Page 11bis-3

Page précédente Page suivante

GYRINIDES, HYDROPHILIDES et autres petites familles de Coléoptères aquatiques

Petite Famille proche des Dytiscides : Famille des Hygrobiides (tête non enfoncée dans le pronotum au contraire des "Dytiques") : 1 seule espèce en France dont la larve est typique ci-après


Larve claire à 3 filaments terminaux à peu près égaux : Hygrobia hermanni, vit au fond de l'eau et se nourrit de vers et de larves (ici conservée dans l'alcool) (photo G.Chauvin)

Petite Famille des Notérides (glabres et de petite taille, pronotum rebordé, scutellum non visible, mâle aux antennes courtes et épaisses...)




Noterus clavicornis femelle, 4,5 mm, gros points élytraux en 3 rangées...(photos M.le Masson, mare de la vallée du Grésivaudan)




Les HALIPLIDES, autres petits Coléoptères aquatiques :

-Coléos ailés de 5 mm maxi vivant aux bords des eaux stagnantes riches en végétation car ils sont phytophages
-tibias 1 et 2 et tarses 3 munis de soies natatoires
-élytres avec rangées longitudinales de gros points superficiels


Haliplus sp., environ 3 mm, nombreuses espèces...(photo O. Hépiègne)




Les GYRINIDES ou "Gyrins", autres Coléoptères aquatiques :

-petits Coléos ovoïdes, convexes et très brillants
-yeux divisés horizontalement en 2 parties : voir page 32'
-antennes de 11 articles participant à la récolte d'O2 : voir page 32'
-pattes 2 et 3 réduites et adaptées : voir page 32'
-tournent vivement ("Tourniquets") à la surface des mares et eaux calmes, souvent grégaires
-larve avec longues trachéo-branchies latérales et crochets abdominaux terminaux (vit au fond de l'eau)
-larves et adultes prédateurs des larves de moustiques entre autres...
-nymphose à terre dans une coque de vase, graviers et débris végétaux

L'espèce la plus commune est Gyrinus substriatus :




Gyrinus substriatus, 7 mm : 11 lignes pointillées sur chaque élytre glabre....(photos M.Le Masson)
(forme lenticulaire à tête fortement enfoncée dans le thorax et aux antennes courtes, corps glabre aux P3 aplatis lamelliformes et tarses en éventail pour la nage...)




Les "HYDROPHILES", Famille (Hydrophilides) de Coléoptères aquatiques végétariens à respiration aérienne particulière :

Ce sont des Palpicornes : palpes maxillaires plus longs que les antennes (courtes à massue ovale) qui sont transformées en organe de respiration aérienne; ils comprennent de nombreux petites espèces mais cette famille est surtout connue avec le "Grand Hydrophile" Hydrophilus piceus qui peut mesurer jusqu'à 50 mm (en régression depuis quelques années !)

Le "Grand Hydrophile" aborde la surface de l'eau sur le dos par le côté et met les poils hydrofuges des derniers articles de l'antenne en contact avec l'air qui pénètre jusqu'à la face ventrale de l'abdomen aussi garnie de poils hydrofuges où l'air s'écoule : réserve aspirée par les stigmates mésothoraciques et air vicié rejeté par les stigmates abdominaux qui s'accumule sous les élytres; il y a ensuite rejet de bulles en arrière par des mouvements abdominaux...


Le "Grand Hydrophile" Hydrophilus piceus, 35-45 mm : on voit le "matelas de bulles d'air" sous l'abdomen, les P3 peu modifiées avec une rangée de soies et des grandes épines tibiales servant à se frayer une chemin dans la végétation aquatique dense
(on voit aussi sous l'abdomen la longue épine thoracique qui est beaucoup plus courte chez le "Petit Hydrophile")

la femelle construit une "Coque ovigère" (une cinquantaine d'oeufs) faite de soie tissée par sa tarière et surmontée d'un "mât" sortant de l'eau; les larves sortent après 17 jours à la base de ce "mât" et ont d'abord une respiration branchiale (7 paires de branchies tubuleuses abdominales) puis aérienne comme celle du Dytique (respiration en surface); elle se nourrit de petits Gastéropodes saisis par les mandibules non modifiées comme celles de la larve du Dytique ...


