatum (photos de J.Hausser et H.Maleysson)


Autre Scaphidium quadrimaculatum...(photos C.Fortune et M.Le Masson)


Scaphisoma sp., 2,1 mm, 8 espèces en France identifiables que par leurs génitalias...(photos M.Le Masson, marais de Montfort)

Il existe des formes nombreuses vivant dans les termitières (termitophiles) ou fourmillières (myrmecophiles) avec 3 types de rapports :

-symphiles : secrètent des substances dont sont friandes les fourmis
et qui sont nourries en échange (symbiose)
-protégées : secrètent des substances désagréables pour les fourmis ou
ont des téguments épais et lisses que ne peuvent attaquer les fourmis
-mimétiques : ressemblent étrangement à leurs hôtes qui les acceptent

Les "protégées" et les "mimétiques" mangent oeufs et larves de fourmis ! : Le bilan de ces relations est toujours au détriment des fourmis : ceux qui secrètent des liquides plaisants pour les fourmis et en profitent pour mendier de la nourriture mangent aussi une partie du couvain...

La majorité des Coléoptères myrmécophiles trouvés en France sont des Staphylins et en grande majorité des Aléocharines !


Un exemple de "Staphylin" mimétique myrmécophile

Ci-après quelques photos de myrmécophiles de la collection d'Henry Callot :


3 Staphylinides Aléocharines myrmécophiles : Lomechusa emarginata, 4,5 mm, (hôtes : Formica sp. en été et Myrmica sp. en hiver) - Dinarda dentata, 4 mm (en nombre dans les nids de Formica sanguinea) - Zyras haworthi, 6 mm (hôtes : Lasius sp.)
(Lomechusa emarginata possède de part et d'autre des tergites des trichomes qui secrètent une substance que lèchent les fourmis !)


2 Staphylinides Psélaphines myrmécophiles : Batrisus formicarius, 3 mm (hôte : la fourmi arboricole Lasius brunneus) - Claviger testaceus, 2 mm (dans les nids souterrains de Lasius flavus
(Claviger testaceus est un insecte très modifié : aveugle, aptère, antennes réduites à 6 articles, trichomes...)

Les Psélaphines sont élevés actuellement au rang de Famille des Psélaphides :

-Antennes en massue très marquée
-Palpes très développés
-Elytres courts






Autres Psélaphines trouvés dans les feuilles mortes : Rybaxis longicornis, à peine 2 mm...(photos A.Wojtyra)
(cavité basale du pronotum traversée par un sillon transverse, tête avec 1 profonde cavité à côté de chaque oeil, élytres avec chacun un sillon longitudinal peu profond terminé par une cavité...)




Autres Psélaphines Euplectini : Bibloplectus sp., environ 1 mm, en zone humide...(photos A.Wojtyra)




Autre Plectini : Plectophloeus nitidus, 1,4 mm : 2 cavités basales à chaque élytre (3 ou 4 chez Bibloplectus et Euplectus) photos A.Wojtyra


Trissemus antennatus, 1,8 mm...(photos A.Wojtyra)

Le genre Bryaxis est celui le plus répandu : il y aurait 39 espèces en France dont certaines pas encore décrites ! :


Bryaxis sp., 1,5 mm : 1er segment antennaire non allongé (scape), dernier article des palpes un peu convexe dessus; femelle car, chez le mâle, les 1er (et) 2e articles antenaires sont modifiés de façons diverses...(photos A.Wojtyra)


Autre Bryaxis sp. femelle...(photos A.Wojtyra)

Autre Coléoptère myrmécophile de la sous-Famille des Scydmaénines (anciennement Famille des Scydmaénides) :

-Antennes et palpes en massue
-Fossettes à la base des élytres pubescents


Scydmaenus sp., moins de 1 mm; plusieurs espèces (S.perrisii, S.rufus...) photos T.Colin




Stenichnus collaris, 1.1 mm, en zone humide; on voit ici une fossette à la base de chaque élytre typique de la famille...(photos A.Wojtyra)
(antennes progressivement épaissies jusqu'à; l'apex, pronotum plus long que large, fémur antérieur élargi vers le sommet à surface arrondie, corps brun noirâtre avec antennes et pattes brun rougeâtre...)


Probablement Stenichnus godarti, 1,2 mm...(photos A.Wojtyra)


Probablement Euconnus rutilipennis, 1,5 mm, en zone inondée en mars (Photos A.Wojtyra, Oise)
(pronotum plus long que large et plus étroit que les élytres avec sillon transverse basal, pygidium couvert, 3 ou 4 derniers segments antennaires progressivement plus larges (pas en massue), tête bien rétrécie en arrière conique ("cou" de la moitié de la largeur de la tête) avec tempes longues, élytres rouge sombre...)

Certains "Staphylins" ont des formes fouisseuses (à 20-30 cm de profondeur) ou des espèces cavernicoles aveugles et dépigmentées encore mal connues



Page suivante






1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bisbis-11bisbis-1-11bisbis-2-11bisbis-3-11bisbis-4-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57