Autre photo de l"Hydrophile (on voit bien les palpes beaucoup plus longs que les antennes!) - "Coque ovigère" construite par la femelle

Les larves peuvent atteindre 7 cm de long et sont, contrairement aux adultes, de redoutables carnassières ("vers assassins" de Réaumur) car elles dilacèrent, avec leurs fortes mandibules et 2 longues mâchoires étroites, des petits Mollusques et petits Poissons (peut mordre les doigts); cette larve creusera à terre, près de la berge, une coque de 5 cm où la nymphe s'y tiendra perchée sur 3 pointes(1 postérieure et 2 antérieures); dès que l'adulte a percé sa coque, il regagne vite la mare ou l'étang...


Grande (6 cm) larve molle à fortes mandibules d 'Hydrophilus piceus trouvée sur une digue entre 2 étangs (photos D.Vanderschueren)


Autre grande larve vermiforme prédatrice vivant au fond de l'eau d'Hydrophilide : aspect général - détail de la tête avec ses mandibules bien développées avec sillon dorsal conduisant la salive toxique dans la proie (photos C.Fortune, Guadeloupe)

Ces Hydrophilides volent bien et changent facilement de milieu aquatique sur de plus longues distances que le "Dytique"


Petit Hydrophilide aux pattes longues peu adaptées et aux reflets verts, Hydrobius fuscipes, 7-8 mm, élytres striés, tarses couleur rouille, dans les eaux calmes...(photo A.Guibentif)


Autre petit Hydrophilide (?), à pattes postérieures peu adaptées, échappé d'un étang (photo M.Chevriaux)


Enochrus sp., environ 6 mm, plusieurs espèces proches...(photos M.Le Masson, Marais de Montfort)


Enochrus quadripunctatus (grande tache pronotale médiane entourée de 4 petites taches) - Berosus sp. (photos D.Bourgeois, piégeage nocturne, juillet)




Enochrus sp., 5,5 mm, au bord d'une tourbière...(photos M.Le Masson, Massif de Belledonne, 1800 m)
(la couleur et le dernier article du palpe entièrement noir indiquent Enochrus affinis ou Enochrus nigritus...)


Laccobius biguttatus, 2,5 mm : tête visible de dessus, pronotum avec tache irrégulière sombre au centre, rangées de lignes ponctuées bien alignées sur les élytres, 2 zones claires jaunâtres à l'extrémité de chaque élytre...(Clé de L.Friday) photos J.P.Marino


Autre petit Hydrophilide capturé par piégeage nocturne en juillet : Cercyon laminatus (photo D.Bourgeois)


Autre petit hydrophile : probablement Cercyon analis, 2,4 mm, dans du crottin de cheval (photos M.Le Masson)


Helochares lividus, environ 5 mm...(photo D.Bourgeois)


Le "Petit Hydrophile" Hydrochara caraboides, 16 mm...(photos M.Le Masson, mais de Montfort, Grésivaudan)


Helophorus sp. sous-genre Rhopalohelophorus, 5 mm, dans les feuilles mortes près d'un étang, nécessite l'observation des génitalias... (photos A.Wojtyra)
(auparavant placé dans la famille des Hélophorides puis des Hydraénides !)

Quelques petits Hydrophilides sont coprophages (bouses) comme le commun Sphaeridium scarabeoides :


Sphaeridium lunatum...(photos P.Falatico)


Sphaeridium lunatum, 7,5 mm, sur excrément... (photos M.Le Masson, massif de Belledonne, 1300 m)


Sphaeridium scarabeoides, environ 6 mm, dans les bouses fraiches...(photo H.Maleysson)

Autres genres : Hydrous caraboides (15mm) , Hydrobius sp. (7mm)...et beaucoup d'autres...


Voir aussi les "Insectes aquatiques" : pages 32 et 32bis



Page suivante






1-2-2bis-3-3bis- 3ter-3terter-3terterter-3-4-4- 4-1- 4bis-4ter-4terter-5-5bis-5ter-5terter-6- 6bis-6ter-7-7bis-8-8-1-8bis-8ter- 9-9bis-9ter-9terter-10- 10bis-10bisbis-11-11bis-11bis-1-11bis-2-11bis-3-11bisbis-11bisbisbis-11-3-11ter-12- 12bis-13-13bis- 13ter-13terter-13terterter-13-4-13-5-14-14bis- 14ter-14ter-1-14ter-2-14terter-15 -15bis-15ter-15terter-15terterter-15-4-15-5-16 -16bis-16bisbis-16ter-17-17bis-17ter -17terter-17-4-18-18bis-18ter-18terter-18-4-19 -20-21-22-23-24-25 -26-27-28-29-30-31 -32-32bis-33-34-35-36-37- 38-39-40-40bis-42-43-44-45-46-47-48 -49-50-51-52-53-54-55-56-57